• Fiacre

    Faut-il parler de saint Fiacre
    Ou du véhicule hippomobile : le fiacre ?
    Saint Fiacre était le patron des véhicules de louage
    Avant de devenir celui des chauffeurs de taxi
    Qui dans nos villes nous asphyxient,
    Comme aujourd'hui les tatouages.

    Toi qui portes ce joli prénom
    Ne te prends pas pour le Trianon ;
    Même si tu es chauffeur de taxi
    Ne fait pas une apoplexie
    Devant deux chevaux qui tirent un fiacre
    Emmenant un jeune diacre.

    Reste zen toute la journée
    Quelque soit le jour de l'année,
    Les fiacres sont faits pour les touristes
    Souvent des unijambistes,
    Que les taxis refusent d'emmener
    Même pour un simple déjeuner.
    (9 janvier 2019)

     

     

     


    7 commentaires
  • Sofonisba 

    Peintre italienne 

    Installée à la cour d'Espagne 

    Près de la Caisse d'épargne 

    Sofonisba aimait beaucoup les chiennes. 

    C'était une portraitiste 

    Une véritable artiste. 

    Elle peignait des célébrités 

    Avec beaucoup d'assiduité.

    Avec un tel prénom Sofonisba
    Je te voyais vivre dans une isba,
    En Russie dans le grand nord
    Avec ton amie Léonore
    Voyageant l'hiver sur un traineau
    Véhicule artisanaux.
    Mais tu es d'origine italienne
    Venue au monde près de la mer Adrienne.

    Tu es arrivée en France,
    Du coté de la Rance,
    Pour un mois de vacances avec tes parents
    Mais tu y es restée bien plus longtemps ;
    Et aujourd'hui tu entres dans notre école
    Ave
    c comme maitresse Madame Nicole.
    Avec elle tu deviendras une bonne élève,
    Ta scolarité se déroulera sans trêve.

    Tes deux frères plus jeunes de quelques années,
    Ont reçu également des prénoms italiens,
    Ce sont de véritables comédiens,
    Q
    ui ne font que se chicaner.
    L'école, ils ne veulent pas en entendre parler
    Ils disent qu'ils vont hurler
    Le jour où maman les y conduira
    C'est elle qui en pâtira.
    (2 janvier 2019)

     

     

     

     

     


    10 commentaires
  • Dieudonné

    Ce prénom a une consonance négative,
    A cause d’une personne dont les paroles sont abrasives,
    Et sèment la discorde
    Au lieu d’appeler au respect de l’ordre.
    Prénom magnifique
    Rempli d’un amour spécifique,
    A celui qui le porte
    Et sans problème le supporte.

    Prénom qui donne sens à toute vie humaine
    Même pour un aborigène,
    Pour qui l’orage peut être un Dieu
    Qui lui tombe des cieux.
    Dieu, créateur du monde
    Ne veut pas pour l’homme la tombe
    Mais une vie auprès de lui
    Dans un ciel qui éblouit.

    Toi qui portes ce prénom,
    Qui pour certains est même un nom,
    N’oublie pas le sens de ce mot
    Qui un jour effacera tous nos maux,
    Dieu t’est donné pour la vie
    Il faut que tu aies envie
    De vivre avec et auprès de lui,
    Lorsque ta vie terrestre aura fuit.
    (22/12/2018)

     

     


    6 commentaires
  • Joffrette


    Prénom que j’ignorais
    A ma fille, je ne le donnerais.
    Et pourtant je dois en parler
    Pour le site de Jill, il faut y aller.
    Que dire d’un prénom que l’on ignore ?
    Que je l’adore ?
    Pas du tout. Il me fait penser à Joffre,
    Que sur un plateau j’offre,
    A ceux qui attendent une progéniture
    Que leur donne dame nature,
    Pour un garçon bien sûr,
    Qui na pas peur des blessures,
    Pour devenir Maréchal
    Debout sur un cheval.

    Revenons à Joffrette
    Qui n’a pas de brouette
    Mais seulement une bicyclette,
    Pour aller acheter du fromage
    Afin de rendre hommage
    A quelques personnalités
    Dans son village habiter
    En leur faisant une raclette,
    Précédée d’une petite omelette,
    Et d’un morceau de baguette,
    Le tout arrosé d’anisette.
    En carton les assiettes
    Joffrette à elle seule est une amusette,
    Qui, avec ses copines, taille de longues bavettes.
    (19/12/2018)

     

     

     


    8 commentaires
  • Mayeul


    Non Mayeul
    Tu n’es pas seul !
    Arrête de pleurer
    Et ton cœur déchirer
    Pour une histoire banale
    D’une fille rencontrée dans un bal.
    Assis dans un fauteuil
    Sous un tilleul
    Tu te dis inconsolable,
    Et pour ta famille insatiable.

    Non Mayeul
    Tu n’es pas seul !
    Rentre sous ton toit
    Et console-toi,
    En ouvrant ton ordinateur,
    Qui pour te calmer sera le principal acteur.
    Mets-toi sur le site de Jill
    Qui ne vit pas isolé sur une île.
    Pour toi, elle a lancé un défi aux internautes,
    Pour te confectionner un antidote.

    Non Mayeul,
    Tu n’es pas seul !
    Regarde sur le site, alignés sur la gauche
    Les poèmes qui se chevauchent.
    Ils ont été écrits pour toi
    Avec beaucoup d’émoi
    Par de nombreuses personnes
    Qui ont aligné voyelles et consonnes,
    Sans te connaitre
    Mais à leurs yeux apparaître.

    Non Mayeul
    Tu n’es pas seul !
    Arrête de t’affoler
    Ton cœur, nous allons le consoler.
    Lis calmement tous ces poèmes
    Qui rempliront ton cœur de crème.
    Peut-être qu’un jour toi aussi,
    Devant ton ordi assis
    Tu écriras ton propre texte bien adouci
    Pour leur dire merci.
    (12/12/2018)

     

     


    7 commentaires
  • Ginette

    Ginette
    Sur sa bicyclette
    Bien fixée sa binette
    Comme une baïonnette,
    Roule vers son jardin
    A bon train
    Pour nettoyer ses allées
    Et chasser toute bête ailée
    Qui mangent les jeunes pousses vertes
    Qu’elles emportent.

    Ginette
    A eu un accident de mobylette
    Depuis elle réutilise sa bicyclette
    Ou, de son garçon, la trottinette.
    Quand il fait chaud, elle boit de l’anisette,
    Qu’elle prépare avec de la ciboulette
    Et quelque fois des blettes
    Pour accompagner son morceau de baguette,
    Le tout bien rangé dans une barquette,
    Assise à terre car elle n’a pas de banquette.

    Ginette,
    Au fond de son jardin a une brouette,
    Avec une petite hachette
    Et quelques clayettes,
    Avec de grandes étiquettes,
    Pour ranger ses courgettes,
    Qui accompagneront de la blanquette
    Cuite avec des coquillettes,
    Quand elle invitera son amie Annette,
    Et sa sœur Henriette.
    (5/12/2018)


    6 commentaires
  • Arnulf

    Parmi tes ancêtres des noms illustres très anciens
    Comme ce monarque carolingien
    Devenu empereur d’occident,
    Pour ses sujets peu incommodants
    Des chanteurs assez connus portent également ce prénom.
    Auquel ils n’ont jamais dit non.
    Peu répandu dans notre société
    Ils n’en sont pas affectés.

    Tu ne connais pas tes ancêtres
    Rien dans ta petite tête.
    Mais dans le froid de l’hiver, tu as mis tes moufles
    Pauvre petit Arnulf.
    Tu cours vers l’école
    Trop jeune pour avoir une bagnole,
    Tu ne veux pas être en retard
    Malgré l’absence d’autocar.
    Tu es en première année de primaire
    Pour apprendre les verbes auxiliaires.
    Tu sais déjà bien lire
    Ta maman te l’a appris et le français acquérir.
    Tu es en tête de classe
    Et la lecture, te délasse.
    (28/11/1018

     

     

     


    12 commentaires
  • Pitère

    Pitère,
    Tu habites le Finistère,
    Tu connais bien les parterres
    Implantées autour de vos calvaires.

    Bretonne, tu l’es par ton prénom
    En breton, tu cites tous les noms
    De tes copines qui ne sont pas toutes bretonnes
    A ta manière, tu les refaçonnes.

    Ta grand-mère parle encore breton avec ses copines
    C’est toutes leurs racines
    Elle déplore que je ne sache pas parler comme elle,
    Bien que je fasse beaucoup d’effort, ce n’est pas une bagatelle.

    A l’école on vous apprend le breton,
    C’est plutôt un feuilleton,
    Que l’on retrouve de temps à autre
    Il faut bien l’admettre.

    Ce nom que m’ont donné mes parents : Pitère
    Bien implanté dans le Finistère,
    Je le porte avec fierté,
    Je veux le garder, je l’ai bien accepté.
    21/11/2018)

     


    9 commentaires
  • Hugolin

    Pas facile de s’appeler Hugolin.
    Même quand on est fils de médecin.
    Certains penseront à Victor Hugo
    Et lui donneront un numéro
    D’autres resteront sur lin
    Précisant qu’il habite un patelin.

    Pauvre Hugolin qui fait sa rentrée au primaire
    Envisageant tout de suite le secondaire,
    Pour devenir comme papa, médecin,
    Et comme lui jouer du clavecin.
    Très proche de son papa,
    Hugolin rêve de rouler en Vespa.

    Le petit Hugolin
    Est très malin.
    En classe, il est le premier ;
    Il veut tout concilier,
    Le travail, le sport, le clavier ;
    Il a beaucoup de copains
    Mais il préfère son petit voisin Alain
    (14/11/2018)


    12 commentaires
  • Lucette

    Lucette
    Et sa sœur Bernadette
    Accompagnées de leur cousine Antoinette
    Sont allées rejoindre leur amie Arlette,
    Dont les sœurs s’appellent Colette
    Et Annette.
    Et la mère Ginette.

    Chez leur tante Claudette,
    Dont les filles se nomment Fleurette,
    Et Cosette.
    Toute cette bande assise sur un carré de moquette
    Ecoute un CD de trompettes
    Et de clarinettes
    Accompagnées de castagnettes.

    Les petites sont avec Mamie Huguette
    Et jouent aux devinettes
    Ou à la dinette.
    Les garçons découpent des catalogues, pour faire des affichettes,
    Ou jouent avec des bicyclettes
    Et des trottinettes
    En tournant autour des brouettes.
    (7 novembre 2018)


    12 commentaires
  • Grigol

    Grigol, ce prénom vient de Géorgie,
    En France, il a resurgi
    Bien timidement
    Et ponctuellement.
    Peu de filles portent ce prénom
    Rarement les garçons.
    Peu de gens le connaissent
    Ce n’est pas une faiblesse.
    Il faut le respecter
    Et le prénom donné par les parents, accepter.

    Petite gamine, tu t’appelles Grigol,
    Et tu n’as pas de bol
    Mais tu as un joli col.
    Tu as vite pris ton envol,
    En classe on te surnomme Gogol,
    Parfois guignol,
    D’autres Mongol
    Ou comme les jeux électroniques Cogol
    Tout ça pour amuser la galerie
    Ce qui te laisse ahuri.

    Ton père est d’origine géorgienne,
    Ta mère alsacienne.
    Ils se sont rencontrés durant un voyage
    En route, ils faisaient de covoiturage.
    Comme eux, tu comprends déjà plusieurs langues
    Et tu aimes porter de jolies bagues.
    A l’école, tu t’es imposé
    Et personne accusée,
    De s’être moquée de toi
    Tu respectais ta foi.
    (31/10/2018)

     

     


    6 commentaires
  • Clitorine

     Ce prénom existe bien
    Internet en donne le lien,
    Il serait même assez répandu,
    Pour son coté sexuel, assidu.
    Je ne me lancerai pas sur cette glissade
    Digne du marquis de Sade.
    Je vais jouer avec ses dernières lettres
    Et un peu prude paraitre.

     

    Clitorine
    Comme son amie Bécassine,
    Aime les sardines
    Qu’elle mange avec quelques racines
    Qu’elle jardine,
    Au fond d’une grande bassine
    Car elle est citadine.
    Elle s’imagine,
    Qu’elles ont beaucoup de vitamines,
    Très peu alcalines.
    Elle les prépare avec de la farine
    Et un peu d’aspirine,
    Obtenue par la médecine,
    Sans oublier la caféine,
    Comme écrit dans son magasine
    Spécialiste de la cuisine ;
    Elle recouvre le mélange de paraffine,
    Et le met dans une turbine
    Pour obtenir une pate bien fine
    Qu’elle étend sur une table en mélanine.
    Elle y étalera de l’échine,
    Avec un peu de gélatine.
    Elle est un peu enfantine ;
    En travaillant elle baratine,
    Avec son amie Bécassine,
    Qui n’est pas sa cousine.
    Elles se prennent pour deux héroïnes,
    Quatre étoiles en cuisine.
    (24/10/2018)

     

     


    7 commentaires
  • Mercedes 

    Mère Cédesse,
    D
    e son prénom Agnès 

    Vient d’être nommé abbesse, 

    Du couvent de Sainte-Adresse ; 

    L’avis est paru dans la presse. 

    Les sœurs l’appellent Mercedes, 

    Car pour réciter les psaumes elle se presse, 

    Elles iront à confesse.

    Le couvent n’est pas doté d’une Mercédès,
    Car ils font vœu de pauvreté ;
    Même dans les lieux non habités ;
    Mais il a sa Mère Cédesse,
    Leur nouvelle abbesse
    Qui leur vient de Bourg-en-Bresse,
    Le pays des ânesses.
    N’est pas encore connue sa nouvelle adresse,
    Elle s’en désintéresse.

    Elle est plein de tendresse
    Mais, des sœurs, n’accepte aucune faiblesse.
    Avec elles, le dimanche, elle décompresse,
    Car c’est un jour d’allégresse.
    Elle ne se prend pas pour une déesse,
    Et s’occupe des détresses.
    Si une sœur est trop diablesse,
    Elle lui botte les fesses.

    Chaque sœur, à tour de rôle, est hôtesse,
    Ce n’est pas un droit d’ainesse.
    Chaque année est organisée une kermesse,
    C’est un jour de grande ivresse,
    Q
    ui débute par une grand’messe
    Où se précipitent les dames patronnesses,
    Qui soutiennent le couvent de Sainte Adresse
    Avant tout par politesse.

    Elles ne voudraient pas qu’il régresse ;
    Pour elles, c’est une question de sagesse.
    Elles le font avec tendresse,
    Et un peu de souplesse,
    Loin de toute ivresse.
    Les sœurs la préparent en vitesse,
    Pour faire plaisir à Mère Cédesse.
    (9 octobre 2018)

     

     

     


    8 commentaires
  • Eusébio

    Eusébio
    Tu n’as pas connu Ronaldo
    Avec lui tu aurais pu monter sur la première marche du podium,
    Et entrer dans un présidium.
    Je ne connais ni l’un ni l’autre,
    Du foot, se sont des apôtres ;
    S’ils avaient été face à face sur le même terrain,
    Du résultat je n’en suis pas certain.

     Eusébio vit dans un nouveau quartier,
    Son père est chauffeur routier.
    Il est arrivé en France il y a deux ans seulement,
    Et s’est vite intégré à son nouvel environnement.
    Il parle presque couramment notre langue
    Il est avec ses parents, bilingue.
    Sa mère fait des ménages,
    Et considère que son fils est trop sage.

    Il aime jouer au foot
    Comme gardien de but surtout.
    Ses copains le compare au Portugais.
    En classe il est toujours gai ;
    Il se situe dans la moyenne
    Juste avant son amie somalienne.
    Ses parents sont fiers de ses résultats,
    Dans la famille, ils en font tout un plat.

     Pour le faire râler, et monter au créneau
    Certains écrivent son nom sur le tableau,
    Heu, c’est bio,
    Pauvre Eusébio.
    D’autres l’appelle Eusèbe,
    Face ces racontars il se dérobe
    Il en rit mais ne comprend pas toujours les plaisanteries,
    Car son vocabulaire est encore un peu amaigri.

     Pas facile d’être un étranger
    Dans un pays qui vous a hébergé.
    Les enfants dans leur insouciance,
    En dehors de toute conscience,
    Se moquent d’eux
    Ce qui les rend malheureux.
    Regardons la vie en face,
    Un jour nous avons été étrangers à leur place.
    (2 octobre 2018)

     

     

     


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique