• La petite vieille

    La petite vieille

    Regardez cette petite mamie
    Depuis longtemps, elle n’a plus d’amie.
    Ils ont quitté cette terre,
    Elle est restée leur seule délégataire.
    Elle tient bon,
    À elle seule, un véritable bataillon.

    Qui peut dire son âge,
    Et comprendre son langage ?
    Quel est son pays d’origine ?
    Elle mâchonne de la caféine,
    Ce qui la fait tenir
    Elle ne peut s’en abstenir.

    On ne voit que son visage,
    De la figure une simple image.
    Le temps a usé sa peau
    Comme celle d’un crapaud.
    Je l’imagine toute noir vêtue ;
    Elle n’est pas abattue.

    Cheveux grisonnants en chignon sévère,
    Mais un cœur bien ouvert.
    Quelques mèches de cheveux rebelles
    Lui servent d’ombrelle.
    Crane assez dégarni,
    Elle ne se sent pas banni.

    Ses mains ridées comme un vieux parchemin,
    Elle fait peur aux gamins.
    Ses doigts déformés par l’arthrose,
    Elle ne peut plus écrire même en prose.
    Elle ne peut même plus signer
    Mais ne se sent pas consignée.

    Son tablier, maintes fois rapiécé,
    De rentrer, elle n’est pas pressée,
    Assise sur son banc de pierre,
    Comme elle l’était hier.
    Debout, le dos courbé, la tient son bâton
    À ses pieds son vieux chaton.

    Comme elle, son banc s’est un peu affaissé,
    Elle ne peut le délaisser.
    C’est son mari qui l’a installé,
    Face à l’allée.
    À l’ombre de la maison,
    Pour la bonne saison.

    Le pauvre, il est parti trop vite,
    Il n’avait pas assez bu,
    L’a rattrapée sa mauvaise conduite
    De l’alcool il était assidu.
    Ce fut pour elle une délivrance,
    En ménage, elle n’a pas eu de chance.
    (16/01/2021)





  • Commentaires

    8
    Dimanche 24 Janvier à 11:24
    Séverine

    La petite vieille assise sur son banc, cela me rappelle des souvenirs.

      • Dimanche 24 Janvier à 13:51

        J'ai pensé au livre que tu as écrit ! Bon après-midi. Bisous. Papa

    7
    Samedi 23 Janvier à 15:29

    Encore un poème émouvant. 

    Cette "petite vieille" est la personnification de la vie qui tient bon, simplement, naturellement, sans effort et sans esbrouffe. Très beau !

      • Samedi 23 Janvier à 16:54

        Merci Martine. Bonne soirée. Daniel

    6
    Mercredi 20 Janvier à 17:45

    Triste réalité de moments de vie que tu décris si bien mon Daniel.......

    Je t'embrasse mon ami des mots

      • Mercredi 20 Janvier à 18:10

        Ton ami t'oublie un peu ! Je t'avais promis de t'écrire ! Bisous Ghislaine

    5
    Mercredi 20 Janvier à 17:35
    Annick SB

    Elle n'a pas eu de chance en ménage, mais nous on a la chance de la découvrir cette grand-mère ridée, toujours là sur son banc de pierres ; elle me rappelle ma Provence natale où les mémés crochetaient, assises seules ou en petit groupe, véritables maitresses des potins du coin ! 

      • Mercredi 20 Janvier à 18:08

        Que de souvenirs derrière une mémé. Bonne soirée Annick. Daniel

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :