• Atelier Marie-Lise liste 10

    Un voyage mouvementé

    Atelier Marie-Lise liste 10

     Peut-on faire l’évaluation,
    De ceux qui sont allés jusqu’à l’intégration,
    De tous ces hommes, femmes et enfants,
    Qui ne comptaient plus le temps
    D’un débarquement sur la terre ferme,
    Dans un pays de charme.
    Ils étaient contraints de fuir leur pays,
    Avec l’espoir d’être recueillis,
    Là-bas, de l’autre côté de l’eau,
    Espérant trouver du boulot.

    Les passeurs devaient les persuader
    Et, sur les embarcations, les barricader,
    En les assurant de quelques familles par passage,
    Facilitant l’atterrissage.
    Nombreuses les personnes entassées sur ces embarcations,
    Pour une expatriation.
    Ils se lançaient comme des fantômes,
    Sur un chemin couvert d’hématome.
    Fortunes inestimables pour les passeurs,
    Qui avaient perdu toute saveur.

    Émouvantes ces photos
    Passées en boucle sur les infos,
    Ces hommes, ces femmes, ces enfants,
    Qui avaient perdus la notion du temps,
    Secourus par des bateaux d’association,
    Refusant toute résiliation.
    Combien ont péri en mer,
    Courant après une chimère,
    Devant la faim ou la guerre,
    Une nouvelle traite négrière.

    Les pays méditerranéens refusent ces bateaux de secours ;
     Ils n’ont aucun recours !
    Voyages mouvementés sur des embarcations de fortune,
    Leur sauvetage, une infortune.
    Personne ne veut les accueillir,
    Ils vont de nouveau défaillir ?
    Est-on revenu à l’époque de la traite des humains,
    Et, comme Pilate, s’en laver les mains ?
    France, pays d’accueil,
    Valeur inestimable, les laisseras-tu dans leur cercueil.
    (08/07/2021)










  • Commentaires

    14
    Lundi 12 Juillet à 15:39

    Comme un cri qui résonne dans le désert de l'indifférence,

    c'est terrifiant et dramatique !

      • Lundi 12 Juillet à 16:11

        Tu rejoins les autres commentaires. Bon après-midi. Daniel

         

    13
    Lundi 12 Juillet à 15:05
    Renée

    C'est un drame, mais les pays ou veulent aller ces gens et ceux dans lesquels ils transitent ne peuvent plus en accueillir autant ils le savent mais tentent malgré tout et bien souvent ce ne sont pas des réfugié de guerre mais des réfugié soit disant économiques. les passeurs en jouent et certains sont même des employés d'ONG a ce que je me suis laissé dire (je ne sais d'ou, il me semble dans un post sur FB mais aucune preuves) pas mal de ces passeurs sont connus donc atteignables donc pourquoi les laisse t-on faire? Il ne sont pas tous si haut placé que ça....Ils ont graisses les pattes? Ne crois pas que je sois indifférente mais il reste vrai que quand je regarde aussi par exemple en Grèce ou ils ont été accueillis nourrit malgré la crise qu'a et vis ce peuple, et ce que certains on fait dans le pays ça ça ne vas pas non plus! Oui je sais faut pas mettre tout les oeufs dans le même panier....Bisous douce semaine

      • Lundi 12 Juillet à 16:10

        Ton message me touche beaucoup comme tous les autres. On ne peut rien faire, que constater. Mais autour de nous vivent des réfugiés, savons-nous les accueillir ? Bon fin de journée. Daniel

    12
    Dimanche 11 Juillet à 15:09
    Séverine

    La faute en revient d'abord et surtout à ceux qui leur vendent une chimère à prix d'or. Ils s'enrichissent sur le dos de la misère et du désespoir.

      • Dimanche 11 Juillet à 17:23

        Ce sont souvent à l'origine des gens hauts placés, intouchables qui utilisent des sbires ! Bonne fin de journée.  Papa

    11
    Dimanche 11 Juillet à 10:14
    Martine

    Bonjour Daniel

    Bravo à toi pour ce texte engagé. Ce drame humain me fend le cœur. Je n'arriverai jamais à comprendre comment on peut traiter des êtres humains de cette manière. Au départ comme à l'arrivée, d'ailleurs, car comme le souligne très justement Anne-Marie, entendre ici, sur notre sol, des gens dirent "ils n'avaient qu'à rester chez eux", c'est peut-être encore plus choquant. Pensent-ils que ces gens montent par plaisir à bord d'embarcations de fortune en laissant tout derrière eux ? Non ! Ils fuient la misère, la pauvreté, la guerre, la torture, l'esclavage, la mort ! Que ferions-nous à leur place ? Voilà la question qu'il faut se poser, si toutefois nous avons à cœur de rester humains et non des robots sans âme qui ne se soucient que de leur confort personnel.

    Je me suis lâchée, là. De temps en temps, il faut que les choses soient dites, alors grand merci à toi, Daniel.

    Bon dimanche !

    Martine

      • Dimanche 11 Juillet à 14:05

        Dans mon texte, c'est le cœur qui écrivait ce que je n'osai faire. Il ne s'agit pas d'être chrétien ou pas, mais tout simplement humain. J'ai eu peur un moment de choquer certains lecteurs, mais je me suis lancé, texte écrit d'une seule traite avec seulemnt quelques petites corrections le lendemain avant de l'envoyer. Merci de ton courageux commentaire. Bonne fin de journée. Daniel

    10
    Samedi 10 Juillet à 02:58
    colettedc

    Super, ce que tu as fait de ces mots, Daniel ! Bravo ! Bon week-end !

      • Samedi 10 Juillet à 11:45

        Sujet délicat à aborder. Je suis content de l'avoir fait et de vos commentaires. Bon week-end. Daniel

    9
    Samedi 10 Juillet à 01:15

    Merci pour cette participation qui  remue le couteau là où ça fait mal !

    A quoi sert de leur dire, comme j'ai déjà entendu, qu'ils n'avaient qu'à rester chez eux ?

    Ils sont là ! 

    Quand ils ont survécu au drame de ces voyages dangereux où tant on déjà péri, faut-il les renvoyer chez eux ? Ils fuiront à nouveau !

    Et les parquer comme du bétail dans des camps, après ce qu'ils ont traversé, est-ce la solution ? Et surtout, est-ce humain ?

    Tu nous donnes beaucoup à réfléchir Daniel 

    Bon week-end

     

      • Samedi 10 Juillet à 11:44

        Question bien délicate qu'il faut savoir aborder de temps à autre. C'est un peu le rôle de la poésie et des poètes. Bon week-end. Daniel

    8
    Vendredi 9 Juillet à 18:57
    Tout à fait d'accord avec ce que tu écris. Bon weekend.
      • Samedi 10 Juillet à 11:41

        Merci Martine de partager ma vision de ce problème. Bon week-end. Daniel

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :