• Chez Ghislaine atelier 189/3

    Famille de marins

    C’était un bateau
    Qui était grand, qui était beau,
    Avec ces grandes voiles blanches
    Fabriquées dans ma manche.
    Il faisait la fierté de toute la région,
    Avec son pavillon.

    Mon père a péri en mer
    Nous laissant un goût amer.
    Mon mari n’est pas revenu au port,
    Il avait basculé à bâbord.
    C’était un bateau
    Qui fendait les flots.

    Mon fils a suivi la lignée
    Il voulait naviguer
    Pour vaincre la mer,
    Et effacer son goût amer.
    Fierté de la famille,
    Il avait pris ses banderilles.

    Il vient de reprendre la mer
    Au bord de l’eau sa mère.
    Pas un signe,
    Elle reste digne.
    Son fils est marin,
    Il n’a pas peur des embruns.

    La mer, ils doivent la dompter,
    Même quand elle est démontée.
    De la famille, le grand cercueil,
    Elle en tient  le recueil.
    C’était un bateau,
    Qui était grand, qui était beau.

    Fierté des marins,
    Qui montaient à bord le matin,
    Pour affronter les flots
    Qui cachaient tous les maux.
    C’est une bataille perdue d’avance,
    Mais pour eux, une alliance.
    (11/06/2022)


  • Commentaires

    7
    Mardi 21 Juin à 11:42

    bonjour Daniel un beau texte j'aime bien, il fait moins chaud mais c'est encore bien lourd c'est mauvais et il y a besoin d'eau ,je te souhaite un très bon Mardi 

    6
    Samedi 18 Juin à 17:15
    Martine

    Bonjour Daniel

    J'ai voyagé avec plaisir à bord de ce beau bateau de ton non moins beau poème.

    Bonne fin d'après-midi !

    Martine

    5
    Lundi 13 Juin à 14:50

    Pas facile d'être femme ou mère de marin ! Bravo pour ce joli poème !

    4
    Dimanche 12 Juin à 04:16
    colettedc

    Très bon ressenti à cette image !!! Bon dimanche.

    3
    Samedi 11 Juin à 15:29

    On sent une certaine tristesse dans ce poème mais

    mêlée à temps de fierté, il devient sublime.

    Merci Daniel, merci mon poète au grand cœur..

      • Samedi 11 Juin à 15:39

        La tristesse chez la femme qui a perdu deux hommes et son fils dans le voilier qui passe. Bon week-end. Daniel

    2
    ABC
    Samedi 11 Juin à 15:11

    Les marins et les pécheurs, j'aime beaucoup le texte des "pauvres gens" de Victor Hugo...

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :