• L'alouette

    Vole, vole alouette
    Imite les mouettes
    Qui planent sur les eaux,
    Et s’envolent là haut.
    Pourquoi tant de peine
    Pour traverser la plaine ?
    Dans le ciel il y a beacoup de place ;
    Où sont les menaces ?
    Pour moi ton vol est un ravissement
    Sans ombre de désagrément.
    Monte, monte alouette,
    Comme les aigrelettes.
    Dans un ciel tout rayonnant,
    Ton vol est passionnant.
    A te regarder, j’imagine,
    Que tout s’illumine,
    Dans le ciel comme sur la terre
    Utilisant tous les ampères.
    Autour de moi chante l’eau de la fontaine
    Jusque dans l’atmosphère lointaine.
    En montant vers les sommets,
    Tu traces de nombreux bracelets,
    Qui se reflètent dans l’eau cristalline,
    Que le soleil illumine.
    Tu tournes et voltiges dans le ciel,
    Dessinant des arcs-en-ciel,
    Qui rapprochent le ciel de la terre,
    Eloignant le tonnerre.
    Ton spectacle efface ma détresse
    Obérant toute tristesse.
    Ton chant égaye l’atmosphère,
    Eloignant Lucifer
    De la nature en fête,
    Qu’il voudrait abjecte,
    Préférant l’obscurité
    Pour ses activités.
    Chante, chante, mon alouette,
    Pourquoi resterais-tu muette ?
    Tu serais chouette,
    Mon amourette.
    Chante, chante, alouette,
    Fais-le à tue-tête,
    Comme mon ami le rossignol
    Mais surtout pas en espagnol,
    Langue que je ne connais pas ;
    Pour une fois soit sympa.
    Je te donnerai du grain,
    Que tu mangeras dans ma main.
    Avec toi le printemps revient
    Saison qui me convient.

    (23 février 2018)


  • Commentaires

    9
    Samedi 7 Avril à 18:19

    Coucou Chaton !

    Quel plaisir poétique

    Bizz

    8
    Samedi 7 Avril à 10:48
    Josette

    J'ai copié le lien de ton blog sur ma page et ainsi je suis prévenue des parutions (quand je suis là ! ;-)))

    Une alouette tout comme l'hirondelle ferait-elle le printemps ?

    belle ode comme le dit Lénaïg

    bonne journée

    7
    Vendredi 6 Avril à 12:56
    LADY MARIANNE

    Lénaig nous a informé ---
    je vais m'abonner !!
    bonne route- bisous-

    6
    Vendredi 6 Avril à 11:29
    Je découvre ton nouveau blog et ta poésie avec plaisir. À bientôt. Bon week-end.
    5
    Jeudi 5 Avril à 13:22

    Coucou Chaton,

    Suite à ton commentaires sur mon texte la démission !

    Oui en effet ce sont des accusations à la mode hélas et certains en font les frais pour rien mais ceci est une autre histoire , et non, en effet , je ne met pas dans le même sac tous les hommes, heureusement d'ailleurs....Beaucoup sont corrects et tant mieux !

    Merci de tes passages appréciés Chaton...

    4
    Jeudi 5 Avril à 12:32

    Coucou Chaton ! Félicitations ! Tu a créé ton blog sur Eklablog, donc mon adresse Ekla s'inscrit automatiquement. Et il y a déjà du changement depuis hier où je suis passée en coup de vent. Merveilleuse ode à l'alouette, même si tu ne peux l'intituler ainsi car ce titre est déjà pris par le poète anglais Shelley ! Bises !

    3
    Mercredi 4 Avril à 08:29
    Séverine

    Ah le chant de l'alouette, comme le chant de tous les oiseaux, comme on aime l'entendre quand l'hiver s'en va. Et cette année, heureusement que les oiseaux sont là pour nous rappeler que nous sommes au printemps !

    2
    Mardi 3 Avril à 18:27

    Comment tu ne connais pas le langage des oiseaux !! Ecoute mieux........

    Sans plaisanter encore, il est vraiment beau ce poème j'♥ beaucoup...

    1
    Mardi 3 Avril à 18:25

    Que veux tu Chaton, les mots des divers ateliers nous font parfois écrire des choses bien involontaires mais mots obligent et il faut bien les caser hi hi hi !!

    Mais je dois dire qu'il m' as bien plû de l'écrire ce texte hi hi hi ....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :