• centenaire de la grande guerre

    Les Poilus

    Mobilisation générale
    A décrété le général
    De la part du gouvernement
    Et de tout le parlement.

    Regroupés sur les quais des gares
    Accepté, aucun retard,
    Dans les wagons entassés
    Ils étaient tous angoissés.

    Quelques mains aux fenêtres tendues
    Faisaient des signes éperdus
    Au groupe tassé sur le quai
    Qui plus tard sera embarqué.

    Sur les quais, femmes, enfants, parents,
    Regardaient pendant longtemps
    La fumée du train qui s’éloignait
    Leur famille non épargnée.

    Les hommes partis, ils pouvaient pleurer,
    Etant tous chavirés,
    Devant eux, ils devaient tenir
    Et leurs larmes bannir.

    Les attendaient des tranchés
    La frontière, face à l’ennemi rapproché.
    La boue, les rats, les assauts étaient leur quotidien
    Ils en étaient les gardiens.

    Chez eux, ils ne pouvaient revenir
    Les marches arrièreq, s’abstenir.
    Les déserteurs étaient fusillés
    Devant leurs camarades, agenouillés.

    Verdun, on ne passa pas !
    Combien d’hommes sont morts au combat.
    Leur place devait être sauvegardée,
    Aucune faiblesse accordée.

    Le 11 novembre 1918, l’armistice fut signé
    Dans toute la France les cloches ont sonné.
    Des poilus sont revenus,
    Entier ou mutilés, presque méconnus.

    De retour au pays avec ou sans mains,
    Ils pensaient aux nombreux copains
    Restés dans les terres de Denain,
    Leur sang mélangé dans le même bain.

    Beaucoup ne sont jamais revenus,
    Leurs os dans les terres perdus.
    Sans voir leur homme apparaître sur le seuil
    De nombreuses familles ont dû faire leur deuil.

    Poilus de la grande guerre,
    Au front, jamais derrière,
    La France vous honore
    Vous avez sauvé notre aurore.

    Poilus de la grande guerre
    Qui ne fut malheureusement pas la dernière,
    Vous ne furent pas que des numéros
    Vous êtes tous devenus des héros.
    (11 novembre 2018)

     

     


  • Commentaires

    3
    Dimanche 11 Novembre 2018 à 18:03

    Verdun pour vous, l'Yser pour nous, même guerre, même peur, même mort, en revenir si la chance était avec le poilu et dire qu'on a remis cela....

    2
    Dimanche 11 Novembre 2018 à 12:33
    Magnifiquement et tristement si vrai
    Bravo Daniel
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Dimanche 11 Novembre 2018 à 11:44
    Séverine

    Ne reste plus qu'à espérer que notre monde de fous ne reparte pas dans le telles horreurs. Bel hommage aux poilus.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :