•  

    Petite bulle 

     

    Petite bulle qui monte au ciel,

    Tu fais merveille,

    Avant d’éclater

    Sans t’arc bouter.

    Bulle de savon 

    Qui monte au plafond.

    Globule rempli de gaz, sphérique,

    Diraient les scientifiques.

    Bulle de boue,

    Qui craquent sous les roues.

    Bulle d’eau rempli de savon

    Pas réservée aux slavons.

    Niveau à bulle,

    Acheté à Tulle.

    Bulle de malades 

    Qui ne peuvent accepter une balade.

    Bulles de bandes dessinées,

    Sur les images enracinées.

    Après tant de bulles découvertes,

    Je ne suis plus très alerte

    Et je vais me coincer une bulle

    Qui  ne sera pas nulle.

    Dans la baignoire les enfants font des bulles

    Et avec elles, affabulent.

    A la foire sur un bassin d’eau,

    Sans aucun radeau,

    Les enfants enfermés dans une bulle de plastique,

    Un condensé chimique,

    Tournent, tournent, sans se mouiller,

    Sans risque de dérailler. 

     

    Toutes les bulles ne s’écrasent pas sur le plafond ;

    Des pirouettes elles font,

    Pour se glisser vers la fenêtre entrebâillée.

    Comme de petites canailles débraillées,

    Elles s’envolent vers le firmament

    Allègrement. 

    Assis au bord de l’eau

    Au sommet d’un plateau,

    Je les regarde s’évaporer

    Dans le ciel sans nuage, tout azuré.

    Avec elles mon regard s’éparpille

    Bien loin de ma bastille.

    Là-haut, une grosse bulle ouaté

    Qui n’avait pas éclaté,

    Descend doucement et s’arrête à mes pieds

    Ouvrant devant moi un large marchepied,

    M’invitant à la rejoindre

    Et avec elle m’adjoindre

    Pour un voyage d’éternité

    En toute normalité.

    Je m’installe dans cette bulle

    Une véritable capsule,

    Et me voici emmené comme des spationautes ;

    Je suis un astronaute.

    Des oiseaux montent avec nous vers la stratosphère

    Quittant mon hémisphère.

    Après un long voyage,

    Au-delà des nuages,

    Peu à peu la bulle redescend ;

    Ce voyage me rend impuissant.

    Reprenant le marchepied

    Y déposant pied par pied,

    Je retrouve mon bord du lac,

    A peine plus grand qu’une flac.

    (8 juin 2018)

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    2
    Samedi 9 Juin à 06:13
    Séverine

    Là, faut arrêter les bulles de Vouvray de toute urgence ! happycool

    1
    Evy
    Vendredi 8 Juin à 21:55

    Une merveille ta petite bulle bonne soirée à toi bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :