•  

    Le soleil

     

     Le soleil a rendez-vous avec la lune ;

    Des télés, ils voudraient occuper la Une,

    Non pour des émissions artistiques,

    Mais pour nous parler de l’Arctique,

    Des ours sur leur banquise,

    De la fonte des glaces, aujourd’hui admise,

    De la disparition de nombreuses îles,

    De populations le seul asile.

     

     Soleil et lune se sont retrouvés,

    Les chaines ne les ont pas approuvés,

    Faute d’audimat assuré,

    Elles ne pouvaient adhérer.

    Un jour de coupe du monde,

    La recette n’aurait pas été féconde ;

    France/Belgique occupait la Une,

    Aucun auditeur pour le soleil et la lune.

     

     Le sort du monde classé aux oubliettes,

    Pour lui, même pas quelques miettes.

    Le réchauffement climatique,

    Là bas au milieu de l’Arctique,

    Pouvait attendre quelque temps

    Sans se soucier des avances de Satan,

    Qui devait suivre le match à la télé,

    Avec lui nous sommes désolés.

     

     Ecologie, mot que tout le monde veut prendre

    Sans chercher à comprendre,

    Que notre terre est en danger,

    Et qu’il faut la ménager,

    Pour laisser à nos petits enfants,

    L’espoir de pouvoir subsister en chantant.

    Écologie, mot à la mode, sans aucune peur,

    Puisqu’il nous fait gagner des électeurs.

     

     Le soleil réchauffe tout le monde,

    La lune éclaire tout le monde.

    De leur hauteur ils voient notre terre

    Et les problèmes liés à l’air.

    Saurons-nous les écouter

    Et sans faille accepter

    Que la terre nous a été seulement confiée,

    Et qu’il ne faut pas la béatifier.

    (10 juillet 2018)

     


    10 commentaires
  •  

    La révolte d’une mer en furie

     

     Venu des profondeurs de l’océan

    Un terrible serpent, image d’antan,

    Digne fils d’Asclépios dieu grec

    Qui refusait pour ses fils le moindre échec.

    Sur ses gardes sans cesse, il errait au fond de l’eau.

    De peur qu'en surface, un pécheur voulant sa peau

    Ne le reconnaisse et le transperce avec son harpon

    Comme les chasseurs de baleine au Japon,

    Il se tenait dans les cavernes de la mer

    Se cachant en coulisses, éteignant les lampadaires.

    Aujourd’hui, le serpent des mers a décrété : 

    Jour d’exercices et de feux d’artifice bien affutés

    Qui bousculeront les vagues des mers,

    Leur donnant un goût amer.

     

     Comme celle d’une énorme baleine,

    Cétacés échappant aux baleiniers avec peine,

    Sa queue montait et descendait, transperçant l’eau,

    Secouant les flots, culbutant les bateaux.

    La mer ne pouvait se défendre devant cette bête en furie ;

    Pouvait-elle amadouer ce centaure qui la laissait ahurie.

    Elle se laissait emporter au gré des battements de la queue.

    Son allure avait changé ; elle avait perdu sa couleur bleue.

    Une vase sableuse l’avait transformée ;

    Elle ne pouvait s’accoutumer.

    Des vagues impressionnantes se formaient en abondance,

    Défiant la mer de son arrogance.

    Elles balayaient tout sur leur passage,

    Détruisant le moindre balisage.

     

     Allongé sur le sable douillet sous un soleil de plomb

    La tête couverte d’une casquette, je protégeais mon front.

    Le bord de l’eau était tapissé de galets

    Que des vagues bien douces faisaient rouler,

    J’aurais pu chanter 

    Tout en restant abrité : 

    La mer sans arrêt, 

    Roulait ses galets.

    J’étais heureux de pouvoir me détendre ;

    Que le roulis des vagues à entendre.

    J’étais loin d’imaginer ce que ce monstre me réservait,

    Et la tempête qu’il soulevait.

    Je regardais le ciel, de bleu habillé,

    Aucun signe ne le disait barbouillé.

     

     Brutalement le domaine des dieux s’assombrit

    Le vent préparait un charivari.

    L’air de repos se désertait ;

    Rien n’aurait pu nous abriter.

    Il fallait rapidement plier bagages

    Et quitter cette plage,

    Qui devenait dangereuse

    Face à une tempête belliqueuse.

    Le ciel s’ouvrit brutalement

    Laissant s’échapper des trombes d’eau abondamment.

    Le roulis des galets s’était énervé,

    Et sur le sable à grand bruit, dévalés.

    Le ciel se zébra d’éclairs multicolores,

    Il fallait fuir ce corridor.

     

     Devant cette mini bourrasque,

    Qui ressemblait à une arnaque,

    Je quittais cette plage de mes rêves

    Qui, du travail, m’avait permis une trêve.

    Luttant contre des vents adverses

    Accompagnés de fortes averses,

    J’ai pu atteindre mon logement,

    Transis de tels désagréments.

    Le serpent des mers m’avait chassé

    De mon oasis bien agencé

    Le long d’une rive ensoleillée,

    Qu’un ami m’avait conseillé.

    Dame nature, chez elle est maître,

    Il nous faut l’admettre.

    (8 juillet 2018)

     


    7 commentaires
  •  

    Un bord de mer un soir d’été 

     

    Je garde en mémoire

    Ce spectacle d‘un soir,

    Qui m’a comblé de merveilles,

    D’un coucher de soleil,

    Que m’a offert la nature,

    Magnifique architecture.

    Doucement, le soleil descendait,

    Et à l’océan accédait.

     

    Jean Ferrat avait chanté

    Ce refrain qu’il avait concocté :

    « La mer sans arrêt

    Roulait les galets »

    Que durant la journée, elle avait accumulés,

    Les voulant assemblés,

    Le long d’une belle plage
    loin de tout babillage.

     

    Jaune/orangé était l’horizon,

    En cette belle saison.

    Je voyais descendre,

    Comme une alouette calendre,

    Le soleil qui avait réchauffé la journée,

    Et qui m’avait accompagné.

    Fatigué, il voulait se coucher

    Et de la mer s’approcher.

     

    Dans l’eau quelques baigneurs,

    Qui se prenaient pour des seigneurs,

    Les vêtements, au loin déposés,

    Les corps presque carbonisés,

    Sautillaient sur le ressac des vagues,

    Recherchant la drague.

    De la berge ils avaient courus

    Pour se baigner entièrement nus.

     

     Ils attendaient du soleil le coucher,

    Et ses rayons débranchés,

    Pour profiter de la nuit étoilée,

    Avec ses lumières émaillées,

    Pour sortir de l’eau

    Comme de pauvres rigolos.

    Ma présence les avait un peu gênés,

    Ils restaient agglutinés.

     

     Les filles, les cheveux défaits,

    Nageaient dans l’eau comme des fées.

    On aurait dit des sirènes

    De vrais indigènes,

    Par la couleur de leur peau,

    Que le soleil avait brulé au chalumeau.

    Elles étaient prêtes à passer la nuit,

    Au moins jusque minuit.

     

     Dans la mer, elles se laissaient bercées,

    Et par l’onde, balancées.

    Sans attendre que le soleil se cache,

    Abandonnant tout panache,

    De l’eau, elles ont couru
    sur les galets les pieds nus,

    Emplies de liberté

    Comme des oiseaux en pleine activité.

     

     

    Là-bas, au fond de l’horizon,

    Le soleil a baissé son blason,

    Puis il a disparu rangeant ses couleurs sacrées,

    Dans ma tête, bien encrées.

    Le ciel a perdu de sa clarté,

    Sans abandonner sa fierté.

    Peu à peu il étend une voilure bien étoilé,

    Avec de pointes brillantes déballées.

     

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Les vacances 

     

    Vacances à la mer, plages et baignades,

    Sur le sable bien chaud, quelques balades,

    Etendue sur une serviette de plage,

    Pour moi, du repos, c’est l’apanage.

     

     

     

    Vacances à la montagne, randonnée, escalade,

    Loin de la mer et de ses baignades,

    Avec de bonnes chaussures de marche,

    Je me sens libre comme un apache. 

     

    Attirée par la nature d’une belle campagne

    Court vêtue en tong, avec un large pagne,

    Temps de repos loin de toute activité,

    Des vertiges du travail, bien abritée.

     

     Faut-il changer de pays et traverser le monde,

    Ou simplement se reposer le long de l’onde

    Découvrir des paysages fantastiques,

    De vastes étendues remplies d’œuvres artistiques.

     

     Vacances impliquent repos et dépaysement,

    Loin de la ville et de ses désagréments.

    Baignade au bord d’un lac dans la verdure

    En respectant toujours dame nature.

     

    Vacances en famille ou avec des amis,

    Vivre chaque jour à moitié endormie,

    Oublier les soucis du quotidien et se ressourcer,

    Pour en pleine forme, à la rentrée, recommencer.

    (4 juillet 2018)

     

     

     


    8 commentaires
  •  

     

    Maison bien implantée

    En campagne

    Dans un bled paumé

    Imaginez-vous, là, en vacances

    Calme sans bruit de voitures

    Avec uniquement le chant des oiseaux.

    Même votre ordinateur est à l’arrêt

    En l’absence de branchements

    Nul ne peut vous déranger

    Tous vos amis ignorent votre destination

    Soyez dans la joie d’un repos bien mérité. 

     

    Malgré la chaleur régnante

    Etendez-vous sur la pelouse

    De votre jardin.

    Imitez les touristes allongés sur la plage

    Calme est votre quartier

    Avec des voisins partis se délasser.

    Mesurez votre chance d’être loin des embouteillages

    Emmagasinez le maximum de soleil

    Ne lésinez pas sur le repos

    Tout le monde y a droit,

    Sachez en profiter.

     

    Mesurer votre chance d’être en vacances

    Evadez-vous dans la campagne ou à la mer,

    Dans une région ignorée des touristes.

    Ici vous vous reposerez

    Car vous ne serez pas dérangé

    Avec votre chien comme seul compagnon.

    Même les enfants sont loin de vous, chez papi et mamie

    Et votre marie encore au travail

    Ne regretter pas votre isolement

    Toute la journée ou presque

    Sans être perturbée.

     


    4 commentaires
  •  

    Sonnet à Icare 

     

    Prisonnier sur son île, Icare veut s’enfuir.

    Les chemins bien gardés, la cohorte veille,

    Les portes verrouillées, la mer dangereuse

    La nostalgie emplit son âme, il veut fuir. 

     

    O vague sur la mer, tu ne peux me porter,

    Là bas sur l’autre rive, près de ma famille ;

    Morne mer qui ne peut m’emener à Achille,

    M’empêcheras-tu de rejoindre mes ancêtres.

     

     Aigle majestueux qui plane au dessus de la mer

    Prête-moi tes ailes, je te les rendrais,

    De l’autre coté de l’eau, dans ma cité.

     

     Comme lui je vais avoir des ailes, je les construirai.

    Avec lui je planerais sur l’océan,

    Pour échapper à mes gardiens

     


    4 commentaires
  •  

    Un joli feu 

     

    Les branches ramassées, dans les bois s’accumulent

    Amenées sur le dos de maudites mules

    Dressées au milieu, vaste emplacement

    Celui sur qui le maire a prêté serment.

     

     Dans quelques jours, un soir, bûcher sera dressé

    Et par le maire allumé dans la soirée.

    La population du pays et environs

    Autour du feu rassemblée, tous ils chanteront.

     

     Un fantôme de lune au ciel déjà sombre

    Premier, dernier quartier, sont cachés par l’ombre.

    Au loin quelques hululements percent la nuit ;

    Bruit de la gente présente, les bêtes fuient.

     

     Sur l’autre versant de ce vallon, dans la plaine,

    Des scouts ont mis la flamme au bois résineux,

    Écoutez chanter l’âme de ce bois heureux

    Face à la fraicheur, sur tous les dos, une laine

     

     Vive la Saint Jean, les flammes montent au ciel

    Pour défier les enfers, Satan couvert de miel,

    Un véritable appât pour les pauvres hères

    Comme les abeilles, face aux ours humant l’air.

    (29 juin 2018)

     

     

     


    10 commentaires
  •  

    Trouver une petite pièce de monnaie en or

    Enlevez la saleté qui la recouvre

    Nettoyer les deux faces

    Dans une petite bassine.

    Reviendra sa splendeur originelle.

    Essuyez bien les deux faces

    Sans la rayer

    Sans aucun abrasif

    Et démarrera une nouvelle richesse 

     

     Télécharger un nouveau film

    Est interdit

    Ne le faites pas

    Demandez l’autorisation en payant une

    Redevance pour les droits d’auteur.

    Evitez de vous mettre en dehors des règlements

    Suivez les règles en la matière

    Sans vouloir faire le malin

    Et vous serez un bon citoyen. 

     

     Tendresse d’une mère

    Entourant ses enfants

    Ne la bousculer pas

    Devancer ses souhaits

    Recherchez les allègements

    Et vous serez aimé

    Sans en faire de trop

    Sachez vous faire petit

    Elle saura vous le rendre 

     


    8 commentaires
  •  

    Pour plaire à une femme, qu’elle soit de passage ou une amie de la famille, il ne faut pas la saouler de paroles, ni trop la flatter. L’amitié se contente souvent de silence. 

    Ne lui demandez pas si elle prend la pilule et si son foyer est bien tenu. Ce serait aussitôt la rupture.

    Vous cherchez à lui plaire ? Commencez par réfléchir. Quel est votre dilemme ? Respecter votre épouse et maîtriser vos envies. Contentez-vous de lui être agréable. C’est la seule chose qui compte. Un simple dialogue sans arrière pensée consolidera votre amitié.

     


    7 commentaires
  •  

    Le chemin pierreux

     Je n’oublierai jamais ce chemin pierreux,
    qui débouche près de la maison.
    Le long des champs, souvent silencieux,
    Il est connu depuis plusieurs générations.
     

     

    Tout entouré de verdure,
    Il sillonne pour peu de temps, la nature ;
    Bientôt il ne sera plus,
    Le maire voulant en faire une rue.
     

     

    Des immeubles vont prochainement  le côtoyer,

    Les champs de blé à jamais disparus,

    Des logements à perte de vue,

    Le modernisme, vous le voyez ! 

     

    Sur ce chemin encore ombragé,
    deux êtres s’avançaient ; ils n’auraient jamais dû se rencontrer.
    Ils marchaient à pas feutrés,
    l’un rentrait, l’autre s’évadait.
     

     

    Leurs yeux se sont croisés,
    Il faisait encore jour ;
    Longtemps, ils se sont parlés,
    Comme des enfants, seuls, dans une cour.
     

     

    Appuyé sur son bâton tenu d’une main,
    Il serait resté jusque demain.
    Dans le jeu, elle s’est aventurés,
    Plus tard,  ils se sont retrouvés.
     

     

    Ce chemin sera-t-il encore là, après l’hiver ?
    Le printemps le couvrira-t-il encore de verdure ?
    Quoiqu’il en soit, une chose qui est sûr,
    Ailleurs, ils se retrouveront comme deux frères.

     


    7 commentaires
  •  

    Un adepte de notre association utilise souvent l’expression : « S’en tamponner le coquillard » quand il parle de mes décisions et de ma façon de travailler. Ce manque de respect est étrange de la part de quelqu’un qui pense détenir le pouvoir, espérant le garder encore longtemps. Qui lui aurait attribué de telles responsabilités ? En tant que présidente, je serais au courant. Y-aurait-il « anguille sous roche » de sa part ? Envisage-t-il de me remplacer ? Je ne vais pas le brusquer en l’attaquant de front. Il me faut « ménager la chèvre et le chou » dans l’attente de la prochaine assemblée car je n’envisage pas de céder ma place à un incapable qui ne sait que parler et se placer sans jamais agir. Il a un fameux bagout, mais tout s’arrête là. Il ne faut pas qu’il pense que je vais m’attendrir et m’agenouiller devant lui. 

     


    5 commentaires
  •  

    Royan 

     

    Ville rasée par les bombardements,

    Vidée de sa population,

    Refusant l’abdication

    Tu as vécu de gros chamboulement,

    Et perdu ta splendeur d’antan.

    Morne Royan

     

     Ta reconstruction me laisse un goût amer

    Bien loin de toute mer,

    Ville sans âme,

    Que personne ne blâme,

    L’été les touristes t’envahissent,

    Te chérissent.

     

     Les vers de Renaud,

    Sans doute composés au bord de l’eau :

    « Ce n’est pas l’homme qui prend la mer,

    C’est la mer qui prend l’homme »

    N’ont aucun sens en ce lieu

    Dis leur adieu.

     

    De mer, il n’y en a point

    Quelque en soit le recoin.

    Royan se situe dans l’estuaire de la Gironde,

    Qui comme la mer, gronde.

    Ses plages de sable bordent le fleuve

    Qui abreuve.

     

     Elles attirent les touristes

    Et de nombreux boulistes,

    A la recherche de soleil,

    Qu’ils guettent dès le réveil

    Pour une séance de bronzage.

    A tout âge

     

     Le marché couvert représente un certain intérêt,

    Les jours de son ouverture, pour acheter des raies,

    Sans oublier les langoustines

    Qui, pour un bon repas, passent à la guillotine. 

    L’église Notre Dame édifiée en béton est bien triste

    Et attriste.

     

     A l’approche de l’eau, une forêt de mats,

    Traverse tous les climats ;

    Ils sont serrés les uns contre les autres qu’ils soient rond ou plat

    Me rappelant des plantations d’Hévéa.

    Ils se balancent au gré des vagues,

    Air vague.

     

     O vagues monotones,

    Qui font croire que la mer est présente,

    Mélancolie, tu n’es pas qu’apparent ;

    Je ne peux chanter ta beauté, je reste atone

    Ni m’arrêter sur cette onde qui divague,

    Morne vague.

     

    Bien scellés au centre de petites embarcations

    Expliquant leurs classifications.

    Les bateaux vont affronter l’eau de l’estuaire,

    Un véritable adversaire,

    Contournant le phare de Cordouan,

    Cher aux chouans.

     

     Certains atteindront la mer lointaine, 

    Toujours incertaine,

    Même à la belle saison

    S’attaquant aux maisons.

    Par des projections de sel

    Un carrousel.

     

     Ville reconstruite dans un style moderne,

    Reste pour moi une cité terne.

    Retirez les plages de sable,

    Pour les vacanciers, elle ne sera plus abordable.

    Donnez-lui un peu de couleur

    Pour du bonheur

    (20 mai 2018)

     


    5 commentaires
  •  

    Pour publiez des poèmes

    Relisez bien votre texte,

    Enlevez toutes les fautes d’orthographes

    Soyez très stricte.

    Encore des fautes !

    Ne négliger pas la préparation

    Comme un orfèvre travaillez votre œuvre

    Et vous serez récompensé par le nombre de lecteurs 

     

    Préparez-vous pour faire une bonne marche

    Respirez profondément 

    Evitez un départ trop rapide

    Sans aucune préparation

    Et vous irez plus loin

    Ne cherchez pas la performance

    Comme les grands sportifs

    Economisez vos énergies. 

     

     Pour réussir votre dessert

    Regroupez tous les éléments sur la table

    Evitez toute précipitation

    Sans aucune préparation ; prenez votre temps

    Ensuite mélangez doucement vos ingrédients

    Ne vous énervez pas avant d’avoir fini

    Comme ceux qui n’ont pas de patience

    Et vos invités seront ravis 

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

    Par 13 à la douzaine 13 à la douzaine

    ici

    https://atelierecrituretreizealadouzaine.blogspot.com/

    Mon fils entre au lycée agricole,

    Branche vinicole.

    Il aimerait reprendre l’exploitation familiale

    Un désir patriarcal.
    Il sera pensionnaire.

    Pour lui, quelle affaire.

    Qui le guidera dans sa nouvelle vie,

    Pour parvenir à ses envies ?
    Il faut préparer son trousseau,

    C’est un autre berceau.
    Que de contraintes,

    A faire sans aucune crainte !
    Dans la liste, que de choses farfelues

    C’est une liste absolue.

    On le prend pour une marionnette.

    Pour tout emmener, il faudra une camionnette.

    Assise sur un siège près de la margelle du puits,

    Juste après un orage de forte pluie,

    Je regarde le mur couleur brique, un peu terne,

    En ce qui me concerne.

    Je prends une légère collation,

    Pour la circulation.

    J’ai les jambes fatiguées

    Je ne peux plus bourlinguer.

    La pluie s’est arrêtée

    Pourquoi rester abritée ?

    Mais la gouttière fuit encore,

    L’eau s’écoule sur le mur de dehors ;

    Je vais prévenir le plombier,

    Installé aux Herbier.

    Dans les champs, mon mari travaille

    Le bord des vignes, il débroussaille.


    10 commentaires
  •  

     

    Eternelle beauté

    Tout est beauté.

    Ecarquillez les yeux

    Regardez la nature

    Ne la défigurez pas

    Elle vous le rendra.

    Laissez la vivre

    Libérez-là de vos étreintes

    Elle a besoin de liberté

    Sans être contrainte 

     

    Enfant de tout pays

    Tenez-vous la main

    Etendez les bras vers l’autre

    Regardez-le joyeusement

    Ne le méprisez pas

    Et vous ne serez pas rejeté.

    Laissez-les vivre

    Libérez vos étreintes

    Enfant de tout pays

    Soyez les ambassadeurs de la paix. 

     

    Elevez les bras bien haut

    Tout le corps doit réagir

    Etirez vos mains

    Restez sans bouger

    Ne respirez plus

    Elle progresse la détente.

    Laissez-vous aller

    Libérez tout votre corps

    Elevez votre esprit

    Sans vous contracter.

     


    6 commentaires
  •  

    La Porte des rêves 

     

    Une telle porte peut être fermée
    Pour empêcher le rêve de s’évaporer,

    Et mieux s’accoutumer,

    Pour avec l’individu, collaborer.

    Mais elle peut être ouverte 

    Pour faciliter les découvertes

    Et construire une grande épopée

    Qui ne pourra s’échapper.

    Quelle soit ouverte ou fermée

    La porte des rêves n’est jamais allumée.

    Elle surprend dans le noir

    Une fois tombé le soir,

    Et disparaît au petit matin,

    Sans aucun baratin.

    Tout évènement peut ouvrir cette porte

    Et l’individu emporté

    Dans des nuages brouillardeux

    Qui peuvent le rendre heureux.

    Grand Maître des rêves,

    Toi que les crées sans aucune trêve,

    Inonde mon être de tes rêves heureux

    Dont tu es si généreux ;

    Ils me font dormir d’un sommeil générateur

    Et grâce à eux je suis un bon auditeur.

    Eloigne de moi ceux que l’on nomme cauchemar,

    Qui agitent mes nuits comme des calamars,

    Qui me cerneraient pour me détruire

    Et dans l’enfer m’introduire.

    (12 juin 2018)

     


    5 commentaires
  •  

    Est-il au fond du ravin,
    Cet être qui me tend la main ?
    S’est-il agrippé à une branche
    ce matin, un dimanche.
    Pourquoi en douter,
    Et derrière une ombre m’abriter. 
    Ecoutez-le pleurer ?
    Son visage est apeuré.
    Depuis des années il cache ses sentiments
    comme si une menace le trouvait somnolent.
    Depuis trop longtemps cet homme souffre ?
    En silence au fond de son gouffre.
    Aurait-il chopé une maladie grave
    Qui chaque jour s’aggrave ?
    L’oreiller serré contre son ventre
    Sur son drame, il se concentre.
    Il ne joue un personnage
    Pour faire croire qu’il est malade, il se ménage ?
    Non ! Il s’est battu pour ses enfants
    sans être étouffant.
    Depuis des années son ménage bascule
    son épouse affabule.
    La réalité du quotidien, il l’affronte seul,
    Lui qui est mon filleul.
    Un drame inattendu l’a bouleversé,
    Tout son être est renversé.
    Il ne voulait y croire
    Refusant la lie du ciboire.
    Peut-il revenir en arrière
    Et renverser toutes les barrières ?
    Sa progéniture le soutient,
    Aucun d’eux ne s’abstient.
    Pour eux, il restera debout,
    Droit comme un marabout.
    (11 juin 2018)
     

     


    5 commentaires
  •  

    Je n’avais que 4 ans 

     

    Dans mon enfance,

    J’ai eu beaucoup de chance.

    De débarquer au milieu d’une fratrie,

    Sans en être meurtri.

    Toujours quelqu’un avec moi,

    Pour m’expliquer les modes d’emploi.

    Je jubilais de joie,

    En me balançant sur mon cheval de bois,

    Mon nounours dans les bras.

    Qui me le reprochera ?

    Vouloir me faire changer de jeux,

    Pensant me rendre heureux,

    N’était pas chose facile

    Même pour un ainé agile.

    Sans doute mon caractère déjà imprimé,

    Sans qu’il soit exprimé,

    Au fin fond de mon être,

    Don gratuit de mes ancêtres.

    Qui pouvait alors me juger

    Sans vouloir m’affliger,

    Et me dicter mon avenir,

    Pour construire ce que j’allais devenir.

    Je n’avais que quatre ans ;

    J’aimais beaucoup le boucan.

    A cet âge, on ne jure de rien,

    Même pour son bien,

    Mais on refuse tout,

    Sauf les bisous.

    Na !

     

     

    Je voudrais gagner ce jeu.

    Ce n’est pas par jalousie ;

    Je ne suis pas jaloux.

    Le premier prix est une jument

    Le second, un jambon

    Accompagné de deux jambonneaux.

    Le troisième prix, une paire de jumelles.

    Le tirage se fera au milieu de jardin,

    Lors de la célébration du jumelage,

    Avec un village de la Jamaïque.

    Cette tombola doit permettre à nos jeunes d’aller au Jamborée.

    Je n’y suis jamais allé

    Lorsque j’étais jeune


    5 commentaires
  •  

    Petite bulle 

     

    Petite bulle qui monte au ciel,

    Tu fais merveille,

    Avant d’éclater

    Sans t’arc bouter.

    Bulle de savon 

    Qui monte au plafond.

    Globule rempli de gaz, sphérique,

    Diraient les scientifiques.

    Bulle de boue,

    Qui craquent sous les roues.

    Bulle d’eau rempli de savon

    Pas réservée aux slavons.

    Niveau à bulle,

    Acheté à Tulle.

    Bulle de malades 

    Qui ne peuvent accepter une balade.

    Bulles de bandes dessinées,

    Sur les images enracinées.

    Après tant de bulles découvertes,

    Je ne suis plus très alerte

    Et je vais me coincer une bulle

    Qui  ne sera pas nulle.

    Dans la baignoire les enfants font des bulles

    Et avec elles, affabulent.

    A la foire sur un bassin d’eau,

    Sans aucun radeau,

    Les enfants enfermés dans une bulle de plastique,

    Un condensé chimique,

    Tournent, tournent, sans se mouiller,

    Sans risque de dérailler. 

     

    Toutes les bulles ne s’écrasent pas sur le plafond ;

    Des pirouettes elles font,

    Pour se glisser vers la fenêtre entrebâillée.

    Comme de petites canailles débraillées,

    Elles s’envolent vers le firmament

    Allègrement. 

    Assis au bord de l’eau

    Au sommet d’un plateau,

    Je les regarde s’évaporer

    Dans le ciel sans nuage, tout azuré.

    Avec elles mon regard s’éparpille

    Bien loin de ma bastille.

    Là-haut, une grosse bulle ouaté

    Qui n’avait pas éclaté,

    Descend doucement et s’arrête à mes pieds

    Ouvrant devant moi un large marchepied,

    M’invitant à la rejoindre

    Et avec elle m’adjoindre

    Pour un voyage d’éternité

    En toute normalité.

    Je m’installe dans cette bulle

    Une véritable capsule,

    Et me voici emmené comme des spationautes ;

    Je suis un astronaute.

    Des oiseaux montent avec nous vers la stratosphère

    Quittant mon hémisphère.

    Après un long voyage,

    Au-delà des nuages,

    Peu à peu la bulle redescend ;

    Ce voyage me rend impuissant.

    Reprenant le marchepied

    Y déposant pied par pied,

    Je retrouve mon bord du lac,

    A peine plus grand qu’une flac.

    (8 juin 2018)

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Devant la feuille blanche 

     

    Avec de tels mots

    Qui emplissent mon âme de maux,

    Je ne sais par où commencer,

    Et mon texte à qui le dédicacer.

    Par quels mots débuter ce logo rallye

    Que j’avais bien accueilli, 

    Sans mesurer les difficultés du sujet,

    Et bientôt en moi son rejet.

    Sur Google j’ai cherché le sens de ce terme

    Pensant d’abord au jeu de lego qui enferme

    Un être dans sa solitude

    Souvent sans aucune aptitude.

    Qui sera le premier à choper les phrases de mon récit,

    Et comprendre ce qui est écrit ?

    Saura-t-il écouter et apprécier le message

    Et découvrant tous ces personnages,

    Qui me font douter de mes capacités

    Et du sens de mon activité ?

    Qui a mis en moi cette menace,

    De briser mon interface ?

    Une véritable provocation pour un homme qui se dit écrivain,

    Et travaillerait en vain,

    Pour partager ses sentiments avec des lecteurs,

    Toujours inconnus, mais de vrais accompagnateurs.

    Comme des enfants face à une feuille blanche

    Devant laquelle ils planchent,

    Pour travailler leur dissertation

    Sans en trouver la solution,

    Et qui serrent leur stylo dans la main,

    Ne pouvant attendre demain,

    Au fond de lui-même l’écrivain se sent malades

    Et s’enferme dans ses barricades.

    Les mots se sont évaporés,

    Les phrases envolées,

    Son esprit s’est vidé,

    De tout ce qu’il avait commandé.

    Il ne peut que fermer son cahier,

    Et ranger son tablier,

    Dans l’attente d’un jour meilleur,

    Qui sera son conseilleur.

    (6 juin 2018)

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires