• Que de collections,
    Il faudra tout agrandir
    Pour mieux les ranger.

    Trop de chouettes,
    Bien serrées sur les planches
    Nous crient au secours.

    Collectionner
    Tous les timbres du monde,
    Ça vaut fortune.

    Je me limite
    La France et l’outre mer
    De nombreux albums.

    De vieilles cartes
    Postales et écrites,
    Avec le timbre.

    Des véhicules
    Anciens, de bien des couleurs
    Emplissent la cour.

    <


    6 commentaires
  • La crèche en place
    Tout a été déballé
    Sur la paille Jésus.

    Joseph et Marie
    A coté veille sur lui
    Les bergers sont là.

    Le sapin monté,
    Les guirlandes scintillent
    Tout est en place.

    Tout le monde est là
    La famille se réunit
    Pour fêter Noël.

    Autre famille
    Autre fête de Noël
    Pour tous grande joie.

    Tout est blanc dehors
    Pour les familles la joie
    Les cadeaux sont là

     

     


    3 commentaires
  • Les enfants l’aiment,
    Noël, fête de la joie
    Avant les cadeaux.

    Noël au balcon,
    Plaisir du soleil d’hiver
    Pâques aux tisons.

    Crèche de Noël
    Avec de nombreux santons
    Une grande joie.

    Guirlandes fleuries
    Clignotent sur tous les murs
    Les petits aiment.

    Sapin bien garni
    Etoiles et guirlandes
    Plaisir des petits.

     

     

     


    3 commentaires
  • Attente enfants

    Plein de jouets pour Noël

    Au pied du sapin.

     

    Noël des chrétiens

    Le retour du Fils de Dieu

    Comme il l’a promis.

     

    Attendre toujours

    Quelque chose de meilleur

    Plus de salaire.

     

    Attendre enfant

    Pour un très jeune couple

    Une grande joie.

     

    Attendre l’aimé

    Qui en soirée va venir

    Pour deux ou trois jours.

     

    Attendre la paix

    Dans un pays en guerre

    Espoir désiré.

     


    6 commentaires
  • Jouets pour enfants
    Plaisent aussi aux parents
    Qui jouera le plus !

    Donner des jouets
    Aux enfants qui n’en ont pas
    C’est une bonne action.

    Smartphone ou ordi
    Tous les jouets d’aujourd’hui
    Voulus par jeunes.

    Noël merveilleux
    Rendre nos enfants heureux
    Cadeaux pas d’argent.


    6 commentaires
  • Bottes de sept lieux
    Bien trop grandes pour mes pieds,
    Mes pieds vont grandir.

    Bottes de cuir noir
    C’est la mode d’aujourd’hui
    J’en ai trois paires.

    Chat et ses bottes,
    Conte ancien pour petits
    Je l’ai bien aimé.

    J’aime l’Italie,
    Je suis allé à Rome,
    Tour de la Botte.

     


    3 commentaires
  • Non, je ne suis pas accro de l’écran et du clavier. Depuis des années je replissais des feuilles de cahier, non pas par jeu, mais pour me détendre. Ecrire était avant tout une passion et cela me calmait.
    L’arthrose et les rhumatismes ayant pris possession de mes deux mains, je ne pouvais plus écrire lisiblement. Non, je ne pouvais abandonner ma passion, il fallait lui donner une autre forme d’écriture pour s’exprimer. C’est là que le clavier et l’écran de mon ordinateur me permettent, aujourd’hui, de répondre au défi n° 79 de Ghislaine 53 pôur le 20 novembre 2018.


    6 commentaires
  • Ce petit garçonnet devait participer à un atelier ludique, implanté place de la mairie. Pour rejoindre la salle, il devait traverser un grand boulevard. Distraction assurée par le vol d'une libellule, il ne vit pas la voiture arrivée qui le répercuta doucement car elle ne roulait pas vite.

    Quelle histoire qui le conduisit aux urgences pour examen. Revenu chez lui dans l'après midi, il venait de perdre la première place du concours qu'il espérait tant. Abandon complet de ses espoirs. Lamentablement, il coupa tout son travail avec des ciseaux, jurant, mais un peu tard, qu'il ne regarderait plus les libellules.


    2 commentaires
  • Grégoire flâne du coté de la Garonne espérant voir passer quelques voiliers sortant du port de bordeaux. Il est ici en vacances pour encore deux semaines, puis remontera chez sa grand’mère à Gennevilliers pour passer le mis d’août. En septembre ses parents viendront le chercher pour rejoindre la Grèce, pays dans lequel travaille son père. Il n’aime pas beaucoup ce pays et espère qu’un jour son père rentrera en France car la maison mère de son entreprise est installée à Lyon.


    6 commentaires
  • Poilus de la guerre
    Que d’amis s’y sont perdus
    Dans tous les tranchés.

    Reviens cher poilu
    Ta famille t’attend chez toi
    La guerre est finie.

    Commémoration
    Du 11 mai, vous n’êtes plus là,
    Pas vous oublier.

    Tout sacrifice
    Envers la patrie sauvée
    Il faut célébrer.

    Soldats des guerres
    D’hier ou bien d’aujourd’hui,
    Ne pas oublier.

     


    7 commentaires
  • D’une famille de nomades mon nouveau refuge où je me repose la journée c’est une petite cabane en bois. Depuis quelle date j’ai quitté la roulote de mes parent, je ne puis le dire, mais depuis plus de 10 ans. Je vis seul dans mon have de paix. La nuit je braconne parfois dans les bois, parfois dans la forêt .Quand je suis avec des copains, on ne parle jamais, on chuchote seulement. Pas de secrets entre nous. Hier nous avons réalisé une bonne chasse avec trois lapins pris dans nos collets.
    Parfois nous rentrons bredouille car le garde chasse est de sortie. Hier, il a failli nous surprendre, mais nous sommes plus rapides que lui et nous avons semé notre pire ennemi avec la gendarmerie qui nous surveille.


    3 commentaires
  • Je m’appelle Françoise et je suis né en France. J’ai fait mes études à Paris au cours desquelles j’avais un copain Canadien qui venait de « Foresteville », dans la région de Québec. Nous avons sympathisé et nous nous sommes aidés pour les révisions. Pour le week-end de Pâques, il est venu manger à la maison. Mes parents l’ont trouvé bien sympathique.
    Repartant dans son pays après avoir réussi ses examens comme moi, avec la mention très bien, il m’a invité à passer quelques jours de vacances dans son pays.
    Pour les résultats de mes examens, ma grand’mère et mes parents m’ont payé le voyage.
    La suite, vous vous en doutez : j’ai trouvé du travail au Canada dans la même région qui lui et nous nous sommes mariés. Aujourd’hui, j’attends notre premier enfant. Mes parents viendront chez nous pour la naissance.


    2 commentaires
  • Les garçons jouent à la bataille, Maman a dit « OUI ».
    Quand Papa rentrera du travail usé par la fatigue, il poussera une grande colère devant les garçons qui répondront : Maman a dit « OUI ».
    C’est INOUÎ, répondra Papa. Vous n’êtes pas capable de tout ranger et de tenir la maison un peu en ordre. Cela soulagerait votre mère qui devra la faire avant de se coucher car demain matin elle travaillera.
    Sourire aux lèvres, les garçons répondent : tout sera bien en place avant le repas.
    Tout est bien qui finit bien


    2 commentaires
  • Les mouchoirs papier
    Ont remplacé le tissu
    Question d’hygiène.

    Mouchoirs qui tournent
    Sur un air de chansonnette,
    Patrick Sébastien.

    Mouchoirs à carreaux
    Sorties de votre poche
    C’est de l’ancien temps.


    4 commentaires
  • Les scouts de France basés pour leur camp en Auvergne, ont monté leur campement pour deux semaines, juste au dessus d’un petit torrent. Le troisième jour, la nuit étant proche, le chef a réuni tous les jeunes pour une randonnée de nuit. Voici les instructions qu’il donne 10 minutes avant le départ : 

    Toute la troupe doit être sur le pied-de-guerre. Chacun doit être aux aguets en essayant de reconnaitre les animaux croisés. Vous avancerez en silence sans aucun éclat sonore entre vous. Je ne dois rien entendre, sauf le chant des oiseaux lorsque vous traverserez le bois, et encore moins voir la raie d’une petite lampe électrique. Ne vous éparpillez pas. La base de cette virée, c’est d’apprendre à faire confiance aux autres membres de l’équipe. Vous aurez à traverser une rivière sur une passerelle étroite ; gardez votre équilibre si vous ne voulez pas revenir trempés. Ne vous inquiétez pas si vous revenez avec les cheveux tout ébouriffés. Même si vous avez soif, ne mangez aucun fruit des bois et même n’en lécher aucun ; c’est peut-être du poison. Gardez une allure gracile pour réussir ce périple de nuit. 

    Courage à tous. On se retrouve ici pour minuit au plus tard.


    6 commentaires
  •  

    Le jeune Estéban est née dans une famille africaine installée à Paris depuis plusieurs années. Elle était arrivée en Espagne et à pied avait traversé les Pyrénées par le pays Basque. Ils s'étaient arrêtés, dans un premier temps, à Estan où un camping leur avait prêté un mobile home. Ayant rencontré une famille parisienne et sympathisé avec, son père fut embauché pour s'occuper du jardin de leur propriété et sa mère aider au ménage. ils habitaient une ancienne conciergerie. Le jeune Estéban fut rapidement inscrit à l'école primaire où il se fit de nombreux copains. L'année prochaine il rejoindra le collège de leur quartier.

     


    2 commentaires
  •   rizière, plage,

     

    Quelle aventure que ce séjour au Vietnam. Un voyage de rêve ! Pas tout à fait. La découverte du pays, il l'a fait, il y a bien longtemps quand il était militaire. Il a découvert une population bien sympathique. Sa grande richesse : les rizières qui couvrent une grande partie du paysage sans laisser de place à la moindre plage. A quoi leur servirait-elle puisqu'ils ne peuvent pas prendre de vacances.


    3 commentaires
  •  

    Au cours d’un bal masqué organisé par l’état-major de l’armée, une bonne tenue était de rigueur. Il ne suffisait pas d’être présent et bien déguisé pour espérer obtenir le grade supérieur attendu depuis si longtemps. Seuls, les esprits tordus qui ne savaient pas profiter d’une belle soirée avec orchestre, furent déçus car la récolte fut maigre : aucune annonce particulière ne fut prononcée par le général qui présidait la soirée. Et pourtant toute la crème du gratin de l’armée de l’air était là.

     

    Ils sont repartis dégouttés et devront attendre une autre occasion pour démontrer leur valeur auprès des autorités.

     


    2 commentaires
  • Carrefour de la peur
    Ombragé pour cacher le soleil
    N’arrêtez-vous pas en plein milieu
    Trouvez un autre endroit pour vous garer,
    Reculez doucement si nécessaire
    Avec vos warning allumés
    Vous serez vus de ceux qui vous suivent
    Et qui ne savent pas ce que vous voulez faire
    Ne les sous estimez pas
    Trop d’accidents avec ceux qui roulent
    Inconsciemment, peut-être trop près de vous
    Oubliez vos peurs
    Ne fermez surtout pas les yeux,
    Sans eux, c’est l’accident assuré 

     

     

    Contrôlez bien votre respiration
    O
    mettez d’absorber des parfums odorants
    N
    e bouchez pas vos deux narines
    T
    out obstacle est dangereux
    R
    espirez bien en profondeur
    A
    vec votre ventre si nécessaire
    V
    ous obtiendrez de meilleurs résultats

    Expirez en soufflant par la bouche

    N’accélérez pas vos mouvements

    Tout le temps est à votre disposition
    Initiez-vous doucement à cette façon de respirer
    O
    ubliez tout ce qui peut vous gêner
    N
    ’omettez pas d’ouvrir en grand la fenêtre
    S
    ’il le faut, mettez-vous à l’aise au niveau vêtement
     

     

     Croyez-vous en Dieu

    Omniprésent dans votre vie ?
    N
    e sous estimez pas cette question
    T
    out le monde cherche un sens à sa vie
    R
    entrez en vous-même
    A
    vec l’aide d’un ami si nécessaire
    V
    ous trouverez avec lui, réponses à vos questionnements

    Et la paix envahira tout votre être

    Ne sous-estimez pas ce genre de recherche

    Tout le monde, un jour ou l’autre, se pose la question
    Insistez dans votre recherche
    O
    rganisez vous pour vous isoler des bruits extérieurs
    N
    ul ne peut y échapper
    S
    ’il veut être un homme ou une femme digne de ce nom.
     

     

     

     


    5 commentaires
  •  

    Ce lien de soie qui nous relie

    Ce lien invisible

     

    Qui nous relie à une autre personne très sensible,

     

    Une femme ou un homme, un bébé, un enfant

     

    Rien à voir avec l’amant,

     

    Ayant en commun une racine

     

    Qui en est à l’origine.

     

    A-t-il un début et une fin pour aboutir ?

     

    Ce lien, seul l’être peut le sentir

     

    Et affirmer sa présence,

    Sans aucune ambivalence

     

    Souvent invisible à l’œil nu

     

    Il est toujours bienvenu.

     

    C'est un fidèle compagnon ;

     

    Bien connu son nom.

     

    On en parle souvent avec humour ;

     

    Il s'appelle amour.

     

     

     

     

     

     

    Conjugué à tous les temps,

    Il peut durer longtemps,

     

    Mais parfois se rétrécir,

     

    Refusant de l'adoucir,

     

    Allant jusqu'à la rupture

     

    Cherchant une nouvelle aventure.

     

    Lien de soie bien fragile

     

    Mais souvent très utile,

     

    Sans être indispensable

     

    Mais jamais perméable.

     

    Lien du cordon alimentaire

     

    Organe bipolaire,

    Entre la maman et son bébé,

     

    Après, il sera coupé mais jamais exhibé ;

     

    C’est le cordon ombilical,

     

    Qui peut ouvrir sur un échange musical.

     

     

     

     

     

     

    Liens invisibles

    Mais toujours accessibles

     

    Femme, homme, amie ou ami,

     

    Tous ceux qui ne sont pas nos ennemis

     

    Ensemble nous avançons dans la vie,

     

    Sans être assouvi,

     

    Mais reliés par ce lien invisible,

     

    Mais à chacun accessible

     

    Ils permettent de grandir et de faire grandir,

     

    Si on ne les laisse pas s'affadir.

     

    Parfois on passe à coté,

     

    Faute de pouvoir s'y adapter,

     

    Sans que l'on sache pourquoi,

     

    Trop loin du convoi.

     

    L'amitié ne se commande ni se fabrique,

     

    Ce n'est pas un lien magique.

     

     

     

     

     Fils de la vierge,

    Qui conduisent à l'auberge. 

     Dans les jardins ils émergent ;

     

    Chemins de vie pour les araignées,

     

    Qui savent nous égratigner,

     

    Quand on casse leur fil

     

    Surtout en octobre ou en avril,

     

    Quand ils sont couverts d'un peu de givre,

     

    Et de la mouche enivrent ;

     

    Chemin nourricier pour ces petites bêtes

     

    Qui sont bien trop discrètes,

     

    Pour gêner nos itinéraires

     

    A n'importe quel l'horaire,

     

    Mais surtout le matin

     

    Quand ils coupent nos chemins.

     

    (18 août 2018)

     

     

     

     

     

     

     


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique