• Ce lien de soie qui nous unit

     

    Ce lien de soie qui nous relie

    Ce lien invisible

     

    Qui nous relie à une autre personne très sensible,

     

    Une femme ou un homme, un bébé, un enfant

     

    Rien à voir avec l’amant,

     

    Ayant en commun une racine

     

    Qui en est à l’origine.

     

    A-t-il un début et une fin pour aboutir ?

     

    Ce lien, seul l’être peut le sentir

     

    Et affirmer sa présence,

    Sans aucune ambivalence

     

    Souvent invisible à l’œil nu

     

    Il est toujours bienvenu.

     

    C'est un fidèle compagnon ;

     

    Bien connu son nom.

     

    On en parle souvent avec humour ;

     

    Il s'appelle amour.

     

     

     

     

     

     

    Conjugué à tous les temps,

    Il peut durer longtemps,

     

    Mais parfois se rétrécir,

     

    Refusant de l'adoucir,

     

    Allant jusqu'à la rupture

     

    Cherchant une nouvelle aventure.

     

    Lien de soie bien fragile

     

    Mais souvent très utile,

     

    Sans être indispensable

     

    Mais jamais perméable.

     

    Lien du cordon alimentaire

     

    Organe bipolaire,

    Entre la maman et son bébé,

     

    Après, il sera coupé mais jamais exhibé ;

     

    C’est le cordon ombilical,

     

    Qui peut ouvrir sur un échange musical.

     

     

     

     

     

     

    Liens invisibles

    Mais toujours accessibles

     

    Femme, homme, amie ou ami,

     

    Tous ceux qui ne sont pas nos ennemis

     

    Ensemble nous avançons dans la vie,

     

    Sans être assouvi,

     

    Mais reliés par ce lien invisible,

     

    Mais à chacun accessible

     

    Ils permettent de grandir et de faire grandir,

     

    Si on ne les laisse pas s'affadir.

     

    Parfois on passe à coté,

     

    Faute de pouvoir s'y adapter,

     

    Sans que l'on sache pourquoi,

     

    Trop loin du convoi.

     

    L'amitié ne se commande ni se fabrique,

     

    Ce n'est pas un lien magique.

     

     

     

     

     Fils de la vierge,

    Qui conduisent à l'auberge. 

     Dans les jardins ils émergent ;

     

    Chemins de vie pour les araignées,

     

    Qui savent nous égratigner,

     

    Quand on casse leur fil

     

    Surtout en octobre ou en avril,

     

    Quand ils sont couverts d'un peu de givre,

     

    Et de la mouche enivrent ;

     

    Chemin nourricier pour ces petites bêtes

     

    Qui sont bien trop discrètes,

     

    Pour gêner nos itinéraires

     

    A n'importe quel l'horaire,

     

    Mais surtout le matin

     

    Quand ils coupent nos chemins.

     

    (18 août 2018)

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    5
    Mardi 21 Août à 13:21

    Merci pour ton message Daniel

    Une amie traverse une épreuve difficile d'ou ma poésie...

    Pas facile la vie, mais si on peut apporter un peu de soutien

    c'est tant mieux.

    Passe un bel après midi

    bisous

     

     

    4
    Lundi 20 Août à 14:03

    Connaître Daniel la pureté de l'amour c'est fantastique

    et merveilleux en ce monde

    tout le monde ne le connait pas.

    Magnifique écrit...

    Bisous mon ami

    3
    Lundi 20 Août à 04:54

    Bonjour Chaton Daniel

    Je suis d'accord avec la pensée de Martine

    L'amour, le vrai est inégalable !

    Superbe tous ses beaux poèmes en lecture

    Un vrai plaisir à te lire

    Très bonne semaine

    Jane

     

     

    2
    Evy
    Dimanche 19 Août à 15:44

    Magnifique hymne à l'Amour que tes mots sont beau et pure belle participation merci pour ta fidélité bonne journée c'est en ligne bisous

    1
    Dimanche 19 Août à 12:24

    Bonjour Daniel,

    Bravo pour ce magnifique poème qui est un hymne à l'Amour dans ce qu'il a de plus noble et de plus pur. Cet amour-là est une merveille. Bienheureux celui ou celle qui a la chance de le rencontrer un jour et de le vivre, ne serait-ce qu'une minute de sa vie.

    Malheureusement, certains êtres peu scrupuleux jouent avec ce noble sentiment et s'ingénient à le dénaturer. Je me suis d'ailleurs toujours demandé quel plaisir on peut retirer à agir de la sorte. Bref, peu importe, car l'Amour, le vrai, l'amour inconditionnel est bien plus fort que tout et subsiste au-delà de toutes les tempêtes. Il est fin et délicat, doux et souple, .mais incassable, inaltérable, comme le fil de la toile d'araignée. Savais-tu que ce fil-là est extrêmement solide ? De même que le roseau qui ploie sous le vent mais ne rompt pas. yes

    Bon dimanche, Daniel. Merci encore pour ce beau moment de lecture.

    Martine

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :