• Sans jamais se fatiguer
    Un athlète court autour du stade
    Fier de sa grande forme
    Force des jambes retrouvées
    Impatient de reprendre des courses
    Sans être la risée de ses copains.
    Adieu jambe plâtrée
    Négligeant les précautions
    Toujours sur les pistes
    Et jamais de repos.

    Sauf le dimanche
    Un ouvrier travaille sans relâche
    Fournaux au maximum
    Fier de son travail
    Il rentrera chez lui fatigué et usé
    Sans espoir de bien se reposer
    Avec la boule au ventre
    Ne pouvant pas changer de métier
    Toute sa vie, il a été chez le même employeur
    Et ne peut plus trouver un autre emploi à son âge


    3 commentaires
  • Ta présence 

     

    Trouver dans ma vie ta présence,

    Tenir une lampe allumée,

    A ton approche s’accoutumer,

    Car tu m’as ouvert à ton alliance.

     

    Dès mon baptême, quelques jours après ma naissance,

    J’en n’avais pas encore conscience,

    Tu m’as pris par la main

    Et tu es resté tout au long de mon chemin.

     

    A quel moment j’ai senti ta présence,

    Et tes aides de bienfaisance ?

    Tout fut progressif

    Mais jamais agressif.

     

    Tu m’as laissé te découvrir peu à peu,

    Sans jamais me dire adieu.

    Au fond des ravins traversés,

    Jamais je ne fus dispersé.

     

    Je ne te voyais pas

    Mais tu suivais mes pas,

    Me tenant parfois par la main,

    Comme on le fait pour un gamin.

     

    La conscience de ta présence,

    Souvenir de ton alliance,

    Grandit chaque jour,

    Tu seras là toujours.

     

    Et pourtant avec Marie, je cherche ta présence

    Parfois enfouie au fond de ma conscience ;

    Je sais que chaque jour tu es proche de moi,

    Surtout quand je suis aux abois.

     

    Tu étais là au cœur de mes dépressions,

    Sans rechercher une négociation.

    Tu as mis sur ma route,

    Des gens à mon écoute.

     

    Avec toi, elles m’ont relevé,

    Parfois soulevé,

    Pour me mettre debout,

    Sans aucun tabou.

     

    Ta présence me conduit,

    Hier comme aujourd’hui,

    Jusqu’au point de rendez-vous,

    Pour me garder debout.

     

    Main dans la main, tu me conduiras à ton Père,

    Comme deux compères,

    Pour une vie éternelle,

    Qui ne sera plus charnelle.

    (09/07/2019)

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  • Une chute 

    Pour Ghislaine 53, qu'elle revienne vite

    Se fêler le sacrum
    Après avoir bu trop de rhum,
    N’est pas très sérieux
    Ni mystérieux.

    Accident de voiture,
    En pleine nature
    Téléphone portable à la main,
    Ce n’est pas humain.

    Se fêler le sacrum,
    En lavant sa cuisine,
    Avec une bassine,
    La radio repère vite le syndrome,

    Incident domestique
    Sans gestes acrobatiques,
    Pour un simple sol
    Ce n’est pas du bol.

    Ils sont vite arrivés
    En plein activité,
    Les urgences n’ont pas touché au sol.
    Laissant sécher les auréoles.

    Double fêlures,
    Qui fait souffrir comme une brulure,
    Et gêne les activités les plus courantes,
    Pour la ménagère, inhérentes.

    Ne restez pas seule à la maison,
    Quelque soit la raison.
    Qui vous aidera à vous relever d’une chute,
    Si vous n’avez pas votre parachute ?

    Même si les assurances vous couvrent
    Avec elles, il faudra en découdre
    Pour prouver votre bonne foi
    Mieux éviter la prochaine fois.

    Avec vos voisins et voisines,
    Qui ne sont pas forcément des cousines,
    Gardez de bonnes relations
    Sans pour autant aller jusque l’adoration.
    (13/07/2019)

     


    1 commentaire
  • ATTETION ! ! ! 

    LE COMPTE DE FEE CAPUCINE A ETE PIRATE ET J'AI RECU DEUX MESSAGES FRAUDULEUX SOIT DISANT DE SA PART. NE REPONDEZ JAMAIS A CE GENRE DE MESSAGE. JE L'AI PREVENUE POUR QU'ELLE CHANGE SES CODES D'ACCES


    3 commentaires
  • La tranquillité

     

    Tranquillité
    Mot sans aucune ambiguïté :
    « Foutez-moi la paix » !
    Respectez mon intimité,
    Je ne m’occupe pas de vos affaires,
    Je veux être seul, même dans mon enfer.

    Qui ne cherche pas un peu de tranquillité,
    Dans un univers de proximité,
    Où les immeubles sont de plus en plus serrés
    Dans un quartier où personne ne se sent fédéré,
    Ne peut exister en tant que tel
    Car pour beaucoup, c’est une bagatelle.

    Dans notre monde d’individualisme
    Qui ne connait pas l’altruisme,
    En quête de tranquillité personnelle
    Sans pour autant être passionnelle ;
    Un peu de calme repose,
    Tout le monde a besoin de pause.

    La tranquillité se conjugue souvent avec isolement
    La contrepartie d’amicalement.
    Etre seul, sans bruit, sans bousculade,
    Sur un chemin de balade,
    Profiter de la nature,
    Et ses cadres de verdure.

    Etre seul au sommet d’une montagne
    Ou dans un champ en pleine campagne,
    C’est le summum de la tranquillité,
    Sans risque de promiscuité,
    Avec des individus inconnus
    Ou trop souvent reconnus.

    Rechercher la tranquillité au bord d’un lac,
    Les canes à pèche dans le sac,
    Exemple parfait de recherche de tranquillité
    Qui refuse toute bruité,
    Voyant d’un mauvais œil
    Les promeneurs qui cherchent l’accueil.

    Agé, on a tendance à rechercher l’isolement,
    Les habitudes de vie nous séparent socialement.
    A deux, on s’enferme dans notre cocon douillé,
    Par peur de cafouiller,
    Devant les plus jeunes dynamiques
    Nous, trop souvent anémique.
    (12/07/2019)

     


    5 commentaires
  • Un monde imaginaire

     

    Peut-on construire un monde imaginaire,
    Sans risque de sanctions disciplinaires
    Où chacun serait heureux,
    Et les échanges chaleureux ?

    Je pense et j’imagine, donc je suis,
    A dit avec d’autres mots fortuits,
    Une grosse tête qui ne m’a pas ébloui
    Mais que je n’ai jamais trahi !

    Un monde imaginaire est un rêve
    Qui se déroule sans aucune trêve,
    Sans aucune limite terrestre,
    Mais à la tête d’un bel orchestre.

    Regardons cette photo,
    Le monde est tiré au cordeau,
    Un ciel bien réel,
    Un flanc de montagne non virtuel.

    Au centre une magnifique chaussure
    Posée sur un tapis de verdure
    Une description classique,
    Qui pourrait être accompagnée d’une musique.

    Où est l’imaginaire me diriez-vous ?
    Dans la chaussure, non pas un pied bien mou,
    Mais une maison rafistolée,
    Qui devrait vous affoler.

    Cet ensemble sort peut-être d’une bande dessinée,
    Mais surtout de l’imaginaire d’un auteur
    D’un monde sorti du rêve d’un créateur
    Qui vous a embobiné !

    Tout poète crée de l’imaginaire,
    Qu’il fait sortir de l’ordinaire,
    Et son œuvre est unique,
    Jamais mélancolique.

    Tout rêve est mystère,
    Sans l’aide d’un partenaire,
    Tiré de la vie courante de l’individu,
    Avec une réalité assidue.

    L’opposé de l’imaginaire, le cauchemar
    Qui dès le départ
    Reprend une réalité existentielle,
    Abandonnant toute existence réelle.

    Restez dans le rêve et ses mystères,
    Abandonnez tout destinataire,
    Votre vie sera plus légère
    Emportée dans une autre atmosphère.
    (08/07/2019)

     


    6 commentaires

  • Le plaisir des mots,
    Qui résonnent comme des grelots
    Rassemblés en un seul lot
    Pour former un halo,
    Donne de l'auteur une vision créative
    Issue de son imagination parfois revendicative,
    Mais toujours avec sérénité,
    Sans aucune ambigüité.

    Aligner des mots
    Pour compléter un simple mémo,
    Et soulager ses maux
    Pour se croire primo,
    N’est pas une œuvre d’écrivain
    En encore moins d’un devin,
    Mais d’un petit rigolo,
    Légèrement alcolo.

    Quelques mots rassemblés,
    Par un esprit endiablé,
    Dans un simple cahier d'écolier,
    Avec ou sans tablier,
    Peuvent devenir objet littéraire,
    Ne cherchant pas des honoraires,
    Ecrits pour le simple plaisir,
    D’un lecteur à saisir.

    La créativité permet d'inventer des récits,
    Avec la pureté des règles de français sans acrobaties.
    Elle émane souvent de rêve fantaisiste,
    Comme l'œuvre d'un mosaïste.

    Mots transcrits sur un parchemin
    Démontrant la sérénité de son auteur,
    Qui recherche à travers ces écrits
    Un trésor imaginaire qu'il gardera pour lui.

    Écrire des mots fait parfois rêver,
    A un ensemble de mirages
    Rencontrés dans des virages
    Et que le temps a aggravé
    Dans une vie mouvementée, un peu délavée.
    Ces mirages cachent souvent une réalité,
    Remontant à plusieurs annuités.
    Sans aucune continuité.
    (08/07/2019)


    9 commentaires
  • La fée a choisi sa demeure

     


    Fée enserrée dans un verre
    Au loin, aucune trace de vert
    Le soleil couchant à l’horizon
    Nous donne une idée de la saison.

    Tout semble grillé ;
    Dans ce verre à vin, elle n’est pas déshabillée,
    Sa longue traine blanche
    Défie l’apparence du ciel
    Qui n’a pas les couleurs de l’arc-en-ciel
    Couvrant même ses hanches.

    Le verre transparent s’est emparé de l’horizon
    Enfermé dans cette prison.
    La roche un peu ébréchée
    N’a pu empêcher
    La mer de l’endommager
    Refusant de l’aménager
    Pour faire fuir les touristes
    Trop souvent altruistes.

    Au fond de ce site inconnu
    Vous avez peut-être reconnu,
    L’hôtel où vous êtes descendu
    Et pour le repas attendu.

    Ne pensez pas que la fée va se retirer
    Comme vous le désirez,
    Pour récupérer votre verre
    Et le remplir d’un apéro amer.
    La fée est bien installée,
    Pourquoi va-t-elle s’en allée ?
    Près de moi, elle passera la nuit,
    Sans craindre l’ennui.
    (07/07/2019)

     

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  • Un rêve de cailloux

     

    Petit cailloux s'ennuyait sur le bord de la route,
    Aucun véhicule ne s'intéressait à lui, aucun doute.
    Quelques fois des voitures s'arrêtaient
    Mais lui, le petit caillou, sur place restait,
    Abandonné par ces voyageurs,
    Toujours à la recherche de l'heure.

    Petit cailloux rêva un beau jour,
    Au monde entier de dire bonjour,
    En découvrant le plus de pays possible;
    Regardant tout ce qui était visible,
    Ne se contentant pas des articles des journaux
    Il voulait sa propre collection de photos.

    Abandonnant tous ces copains
    Qu'il laissait sur le terrain,
    Prenant la direction de l'est d'où venait le vent,
    Se cachant dans une boîte, serré comme un hareng,
    Il se laissa emporter par la tempête,
    Qui faisait autant de bruit qu'une trompette.

    Première escale, le vent l'abandonna au bord d'une plage,
    Juste à coté d'une vieille cage.
    Il sortit de sa boîte sous un soleil de plomb
    Et se mit à tourner en rond.
    Derrière lui se profilait une grande ville,
    Où il ne rencontra que de belles filles.

    Ca n'est pas ce qu'il recherchait.
    De nouveau dans la boîte, il se cachait,
    Espérant qu'une grande tempête
    L'emmène dans un endroit champêtre
    Où il verrait des êtres de son espèce
    Comme lui, plein de hardiesse.

    Emmener par tous les vents
    Toujours caché dans son auvent,
    Il traversa toute le planète
    Au gré des tempêtes,
    Sans trouver ce que son rêve avait décrit
    Et qu'il aurait aimé que ce soit écrit.

    Ils retrouva ceux qu'il avait abandonné,
    Aucune nouvelle, il n'avait donné.
    On n'est jamais si bien que chez soi,
    Même en suivant un roi.
    Bien accueilli par son carré de cailloux
    Tout lui parut si doux.

    Les grands voyages ne sont pas faits pour eux,
    Même en partant à deux.
    Chaque espèce au monde a son programme
    Tout changer peut devenir un drame,
    Pour toute famille dans l'univers
    Restez vous-même, même si vous n'êtes qu'un ver.
    (06/07/2019)


    3 commentaires
  • Simplicité de l'amour

     

    L’amour doit être simple.
    Le grand amour que beaucoup recherche, n’existe pas.
    Pas de compromission,
    pas d’arguments réciproques
    Pas de serments,
    Ne de commandements.

    L’amour doit être simple
    A-t-il besoin de conseil,
    De suggestion
    De recommandation.
    Il est personnel
    Et ne s’explique pas.

    L’amour doit être simple
    Il a toujours existé
    Même avant l’être humain,
    Il est d’éternité
    Il nait dans un cœur qui a choisi
    De s’ouvrir à un autre.

    L’amour doit être simple
    Il crée une joie réciproque,
    Une joie nue
    Une joie simple
    Sans aucune exclusion
    Sans aucune exception.

    L’amour doit être simple
    L’amour est limpide
    Sans risque de jugement
    Sans peur du renvoi,
    Sans condamnation,
    Sans déception.

    L’amour doit être simple
    Il apporte le soleil, le jour,
    Il éclaire comme la lune, le soir
    Il brille comme les étoiles, la nuit.
    Il n’a pas peur du vent et des tempêtes.
    Personne n’est prisonnier de l’amour.

    L’amour doit être simple
    Il vogue sur des eaux calmes.
    Il se construit chaque jour,
    Car il n’est jamais parfait.
    L’amour réunit deux caractères,
    Deux être humains qui veulent faire, route ensemble.

    L’amour doit être simple
    Comme une bise légère,
    Qui souffle sur les voiles de la vie
    De la faire avancer et devenir.
    Rien ne peut l’emprisonner,
    Personne n’en est le maître.

    L’amour doit être simple
    Un jour il se manifestera
    A travers deux cœurs grands ouverts.
    Qui ont choisi de faire route ensemble,
    Dans les méandres de leur vie.
    C’est un amour d’éternité.

     


    4 commentaires
  • C’est bientôt l’été
    La chaleur l’a précédé
    Calendrier faux

    Fête musique
    calendrier respecté
    Vive l’été chaud.

    La sécheresse
    Signe de l’été partout
    il manque de l’eau.

    Les glaces fondent
    La chaleur au rendez-vous
    La plage comblée

    Vacances d’été
    les terrasses sont pleines
    Les bars sans place.


    5 commentaires
  • Tout pour la musique


    Fête de la musique,
    Un jour par an proposé par des laïcs,
    24 heures seulement pour ces artistes
    Qui ont animés vos pistes,
    Vous ont fait danser
    Quand vous étiez fiancés.

    Musique à tous les coins de rue,
    N’est-ce pas un peu malotru,
    Pour ceux qui veulent dormir
    Dans les bras de Casimir.
    Bonne nuit les petits
    Pas besoin de confettis.

    La musique met les gens à l’air libre
    Parfois jusqu’au déséquilibre,
    Des pauvres oreilles,
    Qui n’ont pas sommeil,
    Mais qui n’ont pas envie ce jour de fête
    De rester insatisfaites.

    L’alcool aiderait les cordes vocales !
    Remède radical,
    Pour passer la nuit à la belle étoile
    Ecartant tout voile,
    Celui des nuages qui annoncent la pluie
    Au détriment du bruit.


    La musique ne peut se limiter à une nuit
    Où l’on sort les appareils de leur étui.
    Elle nous envole au-delà des nuages
    Elle n’est pas réservé à un âge ;
    Dans le ventre de leur mère, les embryions réagissent
    Bien qu’encore simple appendice.

    Musique douce écoutée dans la sérénité,
    Peut s’écouter sans discontinuité.
    Aidez vos enfants à écouter la vraie musique,
    Qui ne rend pas amnésique,
    A apprendre à jouer de l’instrument,
    Suivant les cours assidument.
    (18/06/2019)

     


    2 commentaires
  • Les fées

    Peut-on vivre dans un monde de fées
    Quand notre univers est assoiffé
    D’amour et de relations
    Sans trouver de solutions ?

    Les fées, si elles existent, peuvent se voir la nuit
    Dans un monde de rêve
    Après une journée assez brève
    Devant les malheurs que l’on fuit.

    Du fond de mes cachettes
    Aucune fée ne pouvait me voir,
    Assis sur des buchettes,
    Dans ce creux, sous terre où il fait bien noir.

    Seul sur un sentier sans prendre aucun détour
    Que celui de l’amour,
    Dans atmosphère bien sombre, la lune étant cachée
    Par des nuages, je me faufile entre les arbres et je marchais.

    Parmi les fleurs sauvages, je chante
    Dans cette campagne bien attachante.
    La journée je m’y promène
    En cherchant dans le bois des cyclamens.

    Un soir, une brise légère qui gonflait le feuillage des bosquets,
    Se retira devant un silence qui rendait muet.
    Là haut, dans un ciel bien lumineux
    Un groupe de fées semblait heureux.

    Etais-je sur la terre au milieu du sentier
    Ou enfermé dans un boîtier,
    Le boîtier des rêveries,
    Toujours appauvrie ?

    L’une d’elle s’approcha de mon être
    Et de sa main douce à quelques centimètres,
    Me fit signe de la suivre,
    Comme dans un beau livre.

    Tremblant de peur, je lui pris la main
    Et avec elle, je quittais le chemin,
    Pour monter dans les airs rejoindre les autres fées
    Magnifiquement coiffées.

    Comme elles, je me mis à chanter et à danser
    Tout le monde, de droite à gauche, se balançait,
    L’atmosphère était sereine,
    Dans ce spectacle de fête foraine.

    Qui me dira que les fées n’existent pas
    Que du bonheur, elles ne sont que des appâts.
    Auprès d’elles j’étais en paix,
    Ne vous fiez pas à mon aspect.
    (16/06/2019)

     


    7 commentaires
  • Les Pères

    Défi chez Fée capucine : fête des pères

    Pas facile d’être père
    Et de ses enfants être le compère.
    Le temps brouille les cartes,
    Et rejette toute chartre.

    Familles séparées
    Avec un mariage qui a foiré,
    Famille recomposée
    Et des parents imposés.

    Les pères ont leur fête
    Journée insatisfaite
    Pour combler un vide croissant
    Des enfants mariés et éloignés, ça devient agaçant.

    Les mères ont leur fête,
    C’est une journée parfaite,
    Qui rassemble les familles même recomposées,
    Ce jour là, rien d’imposé.

    Bientôt on dira : bonne fête maman, un
    Bonne fête papa, un
    Bonne fête maman, deux
    Bonne fête papa, deux.

    Solitude des uns et des autres
    Leurs enfants ne sont pas des apôtres
    Engagés dans leur propre famille
    Ils deviennent sans-famille.

    Construire un couple sans accident
    Est impossible comme résident
    Si l’on ne surmonte pas à deux les difficultés,
    Sans jamais s’insulter.

    Un jour on se retrouve seuls,
    Avec peut-être un aïeul.
    Les enfants sont de plus en plus dispersés.
    Mais ce jour là, ils seront bouleversés.

    Enfants qui aimaient vos parents
    Ne le dites pas seulement qu’une fois l’an.
    Ils ont besoin de votre présence
    Contacter-les avec aisance.
    (14/06/2019)

     


    2 commentaires
  • Brouter l’herbe des près et des champs, ça vA !
    Revenir au bercail, baH !
    Oublier que peut roder dans le secteur un loup qui vous mangerA
    Une belle fleur peut attirer le petit mouton, ouaH !
    Haute herbes bien vertes, c’est un motif absolU
    Avec un soleil radieux sans le passage d’une autO
    Hardis, petits moutons, vous allez vous faire avaleR
    A cause de votre orgueil ; pour vous cacher, pas de baobaB !

    Bêtisier de la télévision, qui aime çA !
    Revoir ce qui a été caché durant l’année beuH !
    Optez pour une autre chaîne qui vous plairA
    Une bonne émission n’attire pas des spectateurs le mot : baH
    Homme raisonnable ne soyez pas abattU
    A cause de programmateurs qui sont accrO.
    Heureux de jouer avec vous et de vous accrocheR
    Aimant vous surprendre avec un bel aplomB


    6 commentaires
  • L’Esprit fait vivre et nous apporte la liberté, a dit Jésus à ses Apôtres avant de les quitter. Il avait traversé avec eux village et ville, parcourant tout le pays de long en large. Le prix de cette liberté, c’est l’amour envers ceux qui nous entourent. Il faut être attentif aux autres et ne rien attendre en retour. C’est la première valeur que devraient mettre en avant ceux qui se disent chrétiens. L’amour envers les autres et l’amour du Christ leur permet de devenir des justes dans le royaume des cieux. Il faut savoir donner de son temps et ceux qui le peuvent de leur argent, pour aider les plus pauvres et les moins chanceux.


    9 commentaires
  • Le temps des cerises

    Quand nous chanterons les temps des cerises,
    Et gai rossignol et merle moqueur seront tous en fête,
    Chanson assez ancienne bien apprise
    Pas connue de nos mouflettes.

    Mai, le temps des cerises,
    Que l’on ramasse chez le voisin, sans aucune méprise.
    Bien rouges sont les premières
    Celles trop haut s’écrasent sur le trottoir de derrière.

    Sur le mur bien repeint de notre jardin
    Les corbeaux laissent choir leur proie,
    Trop plein leur carquois,
    Et quelques défections se retrouvent chaque matin.

    Sur la terrasse, il ne reste que des noyaux bien nettoyés
    Il faut les balayer, on est choyé.
    Ils en laissent tomber sur l’immense pelouse
    Qui donneront autant de jeunes pousses.

    Chanter le temps des cerises serait malvenu,
    Si un plat bien rempli ne serait pas le bienvenu,
    Les meilleures en fin du repas comme désert,
    A déguster sans cuillère.

    Les enfants s'amusent en se faisant des boucles d’oreilles
    Autour de la table, leur allure fait merveille ;
    Ce n’est plus un jeu pour les grands
    A ce sport, ils ne sont plus adhérents.

    Les cerises aigres prennent une autre destination
    Soit immédiatement congelées pour une autre récréation,
    Soit mises en pots avec un alcool de conservation
    Soit finissent en confiture, dans la cuisine, à déguster avec modération.

    Sera bientôt fini le temps des cerises
    Dont les femmes sont éprises,
    Pour laisser la place aux fraises,
    Qui en désert, nous mettrons tous à l’aise.
    (02/06/2019)


    15 commentaires
  • Les flamants roses

     

    Majestueux ces flamants roses

    Recroquevillés  sur une seule patte

    Entre la plage et le bord de l’eau,

    Au pied de plusieurs bouleaux.

     

    Nous les trouvons surtout dans les zoos

    Où ils font leur numéro

    Devant les visiteurs

    De leur couleur, appréciateurs

     

    Les zoos ne sont-ils pas des profiteurs

    Regroupant de nombreux animaux dans un même parc

    Comme le faisait les monarques

    Pour attirer toujours plus de spectateurs.

     

    Pauvres flamants roses,

    Vous ne souffrez pas d’arthrose,

    Bloqués dans un quartier du zoo,

    Comme si vous étiez des héros.

     

    Vous aimeriez vous retrouver en grande colonies,

    Dans votre région naturelle

    Où ne règne aucune acrimonie.

    Pour voler de vos propres ailes

     

    Vous êtes des échassiers de grande taille,

    Entre vous, aucune bataille,

    Donnez-leur la liberté

    Sans pour autant les heurter.

     

    Comme le disait Pierre Perret

    Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux

    Laissez-les s’envoler très haut,

    Elles retrouveront leur vraie nature,

    Avec leurs condisciples dans une vraie verdure.

    Pourquoi les enfermer et les donner en spectacle

    Dans un étroit habitacle.

    Donnez-leur de l’espace

    Ne les laissez pas dans une impasse.

    (01/06/2019)

     

     

     

     


    3 commentaires
  • Leur reflet dans l’eau,

    Amuse tous les petits

    Et c’est bien joli.

    Reflet du soleil,
    Dans une glace cachée,
    Peut mettre le feu.

    Reflet sur le lac
    Agréable aux pécheurs

    Ils voudraient pécher.


    3 commentaires
  •  Plaire à son public, le mettre à l’aise alors qu’il a pris place au milieu de la salle, n’est-ce pas l’objectif de tout chanteur qui se lance dans ce métier.
    Son producteur a dû faire place nette dans une longue liste de chansons, pour ne conserver que ce qu’il produit aujourd’hui et produira demain ; il le soutient à travers les difficultés du métier pour qu’il ait le maximum de chances de percer et de plaire à son public. Il est responsable du respect des règles de droit et surtout des exigences fiscales attachées à ce type de métier.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique