• A la lueur d’une lampe

     

    Lampe posée sur une commode,

    Rien en elle ne démode,

    Juste derrière toi

    Elle accomplit son emploi.

    En file : le mur, la lampe, toi debout,

    Vêtue d’un simple boubou.

    Cette lampe éclaire toute la pièce,

    Illuminant le portrait de ta nièce.

     

    Tout est silencieux dans ce salon,

    Empli pour le nouvel an de cotillons.

    Tu es seule, dressée sur tes deux jambes,

    Autour de toi, rien ne flambe ;

    Figée dans cette position surprenante

    Comme une plante flamboyante

    Au milieu d’un havre de paix,

    Dans une grande plaine, campée.

     

    Derrière toi, tu ne m’as pas senti me glisser,

    Dans cette pièce bien agencée.

    En silence pour ne pas te surprendre,

    Je voulais doucement t’atteindre.

    Tu te crois seule,

    A coté de ton épagneul.

    La lueur de la lampe projette devant moi ton dos,

    Dessin construit avec beaucoup de brio.

     

    Ombre projetée sur le mur d’en face,

    Tu occupes tout l’espace.

    Le dessin de ton corps devant moi, épanoui,

    Mes yeux en sont tout éblouis.

    En noir et blanc sur un mur immaculé,

    En aucun point alvéolé.

    La fraicheur de l’ombre me surprend,

    Ta vision me détend.

     

     Tu es affinée et grandie,

    Ta candeur resplendie.

    Règles d’optique respectées,

    Le dessinateur s’est acclimaté.

    Tu es bien frêle sur cette projection

    Monte en moi une profonde admiration,

    Devant l’être que tu es,

    Dans ma tête imagée.

     

    Tu es telle que je t’ai aimé,

    A toi, vite je me suis accoutumé.

    Ma présence te fait vibrer

    Sur le mur, plus de dessin ombré.

    Je te serre dans les bras,

    Ce qui te déséquilibra.

    Nos lèvres se sont rapprochées,

    Pour un baiser non recherché.

    (1/08/2018)

     

     


    3 commentaires
  •  

    Le roi des animaux

     

     Couché au fond de sa cage,

    Bien loin de son boccage,

    Le lion me regarde d’un air agar

    Se prenant encore pour un césar,

    Dirigeant son empire en solitaire

    Étant le seul bénéficiaire.

     

     Je te sens accablé par la canicule

    Comme un prisonnier au fond de sa cellule.

    Toi le roi de tous les animaux,

    Te voici doux comme un agneau.

    Je voulais voir un vrai lion,

    Je n’en vois que la négation.

     

     Serais-tu devenu un simple roitelet ?

    Devant l’ennemi, aurais-tu capitulé ?

    Les courses dans la steppe, sont du passé,

    Les antilopes peuvent se prélasser.

    Le lion s’est enfermé pour une longue retraite,

    Loin de chez lui, sur une autre planète.

     

     Sa lionne a été déplacée dans une autre cage

    Avec lui elle était trop sage.

    Bientôt elle aura des petits,

    Le pauvre animal en est anéanti.

    La solitude lui pèse, il sent sa fin arriver

    Et sa royauté presque achevée.

     

     Est-il né au Kenya ou dans un autre pays africain ?

    Vu son âge, personne ne peut le dire, c’est certain.

    Depuis longtemps il est enfermé dans ce zoo,

    Entouré de grillage, son triste enclos.

    Ses repas lui sont servis à travers une grille,

    Plus de chasse comme ses voisins les gorilles.

     

     Pauvre lion, tu me fais pitié,

    Si je pouvais je t’aurai amnistié

    Et emporté loin de là dans la savane,

    Peut-être là bas en Guyane.

    Je ne peux que me morfondre avec toi,

    Sans pouvoir même ouvrir ton toit.

    (11 août 2018)

     


    3 commentaires
  •  

    Pour mon anniversaire Mamie m’a offert une boule de laine

    Quelle avait ramenée dans son panier de la grande plaine.

    Elle bougeait à peine dans sa boite en carton,

    Un beau cadeau qui peu à peu allait envahir la maison.

     

     Je l’ai appelé minou car il était tout doux ;

    Le cachant à maman, je l’emmenai dans mon lit

    Et à coté de moi, il restait blotti,

    Peu à peu il a grandi ce petit filou.

     

     Assis sur son arbre, il regarde à travers la vitre

    Ce grand rapace qui voulait régner en maitre

    Sur la pelouse brulée par la canicule

    En picotant son corps sur ces deux pattes bascule.

     

     Ce rapace n’était qu’un noir corbeau

    Qui dans son apparat se croyait beau

    Mais pour un petit chaton, boule de coton

    Il paraissait énorme, et pour le chasser un gros bâton.

     

     L’enfant regarde son jouet sur son arbre perché,

    Pas question d’ouvrir la fenêtre

    Pour qu’il prenne la poudre d’escampette,

    Et affronter le monstre pour se faire amocher.

     

     Tu es trop petit pour quitter la maison,

    Tu ne sauras pas y revenir avant la nuit

    Et sans toi je m’ennuis

    Seul dans mon lit et toi dans un buisson.

     

     Chaton ne pouvait traverser la fenêtre ;

    Les autres issues étaient fermées.

    Comment chasser ce monstre et l’assommer,

    Qui, dans le jardin, se promenait en maître.

     

     Grimpé sur une chaise, l’enfant prit son chat

    Et le coinça dans ses bras trop petits pour l’y maintenir.

    L’animal se débattit refusant d’obéir,

    D’un bond, il reprit sa place et à son arbre s’accrochât.

     

     Le rapace s’était envolé, plus de trace sur la pelouse,

    Dans son antre il avait retrouvé son épouse.

    Chaton déçu sauta de son arbre et retrouva son ami,

    S’excusant pas de tendres miaulements et contre lui s’endormit.

    (9 août 2018)

     


    4 commentaires
  •  

    Écran

     

    Esclave moderne qui jaillit partout

    Et vous suit comme un gentil toutou ;

    Son nom est bien connu

    Pour vous, il est bienvenu.

    Faut-il le décrire ce véritable Satan

    Et le conjuguer à tous les temps ?

     

     Écran de petite taille

    Fixé sur un simple rail

    Au mur de la cuisine

    Au dessus de nombreux magasines.

    Il vous donne toutes les recettes

    Même la cuisson des andouillettes.

     

     Écran de télévision,

    Qui du monde donne une autre vision,

    Avec les informations en temps réel,

    Les drames accidentels,

    Les conflits militaires

    Couvrant toute la terre.

     

     Écran d’ordinateur fixe ou portable

    Posé sur le coté d’une table,

    Envahissant vos bureaux,

    Remplaçant l’apéro ;

    On ne peut le quitter

    Et surtout ne pas s’absenter.

     

    Il prend le nom de Smartphone,

    Remplaçant nos vieux téléphones

    L’inter et son opératrice,

    Qui œuvrait en coulisse.

    Aujourd’hui il inonde la jeunesse

    Que finalement il agresse.

     

     Écran de veille

    Qui met l’appareil en sommeil,

    Pour économiser l’énergie

    C’est une mode qui surgit,

    De tous les ministères

    Qui en font leur prière.

     

    Écran dans toutes les voitures,

    Même sur les tracteurs dans l’agriculture ;

    Ils obéissent à la caresse du doigt,

    Et sont souvent de bon aloi,

    Pour vous donner le chemin à suivre,

    Et des bouchons vous délivrent.

     

    Écran solaire,

    Qui recouvrent votre chair

    Pour la sauvegarder des rayons dangereux,

    Pour les fabricants un véritable enjeu,

    Qui vide votre porte monnaie

    Sans soulager vos espaces cutanés.

     

    Écran de verdure,

    Aménagé par Dame Nature,

    Pour isoler des bruits de la ville et de sa pollution ;

    Tout, pour votre bien, en dehors de la circulation.

    Havre de paix et de tranquillité 

    Éloignant toute agressivité.

     

    Écran, source de revenus,

    Pour les fabricants bienvenus,

    Qui créent de nouveaux besoins,

    Vous caressant avec beaucoup de soins,

    Pour remplacer tout matériel ancien,

    Des adultes jusqu’aux collégiens.

    (26 juillet 2018)

     


    5 commentaires
  •  

    La pendule

     

    Tic tac faisait la pendule du bureau ;

    Son chant s’évaporait au-delà des coteaux.

    Tic tac chantait son balancier, de droite à gauche,

    De gauche à droite, oscillant comme un gavroche,

    Qui du matin au soir, sur deux pieds trop souples

    Cherchait dans la rue, un petit bol de soupe.

     

     Changeant de domicile, elle garda le silence

    Devant ceux qui avaient peur de sa balance,

    De gauche à droite sans jamais s’arrêter,

    Des locataires, elle n’était plus acceptée.

    Au repos, sous les arbres du jardin, son tic tac,

    Ne me bercera plus dans mon hamac.

     

    Une larme perlant au coin de l’œil, tu m’as dit adieu,

    Levant la tête pour cacher ta peine, dans les cieux.

    Te voici en route verts un autre horizon,

    Qui, je l’espère, redorera ton blason.

    Sèche tes larmes, ton tic tac reste dans mon cœur

    Car tu trouveras un nouvel amateur.

    En pièces détachées, tendrement rangées,
    Elle fera le bonheur, sans être adjugée,
    D’un inconnu en balade dans un espace de vente
    Que régulièrement il arpente,
    Pour découvrir en avant du bâtiment
    L’objet tant recherché depuis si longtemps. 

     

    Bientôt résonnera de nouveau ton tic tac,

    Qui bercera dans un autre jardin, un ami du hamac ;

    La vie est ainsi faite, tout n’est que passager,

    Et dans notre être devient abrégé.

    La roue tourne, il faut l’accepter,

    Quelque soit l’âge, il faut s’acclimater.

    (19 juillet 2018)

     


    3 commentaires
  •  

    La révolte d’une mer en furie

     

     Venu des profondeurs de l’océan

    Un terrible serpent, image d’antan,

    Digne fils d’Asclépios dieu grec

    Qui refusait pour ses fils le moindre échec.

    Sur ses gardes sans cesse, il errait au fond de l’eau.

    De peur qu'en surface, un pécheur voulant sa peau

    Ne le reconnaisse et le transperce avec son harpon

    Comme les chasseurs de baleine au Japon,

    Il se tenait dans les cavernes de la mer

    Se cachant en coulisses, éteignant les lampadaires.

    Aujourd’hui, le serpent des mers a décrété : 

    Jour d’exercices et de feux d’artifice bien affutés

    Qui bousculeront les vagues des mers,

    Leur donnant un goût amer.

     

     Comme celle d’une énorme baleine,

    Cétacés échappant aux baleiniers avec peine,

    Sa queue montait et descendait, transperçant l’eau,

    Secouant les flots, culbutant les bateaux.

    La mer ne pouvait se défendre devant cette bête en furie ;

    Pouvait-elle amadouer ce centaure qui la laissait ahurie.

    Elle se laissait emporter au gré des battements de la queue.

    Son allure avait changé ; elle avait perdu sa couleur bleue.

    Une vase sableuse l’avait transformée ;

    Elle ne pouvait s’accoutumer.

    Des vagues impressionnantes se formaient en abondance,

    Défiant la mer de son arrogance.

    Elles balayaient tout sur leur passage,

    Détruisant le moindre balisage.

     

     Allongé sur le sable douillet sous un soleil de plomb

    La tête couverte d’une casquette, je protégeais mon front.

    Le bord de l’eau était tapissé de galets

    Que des vagues bien douces faisaient rouler,

    J’aurais pu chanter 

    Tout en restant abrité : 

    La mer sans arrêt, 

    Roulait ses galets.

    J’étais heureux de pouvoir me détendre ;

    Que le roulis des vagues à entendre.

    J’étais loin d’imaginer ce que ce monstre me réservait,

    Et la tempête qu’il soulevait.

    Je regardais le ciel, de bleu habillé,

    Aucun signe ne le disait barbouillé.

     

     Brutalement le domaine des dieux s’assombrit

    Le vent préparait un charivari.

    L’air de repos se désertait ;

    Rien n’aurait pu nous abriter.

    Il fallait rapidement plier bagages

    Et quitter cette plage,

    Qui devenait dangereuse

    Face à une tempête belliqueuse.

    Le ciel s’ouvrit brutalement

    Laissant s’échapper des trombes d’eau abondamment.

    Le roulis des galets s’était énervé,

    Et sur le sable à grand bruit, dévalés.

    Le ciel se zébra d’éclairs multicolores,

    Il fallait fuir ce corridor.

     

     Devant cette mini bourrasque,

    Qui ressemblait à une arnaque,

    Je quittais cette plage de mes rêves

    Qui, du travail, m’avait permis une trêve.

    Luttant contre des vents adverses

    Accompagnés de fortes averses,

    J’ai pu atteindre mon logement,

    Transis de tels désagréments.

    Le serpent des mers m’avait chassé

    De mon oasis bien agencé

    Le long d’une rive ensoleillée,

    Qu’un ami m’avait conseillé.

    Dame nature, chez elle est maître,

    Il nous faut l’admettre.

    (8 juillet 2018)

     


    7 commentaires
  •  

    Un bord de mer un soir d’été 

     

    Je garde en mémoire

    Ce spectacle d‘un soir,

    Qui m’a comblé de merveilles,

    D’un coucher de soleil,

    Que m’a offert la nature,

    Magnifique architecture.

    Doucement, le soleil descendait,

    Et à l’océan accédait.

     

    Jean Ferrat avait chanté

    Ce refrain qu’il avait concocté :

    « La mer sans arrêt

    Roulait les galets »

    Que durant la journée, elle avait accumulés,

    Les voulant assemblés,

    Le long d’une belle plage
    loin de tout babillage.

     

    Jaune/orangé était l’horizon,

    En cette belle saison.

    Je voyais descendre,

    Comme une alouette calendre,

    Le soleil qui avait réchauffé la journée,

    Et qui m’avait accompagné.

    Fatigué, il voulait se coucher

    Et de la mer s’approcher.

     

    Dans l’eau quelques baigneurs,

    Qui se prenaient pour des seigneurs,

    Les vêtements, au loin déposés,

    Les corps presque carbonisés,

    Sautillaient sur le ressac des vagues,

    Recherchant la drague.

    De la berge ils avaient courus

    Pour se baigner entièrement nus.

     

     Ils attendaient du soleil le coucher,

    Et ses rayons débranchés,

    Pour profiter de la nuit étoilée,

    Avec ses lumières émaillées,

    Pour sortir de l’eau

    Comme de pauvres rigolos.

    Ma présence les avait un peu gênés,

    Ils restaient agglutinés.

     

     Les filles, les cheveux défaits,

    Nageaient dans l’eau comme des fées.

    On aurait dit des sirènes

    De vrais indigènes,

    Par la couleur de leur peau,

    Que le soleil avait brulé au chalumeau.

    Elles étaient prêtes à passer la nuit,

    Au moins jusque minuit.

     

     Dans la mer, elles se laissaient bercées,

    Et par l’onde, balancées.

    Sans attendre que le soleil se cache,

    Abandonnant tout panache,

    De l’eau, elles ont couru
    sur les galets les pieds nus,

    Emplies de liberté

    Comme des oiseaux en pleine activité.

     

     

    Là-bas, au fond de l’horizon,

    Le soleil a baissé son blason,

    Puis il a disparu rangeant ses couleurs sacrées,

    Dans ma tête, bien encrées.

    Le ciel a perdu de sa clarté,

    Sans abandonner sa fierté.

    Peu à peu il étend une voilure bien étoilé,

    Avec de pointes brillantes déballées.

     

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Sonnet à Icare 

     

    Prisonnier sur son île, Icare veut s’enfuir.

    Les chemins bien gardés, la cohorte veille,

    Les portes verrouillées, la mer dangereuse

    La nostalgie emplit son âme, il veut fuir. 

     

    O vague sur la mer, tu ne peux me porter,

    Là bas sur l’autre rive, près de ma famille ;

    Morne mer qui ne peut m’emener à Achille,

    M’empêcheras-tu de rejoindre mes ancêtres.

     

     Aigle majestueux qui plane au dessus de la mer

    Prête-moi tes ailes, je te les rendrais,

    De l’autre coté de l’eau, dans ma cité.

     

     Comme lui je vais avoir des ailes, je les construirai.

    Avec lui je planerais sur l’océan,

    Pour échapper à mes gardiens

     


    4 commentaires
  •  

    Un joli feu 

     

    Les branches ramassées, dans les bois s’accumulent

    Amenées sur le dos de maudites mules

    Dressées au milieu, vaste emplacement

    Celui sur qui le maire a prêté serment.

     

     Dans quelques jours, un soir, bûcher sera dressé

    Et par le maire allumé dans la soirée.

    La population du pays et environs

    Autour du feu rassemblée, tous ils chanteront.

     

     Un fantôme de lune au ciel déjà sombre

    Premier, dernier quartier, sont cachés par l’ombre.

    Au loin quelques hululements percent la nuit ;

    Bruit de la gente présente, les bêtes fuient.

     

     Sur l’autre versant de ce vallon, dans la plaine,

    Des scouts ont mis la flamme au bois résineux,

    Écoutez chanter l’âme de ce bois heureux

    Face à la fraicheur, sur tous les dos, une laine

     

     Vive la Saint Jean, les flammes montent au ciel

    Pour défier les enfers, Satan couvert de miel,

    Un véritable appât pour les pauvres hères

    Comme les abeilles, face aux ours humant l’air.

    (29 juin 2018)

     

     

     


    10 commentaires
  •  

    Le chemin pierreux

     Je n’oublierai jamais ce chemin pierreux,
    qui débouche près de la maison.
    Le long des champs, souvent silencieux,
    Il est connu depuis plusieurs générations.
     

     

    Tout entouré de verdure,
    Il sillonne pour peu de temps, la nature ;
    Bientôt il ne sera plus,
    Le maire voulant en faire une rue.
     

     

    Des immeubles vont prochainement  le côtoyer,

    Les champs de blé à jamais disparus,

    Des logements à perte de vue,

    Le modernisme, vous le voyez ! 

     

    Sur ce chemin encore ombragé,
    deux êtres s’avançaient ; ils n’auraient jamais dû se rencontrer.
    Ils marchaient à pas feutrés,
    l’un rentrait, l’autre s’évadait.
     

     

    Leurs yeux se sont croisés,
    Il faisait encore jour ;
    Longtemps, ils se sont parlés,
    Comme des enfants, seuls, dans une cour.
     

     

    Appuyé sur son bâton tenu d’une main,
    Il serait resté jusque demain.
    Dans le jeu, elle s’est aventurés,
    Plus tard,  ils se sont retrouvés.
     

     

    Ce chemin sera-t-il encore là, après l’hiver ?
    Le printemps le couvrira-t-il encore de verdure ?
    Quoiqu’il en soit, une chose qui est sûr,
    Ailleurs, ils se retrouveront comme deux frères.

     


    7 commentaires
  •  

    Royan 

     

    Ville rasée par les bombardements,

    Vidée de sa population,

    Refusant l’abdication

    Tu as vécu de gros chamboulement,

    Et perdu ta splendeur d’antan.

    Morne Royan

     

     Ta reconstruction me laisse un goût amer

    Bien loin de toute mer,

    Ville sans âme,

    Que personne ne blâme,

    L’été les touristes t’envahissent,

    Te chérissent.

     

     Les vers de Renaud,

    Sans doute composés au bord de l’eau :

    « Ce n’est pas l’homme qui prend la mer,

    C’est la mer qui prend l’homme »

    N’ont aucun sens en ce lieu

    Dis leur adieu.

     

    De mer, il n’y en a point

    Quelque en soit le recoin.

    Royan se situe dans l’estuaire de la Gironde,

    Qui comme la mer, gronde.

    Ses plages de sable bordent le fleuve

    Qui abreuve.

     

     Elles attirent les touristes

    Et de nombreux boulistes,

    A la recherche de soleil,

    Qu’ils guettent dès le réveil

    Pour une séance de bronzage.

    A tout âge

     

     Le marché couvert représente un certain intérêt,

    Les jours de son ouverture, pour acheter des raies,

    Sans oublier les langoustines

    Qui, pour un bon repas, passent à la guillotine. 

    L’église Notre Dame édifiée en béton est bien triste

    Et attriste.

     

     A l’approche de l’eau, une forêt de mats,

    Traverse tous les climats ;

    Ils sont serrés les uns contre les autres qu’ils soient rond ou plat

    Me rappelant des plantations d’Hévéa.

    Ils se balancent au gré des vagues,

    Air vague.

     

     O vagues monotones,

    Qui font croire que la mer est présente,

    Mélancolie, tu n’es pas qu’apparent ;

    Je ne peux chanter ta beauté, je reste atone

    Ni m’arrêter sur cette onde qui divague,

    Morne vague.

     

    Bien scellés au centre de petites embarcations

    Expliquant leurs classifications.

    Les bateaux vont affronter l’eau de l’estuaire,

    Un véritable adversaire,

    Contournant le phare de Cordouan,

    Cher aux chouans.

     

     Certains atteindront la mer lointaine, 

    Toujours incertaine,

    Même à la belle saison

    S’attaquant aux maisons.

    Par des projections de sel

    Un carrousel.

     

     Ville reconstruite dans un style moderne,

    Reste pour moi une cité terne.

    Retirez les plages de sable,

    Pour les vacanciers, elle ne sera plus abordable.

    Donnez-lui un peu de couleur

    Pour du bonheur

    (20 mai 2018)

     


    5 commentaires
  •  

    Les coquelicots 

     

    Gentils coquelicots

    Fleurs cocorico

    Qui égayaient nos campagnes

    Et attiraient nos compagnes.

    Vous vous étiez enfuis devant les pesticides

    Dont le goût était trop acide.

    Depuis plusieurs années vous aviez disparu ;

    Refusant d’être secourue.

    Plus de tâches rouges dans les blés

    Et dans les bottes assemblées.

    Plus de marguerites

    Mon âme était contrite,

    Devant un tel désastre

    Qui annihilait tout le cadastre.

    La nature était bien triste

    Déplorant les affairistes.

     

     

    Un jour j’en ai revu

    C’était un imprévu,

    Sur le bord d’une route,

    Mouillés de nombreuses goutes.

    Des agriculteurs veulent les sauver

    Sans gêner leurs champs cultivés.

    Dans mon jardin ils sont revenus

    Timidement dans un coin advenu.

    Cachés derrière le fuchsia

    Adossés à l’acacia,

    Ils sont à l’abri d’un mur,

    Une véritable armure.

    Ils sont huit à se dresser,

    Au pied d’arbustes, adossés.

    L’orage ne les a pas abaissés,

    A nous de ne plus les chasser. 

     

    Vous qui aimez la nature,

    Et ses nombreuses cultures,

    Sauver les coquelicots,

    En les mettant dans votre déco.

    Refuser l’emploi de pesticides,

    Et tous les produits en ide.

    La nature vous le rendra,

    Les coquelicots, elle les défendra ;

    Des bouquets de fleurs jailliront dans vos jardins

    Et vous éblouiront tous les matins,

    Sans les avoir semés ;

    Vous en serez comblés.

    Bienvenus, chers coquelicots,

    Vous êtes revenus franco,

    Avec vos amis les pâquerettes,

    Pour taper une bavette.

    (3 juin 2018)

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Forêt magique 

     

    Je me baladais sur des chemins ouverts à l’inconnu,

    Mais aujourd’hui c’était moi l’inconnu.

    Seul dans un univers macabre

    Pour m’éclairer, aucun candélabre.

    Devant et derrière mo, dansaient des Trolls

    De véritables guignols.

    Dans les arbres le vent hurlait.

    Et autour de moi se faufilait,

    Pour mieux m’accabler,

    Et sans aucun doute me troubler,

    Des êtres étranges

    Vêtus de simples langes,

    Des pieds à la tête.

    Ce n’était pas la fête.

    La forêt magique de mes rêves,

    Si chère quand j’étais jeune élève,

    Se transformait en domaine d’être bizarres ;

    Ce n’était pas le fruit du hasard.

    Je ne pouvais reculer,

    J’étais affolé.

    Tous les chemins s’étaient envolés.

    Je me mettais à bafouiller

    Tremblant de peur

    Devant mes invisibles agresseurs.

    Qui me tenaient dans leur carquois.

    Je n’avais plus le choix.

    Il me fallait avancer

    Et toujours recommencer.

    Brusquement devant moi se dressait une grande tour,

    Je ne pouvais faire demi-tour.

    J’y pénétrais par une porte étroite ;

    Je me sentis comme enfermé dans une boîte.

    Je me laissais tomber sur le sol

    Mais des Trolls m’ont tiré par le col,

    M’entrainant à travers des dédales de marches,

    Qui montaient vers un sommet ;

    Du noir je m’étais accoutumé.

    En haut de cette tour infernale

    Qui n’avait rien d’amicale,

    Je découvrais les lacets de la route dite des Trolls.

    Je ne pouvais prendre mon envol,

    Car ils me tenaient,

    En haut de cette tour, enraciné.

    Des cars montaient et descendaient,

    Tous de touristes bondés.

    Je fus secoué par le son strident d’un cor.

    C’était mon réveil qui changeait tout le décor.

    J’étais reparti en Norvège,

    Bien loin de mon collège.

    Les Trolls de la foret magique m’ont abandonné,

    Dans la nuit, ils m’avaient déraciné.

    Il me fallait retrouver la réalité

    En rejetant ces absurdités.

    Rêve ou cauchemar, je ne pourrais le dire,

    Des Trolls, je ne saurais médire.

    Ils peuvent devenir dangereux,

    Même s’ils paraissent chaleureux.

    Le mieux, c’est de les éviter 

    Et ne pas vouloir les accaparer.

    (29 mai 2018)

     


    6 commentaires
  •  

    L’espoir perdu 

     

    Seule dans la maison,

    Aurait-elle perdu la raison,

    Tout espoir de survivre,

    Et la vie poursuivre ?

    En ce début d’après-midi,

    Sous une atmosphère alourdie,

    Des nuages gris comme un mur de fumée,

    Etaient porteur d’orages au sens propres,

    Que personne ne pouvait interrompre.

    Elle était allongée sur le canapé,

    Les vêtements légèrement fripés ;

    Son chat allongé à coté d’elle

    Comme une simple bagatelle.

    Elle dormait profondément

    Comme, d’une nuit, l’aboutissement.

    Sur une petite table couverte de publicité,

    Bien au-delà de sa capacité,

    Un amoncellement de boîtes vides

    D’aspect plutôt aride,

    Voulait  indiquer et dire à l’inconnu,

    Qui semblait être bienvenu,

    Les causes de son sommeil obscur,

    Cachant sa devanture,

    D’une femme qui avait perdue

    Sans être défendue,

    Le sens de sa vie

    Qu’elle croyait asservie.

    Pouvait-elle encore chasser les idées noires

    Qui envahissaient son être chaque soir.

    La famille, le travail, les trajets en TER, tout était sombres

    Et à jamais rempli d’ombres.

    Venir à elle, cet inconnu, pompier ou ambulancier,

    L’emmener sur un brancard d’acier

    Vers les urgences les plus proches,

    Elle qui jouait au gavroche,

    Ne pouvait que la sauver

    Et son cœur réactiver.

    Elle a rouvert les yeux

    Dans d’autres cieux,

    Devant un amoncellement de brouillard,

    Qui l’avait arraché à son geste vasouillard.

    (27 mai 2018)

     

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Les papillons

     

    Vole, vole, papillon,

    Plane au dessus des sillons.

    Blancs, jaunes ou bleus

    Tu réjouis toujours nos yeux.

    Tu emplis mos jardin de couleur,

    De la nature, tu es un bel acteur.

    Ta palette agrémente tout notre être,

    Et accroit notre bien-être.

    Dans le ciel radieux,

    Tu égayes les cieux.

    De fleur en fleur,

    Comme un véritable acuponcteur

    Tu avances ton aiguillon

    Refusant toute accélération.

    La nature t’a conditionné

    Chez elle tu es enraciné. 

     

    Ta vie ne serait-elle qu’éphémère ?

    Chez toi tout ne serait que chimère ?

    De la nature les hommes t’ont rayé,

    Comme tant d’autres tu as été balayé,

    En répandant trop d’engrais.

    Tu es devenu un émigré.

    Comme toi, de nombreuses fleurs

    Ont perdu leur cœur,

    Pour de l’argent espéré,

    Et de nouveaux gains désirés.

    Reviens vite cher papillon,

    Planer au dessus de nos sillons.

    Il faut sauver la nature,

    Et respecter son architecture.

    Ministre de l’écologie

    Ferais-tu l’apologie,

    De ceux qui ne respectent pas

    Tout en restant ici-bas,

    La planète terre,

    Notre meilleur partenaire.

    (20 mai 2018)

     

     

     


    4 commentaires
  •  

    Les écrivains d’antan et d’aujourd’hui 

     

    Remontant les marches de mon enfance,

    J’étais encore dans l’adolescence,

    Dans mon établissement scolaire,

    L’atmosphère était très autoritaire.

    Dès la sixième, au programme le latin,

    De Cicéron à Augustin,

    Il nous fallait traduire ces textes anciens,

    Et ceux des stoïciens.

    Nous dégustions également les œuvres grecques, 

    Ecrites dans la région au-delà de la Mecque.

    C’est à cette époque que j’ai découvert l’odyssée d’Homère,

    Texte grec plutôt amère.

    Cette œuvre m’a pourtant ravi

    Pendant longtemps j’en ai eu envie.

     

    Quelques années plus tard

    Sans que ces œuvres perdent mon égard,

    La chanson de Roland et sa grande épopée

    Que mon esprit avait choppé,

    Rangeait au placard des oubliettes

    D’un grand coup de balayette

    Les œuvres grecques et latines,

    Et leurs héroïnes.

    Corneille a pris le dessus avec Le Cid,

    Un héros comme le roi David.

    Je peux encore réciter certaines tirades,

    Et, de la même époque, d’autres ballades.

    Plus tard Balzac, Victor Hugo, Zola,

    Autant de romans parlant de l’au-delà,

    Ont passionné le jeune adulte que j’étais ;

    Je ne pouvais les acheter.

    Ces œuvres peignent des panneaux de la vie,

    J’en suis toujours ravi.

     

    Les écrivains modernes les ont chassés,

    Et souvent abaissés.

    Leurs chapitres acceptent des fautes,

    De français, d’orthographe, gardant la tête haute.

    Aucune nostalgie dans ces lignes ;

    Mais pour l’avenir quelques consignes :

    Relisez ces textes anciens, 

    Même vous, les académiciens,

    Ils vous apprendront les règles de notre langue,

    Et corrigeront vos harangues.

    Leurs héros ont bien changé,

    Même ceux qui sont âgés.

    Bien qu’ils soient de notre temps,

    Ils ne vivront pas longtemps.

    Ils seront bien vite balayés,

    Et par d’autres broyés.

    Ils deviennent éphémères,

    Et passeront pour des chimères.

    (Le 18 mai 2018)

     


    4 commentaires
  •  

    Coccinelle 

     

    Petite coccinelle, tu t’es posée sur ma main,

    Restes y jusqu’à demain,

    Je ne vais pas bouger

    Pour ne pas te déranger.

    Tu me chatouilles en te promenant sur mon bras,

    T’hasardant le long de mon avant-bras.

    Je ris en silence,

    Moi qui suis aux portes de l’adolescence.

    Petite coccinelle,

    Tu sens la citronnelle,

    Comme les arbustes de mon jardin,

    Ou, au champ de foire, les baladins.

    Tu as de belles couleurs,

    De la palette, les meilleures.

    Marron, tachetée de points noirs,

    Pour mieux te cacher le soir.

    J’aimerais te tenir dans la main,

    Comme le fait mon frère Alain,

    Quand nous partons à l’école,

    Après avoir bu tout notre bol.

    J’aimerai te fabriquer une belle maison en carton,

    Pour te protéger de mon chaton.

    Chaque jour je te donnerai de l’herbe bien verte

    Sans laisser la porte ouverte.

    Reste avec moi

    Sans trop d’émoi.

    Mais tu ne seras pas heureuse,

    Coccinelle bien affectueuse.

    J’ai bougé la main,

    Sans attendre demain,

    Pour que tu l’envoles.

    De loin j’ai suivi ton vol,

    A travers les plantes du jardin,

    Et te laisser jouer aux baladins.

    Au coin de l’œil une larme s’est écoulée,

    Devant ce rêve affabulé.

    Tu es plus heureuse dans la nature,

    Volant au milieu de la verdure.

    Je t’aime trop pour te rendre malheureuse,

    De moi, tu n’es pas amoureuse.

    (15 mai 2018)

     

     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

    Le mois de mai 

     

    Joli mois de mai

    Avec ses jours chômés

    Au milieu du printemps,

    Qui revient tout le temps.

    Il s’ouvre avec le muguet

    Que l’on ramasse du coté du guet.

    Et finit par la fête des mères

    Que les enfants organisent avec leur père.

    C’est le mois du lilas, des glycines de diverses couleurs,

    Les toutes premières fleurs.

    Colorent également le jardin,

    Bleuets, roses qui s’ouvrent dès le matin.

    Le soleil brille presque comme en été,

    Le jardin s’est bien acclimaté. 

     

    Le mois de mai c’est aussi celui de Marie,

    Celle que les gens prient

    Avec ou sans chapelet.

    Certains le font dans leur chalet

    En comptant sur les doigts,

    Sans aucun désarroi.

    Debout ou à genoux,

    Imitant la bonne nounou,

    Le soir en pensant au ciel,

    Ou la nuit sans sommeil.

    Ils sont nombreux à se rendre à Lourdes

    Des malades, des aveugles ou des sourdes

    A Massabielle, l’eau de la source,

    Leur donne de nouvelles ressources. 

     

    Dans mon enfance, le  mois de mai était celui des chapelles improvisées

    Dans les quartiers, au fond d’un garage débarrassé,

    Dans une cuisine, ou dans le séjour,

    A tour de rôle chaque jour,

    Les gens se retrouvaient pour réciter le chapelet,

    Et retrouver Marie, face à une vie un peu déboussolée,

    Certains non religieux se tournent vers elle,

    C’est une femme universelle,

    Une maman pour tous les humains,

    Aujourd’hui comme demain.

    Dans nos campagnes comme dans nos villes

    Comme de véritables bastilles,

    Que d’église ou de temples  sont dédiés

    A celle qui ne fut jamais congédiée.

    (12 mai 2018)

     


    6 commentaires
  •  

    Maridan atelier n° 7 - 2ème sujet

    Pour la dernière fois la sirène a retenti

    La guerre est réellement finie ; tout le monde est averti.

    Durant la nuit la belette et le petit lapin,

    Tous deux encore bambins,

    Deux véritables complices,

    Aimeraient profiter de l’armistice,

    Pour prendre leur envolé.

    Sans s’affoler.

    Le réveil à peine sonné,

    Ils se sont vite organisés

    Rassemblant quelques affaires,

    Celles de deux célibataires.

    Rapidement ils ont quitté le zoo où ils s’étaient refugiés,

    Dans un secteur plutôt privilégié.

    Ils ne se sont pas arrêtés au guichet,

    S’efforçant de ne pas trébucher.

    Ils sont grands et se jugent aptes à affronter la vie des bois,

    Sans aucun émoi.

    Le soleil est déjà levé,

    L’hibernation est achevée.

    La vie s’ouvre devant eux,

    Ils en sont heureux.

    Vive la liberté,

    Hors du zoo où ils s’étaient abrités.

    (2 mai 2018)

     

     

     


    6 commentaires
  •  

    Affaiblissement 

     

    Œuvrer comme un manchot,

    Éviter de porter des plats chauds,

    Est-ce l’usure de l’âge

    Ou un simple passage ?

    Je ne saurais le dire,

    Et encore moins l’écrire ;

    Je ne peux que le vivre ;

    Rien ne m’en délivre. 

     

    Une main qui tremble

    Refusant à l’autre de travailler ensemble

    Empêche toute écriture,

    Même enfermée dans une armature.

    L’arthrose entrave l’articulation,

    Paralysant une bonne circulation.

    Est-ce l’usure de l’âge

    Ou un simple passage ? 

     

    Le corps est affaibli, un peu usé,

    En a-t-on abusé ?

    Pas de pièces de rechange,

    C’est étrange.

    Il faut l’accepter,

    Et, à la vie, rester connecté.

    L’usure de l’âge,

    N’est pas un simple passage. 

     

    Rester debout

    Et de la vie, garder le gout.

    Savoir résister,

    Sans être attristé ;

    Garder l’envie de vivre

    Et chaque jour suivre,

    La lumière du jour

    Avec beaucoup d’humour.

    (8 avril 2018)

     


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique