• Plume de poète n° 198

    L’impossible


    Se lever le matin de bonne heure,
    Impossible, ça me donne mal au cœur.
    Travailler mieux et rapidement,
    Impossible, trop de chambardement.
    Tout me devient impossible
    Moi qui suis trop sensible
    Bannir ce mot de mon existence
    Le laisser glisser par advertance
    L’écraser avec mes gros sabots
    Et le laisser choir dans son tombeau.
    Impossible n’est pas Français, aurait écrit Napoléon,
    Qui ne connaissait pas l’accordéon.
    Moi qui suis Français
    Je vois dans l’impossible, un véritable abcès.
    Que de fois ce mot utilisé,
    Jamais épuisé.

    Faut-il combattre ce mot
    A l’origine de nombreux maux
    Qui frappent la société, la fait reculer,
    Et dans le néant basculer,
    Faisant lever des révolutionnaires
    Qui jusqu’ici étaient des gens ordinaires.
    Rejeter ce terme de notre langage,
    L’éloigner de nos bagages,
    Se mettre debout de bonne heure
    Et ne pas devancer le malheur.
    Ouvre les yeux sur l’avenir
    Auquel il nous faut appartenir,
    C’est à ce prix que nous avancerons
    Et nos années à avenir forgeront.

    Toute vie rencontre des souffrances
    Contrent-elles, aucune assurance,
    En construisant son avenir
    Contre les affres de la vie se prémunir,
    Refusant le mot impossible
    Qui ne devrait jamais être accessible.
    Toute souffrance doit être combattue,
    Sur ce point il faut être têtu,
    Agir seul ou dans le cadre médical
    Qui n’est pas toujours amical,
    En changeant notre mode de vie
    Recherchant ce que l’on a envie,
    Pour que malgré tout le plaisir émerge
    Et en soi s’héberge.

    Si toute souffrance ne peut se transfigurer en plaisir,
    Cherchons au moins à accueillir
    Ce que le temps présent peut nous apporter,
    Et avec nos proches se concerter.
    Il y a souffrance et souffrance,
    Ne nous fions pas aux apparences.
    Elles peuvent être internes et invisibles
    Souvent chez les âmes sensibles.
    Peut-on les transfigurer en plaisir ?
    Ne suffit pas un profond désir.
    Il faut se faire aider
    Sans se laisser déposséder.
    Respectons la liberté de chacun
    Et n’en vexer aucun.
    (26/01/2019)

     

     


  • Commentaires

    6
    Mercredi 6 Février à 18:15
    Séverine

    Rien d'impossible, je confirme même si on ne peut pas accéder à tout, on peut essayer de s'en approcher, chacun à son niveau.

    5
    Mardi 5 Février à 16:35

    À l'impossible nul n'est tenu. Faisons de notre mieux, ce n'est déjà pas si mal ;).

    4
    maposie
    Lundi 4 Février à 08:34

    Bonjour, Je me lève à 5 h 30, c'est bien de transformer la souffrance en plaisir.

      • Lundi 4 Février à 17:16

        Je ne trouve pas ton adresse pour participer à ton blog. Merci d'être passée chez moi

    3
    Dimanche 3 Février à 18:28
    BRAVO Daniel tu es combatif. Continue comme ça !!
    C est magnifique tes mots
    2
    Evy
    Dimanche 3 Février à 16:40

    Bonsoir le temps présent peut nous apporter tant de choses la souffrance doit être combattue c'est une belle participation merci c'est en ligne une bonne soirée à toi bisous

    Ha c'est le défi n° 199 pas le 198 merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :