• Texte inspiré de la prose de Ghislaine 93

    Le petit bois

    Mon environnement : du bois, des feuilles, de la terre
    Formant entre eux de petits cratères ;
    Des pins, des chênes, des peupliers,
    Savent bien m’habiller ;
    Ils ne demandent qu’à se développer pour s’élever vers le ciel,
    Pour eux une espérance matérielle.

    De temps à autres des petits oiseaux chantent,
    Des mélodies à mon cœur, touchantes,
    Volent d’arbre en arbre frôlant les feuilles
    Regardant sauter les écureuils,
    Avant de se poser sur leur nid
    Leur très cher abri.

    Chez eux, ils dégustent quelques petits vers,
    Dont ne donnent aucun détail ces quelques vers.
    Ecouter mon cœur palpiter
    Sans discontinuité,
    Sous un soleil radieux ;
    Que ce lieu est merveilleux.

    Avec la pluie fine qui a précédé le soleil,
    Les couleurs de la nature font merveilles
    Tout cet environnement chante de joie,
    Comme chez moi, les villageois
    La nature qui nous entoure
    Nous vêt d’une véritable fourrure.

    Ce petit bois est rempli de beauté
    Restant isolé des grandes cités,
    Caché au bout d’un petit chemin
    Que j’emprunte presque chaque matin
    Trop étroit pour les voitures modernes,
    Il cache une véritable caverne.

    En paix, il peut prospérer car il est isolé.
    Peu d’humains se promènent sur ses allées,
    Quelques chasseurs en octobre,
    Traversent son ombre ;
    L’absence de lapins et autres gibiers, toutes les semaines
    Les éloignent de ce domaine.


    Pas de gros arbres pour être sciés
    Sa jeunesse l’éloigne des carnassiers.
    Quelques champignons pointent leur nez avec de belles alvéoles,
    Mais bien cachés dans les feuilles mortes qui habillent le sol
    Ils n’attirent personne,
    Et dans leur cœur, ils rayonnent.

    Ce petit domaine vit en paix,
    Avec ses taillis épais ;
    Abandonné à cause de son pourtour,
    Il est en fête toujours,
    Pour le bien de la nature,
    Fier de sa belle verdure.

    C’est un espace vital,
    Pour l’avenir de la planète, capital,
    De temps à autre, quelques animaux perdus
    Y cherchent un refuge bien défendu.
    Ici, la vie est en fête,
    Tout ce qu’il faut pour reposer la tête.
    (27/04/2019)


  • Commentaires

    6
    Mardi 7 Mai à 02:45
    colettedc

    Magnifique, que ce texte, Daniel ! Défi agréablement relevé ! Bravo !

    5
    Mardi 30 Avril à 11:18

    Bonjour Chaton, merveilleuse ode à ce bois !

    Pour les vers de terre, il paraît qu'il y en a de moins en moins et pourtant la terre en a besoin.

    Concernant le jeu des acrostiches, j'ai répondu à ta question, je te l'indique parce que je ne suis pas sûre du tout que les lecteurs soient prévenus par mail des échanges de commentaires.

    Bises !

    4
    Dimanche 28 Avril à 13:33

    Coucou Daniel

    La nature est un précieux trésor il faut la préserver.

    C'est un délicieux poème j'ai aimé te lire...merci.

    Bon dimanche.

    bisous l'ami

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    Samedi 27 Avril à 15:49
    Séverine
    Belle promenade en ta compagnie !
    2
    Samedi 27 Avril à 08:27

    Daniel c'est magnifique ! Quel plaisir on sent dans tes mots..........

    Merci beaucoup pour m'avoir si bien parlé de tes bois.

    Bisous

    1
    Vendredi 26 Avril à 18:18
    Un petit bois rien que pour toi ou presque . très joli poème. Mes petites filles arrivent, je fais une pause de commentaires pendant une dizaine de jours. Bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :