• Le terme foire peut être conjugué à tous les âges

    Les petits enfants aiment se promener à la foire avec leurs parents. Des autos de toutes couleurs qui montent et qui descendent. Pour les plus grands les autos-tamponneuses. Tous se régalent de barbes à papa ou de gaufres et de bombons. Pas de pauses

    Dans les collèges quelques élèves, souvent en queue de classe aiment faire la foire au milieu des cours pour embêter le professeur et jouer au crâneur devant les copains
    .
    Les adultes parcourent d’autres foires appelées commerciales.
    Avoir une grande piscine dans son jardin est souvent considéré comme signe de richesse correspondant à un certain niveau de vie. L’humanité, du moins celle qui en a les moyens, a la boulimie des progrès techniques surtout ceux qui lui permettra de dominer le monde.
    Autrefois, ce qui était sacré dans un certain milieu, était la qualité des boiseries qui ornaient salons, escaliers ou bibliothèque. Même si elles étaient vétustes. Aujourd’hui, de telles demeures se sont transformées en musées, confiés à des associations ou aux collectivités publiques car leurs propriétaires n’ont plus les moyens de les entretenir, voir d’en payer la taxe foncière.
    Aujourd’hui les revendications ne sont plus les mêmes car les richesses ont pris une autre tournure. Jouer à la fourmi qui engrange pour les années futures n’a plus aucun sens. Promenez-vous dans les foires commerciales, les articles proposés ne sont plus les mêmes. Il faut appâter les clients avec un éventail très large de produits qui souvent ne serviront qu’à montrer leur niveau de vie. Dans ces lieux où l’on respire souvent très mal.

    A chaque âge sa foire. Il faut s’y adapter.


    6 commentaires
  • La cuisinière


    De bonne heure ce matin
    Le long de ce petit chemin
    Le ciel était tout bleu.
    On m’appelait le cordon-bleu.
    Pour moi, que de soucis
    A mon âge, le grand oubli.
    Et pourtant je côtoie des cuisinières
    Dans des rencontres saisonnières,
    Où chaque femme cherche à exister
    En dehors de toute éternité.
    Je cesse de faire des repas très fins
    Car ma tête comme celle des dauphins
    Ne répond plus au quart de tour,
    Il faut que ça finisse un jour.
    La nuit je ne pense plus à faire de la cuisine
    Comme lorsque mon mari travaillait en usine.
    Seule aujourd’hui,
    Cette activité je la fuis
    Et bientôt en maison de retraite,
    Je ne serais plus le grand maitre.
    (30/01/2019)


    10 commentaires
  • Arbres dénudés
    En hiver tu es tout seul
    Tu es rejeté.

    Forêts bien tristes
    Sans feuilles dans les arbres
    Tu es presque nu.

    Plus personne pour toi,
    Tous t’ont bien abandonné
    Même les pigeons.

    Tes branches mortes
    Sont coupées en février
    Tu seras tout nu.


    4 commentaires
  •  

    En pleine lumière devant le miroir, j’admire ma nouvelle tenue enfin prête. Je ne suis pas jaloux, mais je ne peux que penser à mon collègue qui doit avoir une grande penderie que j’aimerai voir. Il a presque le même salaire que moi, où va-t-il prendre son argent ? Pour moi il doit jouer car je le vois souvent entrer dans le débit de tabac, lui qui ne fume pas. Joue-t-il aux cartes, je ne puis le dire. Mais penser à tous ça, me donne le bourdon. J’aurai mieux fait de ne pas me regarder dans le miroir !

    Assis à coté de la cheminée, je regarde le tableau de mon cheval, mort il y Ca deux ans. Sur sa droite le château de Chenonceau que j’ai visité en chemin lors d’une randonnée en Touraine.


    7 commentaires
  • Que de collections,
    Il faudra tout agrandir
    Pour mieux les ranger.

    Trop de chouettes,
    Bien serrées sur les planches
    Nous crient au secours.

    Collectionner
    Tous les timbres du monde,
    Ça vaut fortune.

    Je me limite
    La France et l’outre mer
    De nombreux albums.

    De vieilles cartes
    Postales et écrites,
    Avec le timbre.

    Des véhicules
    Anciens, de bien des couleurs
    Emplissent la cour.

    <


    6 commentaires
  • La crèche en place
    Tout a été déballé
    Sur la paille Jésus.

    Joseph et Marie
    A coté veille sur lui
    Les bergers sont là.

    Le sapin monté,
    Les guirlandes scintillent
    Tout est en place.

    Tout le monde est là
    La famille se réunit
    Pour fêter Noël.

    Autre famille
    Autre fête de Noël
    Pour tous grande joie.

    Tout est blanc dehors
    Pour les familles la joie
    Les cadeaux sont là

     

     


    3 commentaires
  • Les enfants l’aiment,
    Noël, fête de la joie
    Avant les cadeaux.

    Noël au balcon,
    Plaisir du soleil d’hiver
    Pâques aux tisons.

    Crèche de Noël
    Avec de nombreux santons
    Une grande joie.

    Guirlandes fleuries
    Clignotent sur tous les murs
    Les petits aiment.

    Sapin bien garni
    Etoiles et guirlandes
    Plaisir des petits.

     

     

     


    3 commentaires
  • Attente enfants

    Plein de jouets pour Noël

    Au pied du sapin.

     

    Noël des chrétiens

    Le retour du Fils de Dieu

    Comme il l’a promis.

     

    Attendre toujours

    Quelque chose de meilleur

    Plus de salaire.

     

    Attendre enfant

    Pour un très jeune couple

    Une grande joie.

     

    Attendre l’aimé

    Qui en soirée va venir

    Pour deux ou trois jours.

     

    Attendre la paix

    Dans un pays en guerre

    Espoir désiré.

     


    6 commentaires
  • Jouets pour enfants
    Plaisent aussi aux parents
    Qui jouera le plus !

    Donner des jouets
    Aux enfants qui n’en ont pas
    C’est une bonne action.

    Smartphone ou ordi
    Tous les jouets d’aujourd’hui
    Voulus par jeunes.

    Noël merveilleux
    Rendre nos enfants heureux
    Cadeaux pas d’argent.


    6 commentaires
  • Bottes de sept lieux
    Bien trop grandes pour mes pieds,
    Mes pieds vont grandir.

    Bottes de cuir noir
    C’est la mode d’aujourd’hui
    J’en ai trois paires.

    Chat et ses bottes,
    Conte ancien pour petits
    Je l’ai bien aimé.

    J’aime l’Italie,
    Je suis allé à Rome,
    Tour de la Botte.

     


    3 commentaires
  • Non, je ne suis pas accro de l’écran et du clavier. Depuis des années je replissais des feuilles de cahier, non pas par jeu, mais pour me détendre. Ecrire était avant tout une passion et cela me calmait.
    L’arthrose et les rhumatismes ayant pris possession de mes deux mains, je ne pouvais plus écrire lisiblement. Non, je ne pouvais abandonner ma passion, il fallait lui donner une autre forme d’écriture pour s’exprimer. C’est là que le clavier et l’écran de mon ordinateur me permettent, aujourd’hui, de répondre au défi n° 79 de Ghislaine 53 pôur le 20 novembre 2018.


    6 commentaires
  • Ce petit garçonnet devait participer à un atelier ludique, implanté place de la mairie. Pour rejoindre la salle, il devait traverser un grand boulevard. Distraction assurée par le vol d'une libellule, il ne vit pas la voiture arrivée qui le répercuta doucement car elle ne roulait pas vite.

    Quelle histoire qui le conduisit aux urgences pour examen. Revenu chez lui dans l'après midi, il venait de perdre la première place du concours qu'il espérait tant. Abandon complet de ses espoirs. Lamentablement, il coupa tout son travail avec des ciseaux, jurant, mais un peu tard, qu'il ne regarderait plus les libellules.


    2 commentaires
  • Grégoire flâne du coté de la Garonne espérant voir passer quelques voiliers sortant du port de bordeaux. Il est ici en vacances pour encore deux semaines, puis remontera chez sa grand’mère à Gennevilliers pour passer le mis d’août. En septembre ses parents viendront le chercher pour rejoindre la Grèce, pays dans lequel travaille son père. Il n’aime pas beaucoup ce pays et espère qu’un jour son père rentrera en France car la maison mère de son entreprise est installée à Lyon.


    7 commentaires
  • Poilus de la guerre
    Que d’amis s’y sont perdus
    Dans tous les tranchés.

    Reviens cher poilu
    Ta famille t’attend chez toi
    La guerre est finie.

    Commémoration
    Du 11 mai, vous n’êtes plus là,
    Pas vous oublier.

    Tout sacrifice
    Envers la patrie sauvée
    Il faut célébrer.

    Soldats des guerres
    D’hier ou bien d’aujourd’hui,
    Ne pas oublier.

     


    7 commentaires
  • D’une famille de nomades mon nouveau refuge où je me repose la journée c’est une petite cabane en bois. Depuis quelle date j’ai quitté la roulote de mes parent, je ne puis le dire, mais depuis plus de 10 ans. Je vis seul dans mon have de paix. La nuit je braconne parfois dans les bois, parfois dans la forêt .Quand je suis avec des copains, on ne parle jamais, on chuchote seulement. Pas de secrets entre nous. Hier nous avons réalisé une bonne chasse avec trois lapins pris dans nos collets.
    Parfois nous rentrons bredouille car le garde chasse est de sortie. Hier, il a failli nous surprendre, mais nous sommes plus rapides que lui et nous avons semé notre pire ennemi avec la gendarmerie qui nous surveille.


    3 commentaires
  • Je m’appelle Françoise et je suis né en France. J’ai fait mes études à Paris au cours desquelles j’avais un copain Canadien qui venait de « Foresteville », dans la région de Québec. Nous avons sympathisé et nous nous sommes aidés pour les révisions. Pour le week-end de Pâques, il est venu manger à la maison. Mes parents l’ont trouvé bien sympathique.
    Repartant dans son pays après avoir réussi ses examens comme moi, avec la mention très bien, il m’a invité à passer quelques jours de vacances dans son pays.
    Pour les résultats de mes examens, ma grand’mère et mes parents m’ont payé le voyage.
    La suite, vous vous en doutez : j’ai trouvé du travail au Canada dans la même région qui lui et nous nous sommes mariés. Aujourd’hui, j’attends notre premier enfant. Mes parents viendront chez nous pour la naissance.


    2 commentaires
  • Les garçons jouent à la bataille, Maman a dit « OUI ».
    Quand Papa rentrera du travail usé par la fatigue, il poussera une grande colère devant les garçons qui répondront : Maman a dit « OUI ».
    C’est INOUÎ, répondra Papa. Vous n’êtes pas capable de tout ranger et de tenir la maison un peu en ordre. Cela soulagerait votre mère qui devra la faire avant de se coucher car demain matin elle travaillera.
    Sourire aux lèvres, les garçons répondent : tout sera bien en place avant le repas.
    Tout est bien qui finit bien


    2 commentaires
  • Les mouchoirs papier
    Ont remplacé le tissu
    Question d’hygiène.

    Mouchoirs qui tournent
    Sur un air de chansonnette,
    Patrick Sébastien.

    Mouchoirs à carreaux
    Sorties de votre poche
    C’est de l’ancien temps.


    4 commentaires
  • Les scouts de France basés pour leur camp en Auvergne, ont monté leur campement pour deux semaines, juste au dessus d’un petit torrent. Le troisième jour, la nuit étant proche, le chef a réuni tous les jeunes pour une randonnée de nuit. Voici les instructions qu’il donne 10 minutes avant le départ : 

    Toute la troupe doit être sur le pied-de-guerre. Chacun doit être aux aguets en essayant de reconnaitre les animaux croisés. Vous avancerez en silence sans aucun éclat sonore entre vous. Je ne dois rien entendre, sauf le chant des oiseaux lorsque vous traverserez le bois, et encore moins voir la raie d’une petite lampe électrique. Ne vous éparpillez pas. La base de cette virée, c’est d’apprendre à faire confiance aux autres membres de l’équipe. Vous aurez à traverser une rivière sur une passerelle étroite ; gardez votre équilibre si vous ne voulez pas revenir trempés. Ne vous inquiétez pas si vous revenez avec les cheveux tout ébouriffés. Même si vous avez soif, ne mangez aucun fruit des bois et même n’en lécher aucun ; c’est peut-être du poison. Gardez une allure gracile pour réussir ce périple de nuit. 

    Courage à tous. On se retrouve ici pour minuit au plus tard.


    6 commentaires
  •  

    Le jeune Estéban est née dans une famille africaine installée à Paris depuis plusieurs années. Elle était arrivée en Espagne et à pied avait traversé les Pyrénées par le pays Basque. Ils s'étaient arrêtés, dans un premier temps, à Estan où un camping leur avait prêté un mobile home. Ayant rencontré une famille parisienne et sympathisé avec, son père fut embauché pour s'occuper du jardin de leur propriété et sa mère aider au ménage. ils habitaient une ancienne conciergerie. Le jeune Estéban fut rapidement inscrit à l'école primaire où il se fit de nombreux copains. L'année prochaine il rejoindra le collège de leur quartier.

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique