• La colombe

     

    La colombe 

     

    Je la vois, je l’entends, dès que j’ouvre la baie ;
    Là haut,  perchée sur l’antenne fixée à la cheminée.
    Ses petits ne sont qu’à une distance d’aile,
    De là haut, sur eux, elle veille.

     

    Nue, juste couverte de quelques duvets,
    serrée contre ses sœurs au fond du nid douillet,
    la petite colombe, de sa mère, suit l’envol  ;
    quand pourrai-je comme elle, prendre mon vol ?
     

     

    Vole, vole, de cheminées en cheminées,
    Plane, plane au dessus des champs de blé.
    Là bas, loin devant toi, une tâche sombre,
    c’est un havre de paix qui te propose son ombre.
     

     

    Blanche colombe, dans la chaleur de l’été,
    tu voles au dessus des champs grillés.
    Pourquoi aurais-tu peur d’un lion affaibli,
    couché dans l’herbe, il attend la pluie.
     

     

    Dans le pré, à coté de lui, tu te poses,
    il n’a pas bougé, sa porte n’est pas clause.
    Vas-tu t’envoler et fuir cette bête féroce,
    pas à pas, de lui, tu t’approches.
     

     

    La nature est bien faite ;
    de la diversité des êtres.

    Chante, chante, ma colombe,

    La fenêtre est grande ouverte. 

     

    Des envols, il faut les épier,

    Des havres de paix, à nous de les trouver.

    Chante, chante, ma colombe,

    J’écouterai ta voix.

    Vole, vole, ma colombe...

     


  • Commentaires

    3
    Lundi 30 Avril à 09:54

    Jolie colombe !

    Bon lundi

    2
    Lundi 30 Avril à 08:09
    Attention si tu prends ton envol de ne pas finir comme Icare....
    Bonjour Chaton bonne semaine à tou
    1
    Dimanche 29 Avril à 19:03
    Séverine

    Joli, mais le lion dans le champ de blé.... un gros matou plutôt, non ? happy Allez, petite colombe, continue ton vol en faisant attention, tes petits t'attendent !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :