• Au fond de la vallée, un soleil da saison illumine tout le paysage. Les fleurs de montagne montrent le bout de leur nez dans les alpages. Respectons la nature ; il faut laisser les fleurs en place et ne pas les attacher pour en faire un bouquet. C'est le printemps qui pointe à l'horizon avec la lumière du soleil qui gravit la montagne


    7 commentaires
  • Imaginez que vous rencontrez des féeS

    Lumineuses, rayonnantes, habillée sans haillonN

    La jolie fée qui vous dit : « HellO »

    Une grande et belle Dame bien, d’aspect jolI

    Même au ciel, dans sa beauté, aucun astre ne la rejoinT

    Intégrale fée qui ressemble à un bel acaciA

    N’oubliez pas de l’inviter à entrer dans votre maisoN

    Attention elle souhaite de votre part un beau mercI

    Très fort et si vous êtes poli, faites-là entrer dans votre atriuM.

    Immédiatement vous penserez à ManU

    Oubliez vite ce nom que vous avez combattu dans un dueL

    Nulle est votre idée, restez vrai et réeL

    Sans vous souciez du qu’en dira-t-on d’un amI.

     

    Indécis est l’auteur de ces lignes.

    Lire ou écrire avec un joli crayon

    L’employer en espérant qu’on vous dira : bravO

    Utilisé pour faire un poème qui sera jolI.

    Même le crayon billes ne sera jamais parfaiT

    Inscrire des mots pour faire un acrostiche qui ne sera pas une katA

    N’oubliez de lettres en route, noN,

    Auteur de jeu, Lenaïg dirait : pas finI

    Toutes les lettres n’ont pas été retenues, pour ce foroM.

    Insensiblement vous baisserez la tête en disant : pas vU

    Omettez de telles erreurs pour ne pas dire : accidenteL

    Notre directrice et conseillère un peu virtueL

    Sous estimerez le niveau de petit élève chérI.


    5 commentaires
  •  

    François vit dans son fief ;
    Réalisant sa solitude dont il n’est pas fier
    Avec comme seul compagnon un chat appelé Baba,
    Thérèse, il l’a invitée, c’est un fait,
    Elève comme lui de l’école du village.
    Retrouver une ancienne amie pour diner,
    N’est-ce pas une bonne solution.
    Il n’a qu’une seule envie : que tout soit fini
    Toute la semaine il y a pensé même couché dans son lit,
    Enervé, il a envie de fuir son domaine.

    Fédération française des éleveurs de bœuf
    Réunis autour de leur major
    Avec les épouses, même celle qui bientôt accouchera.
    Toute l’assemblée est heureuse et pleine d’allant.
    Elire un président pour la journée en lui disant oui,
    Revient à chaque rencontre, mais il ne faut pas abdiquer.
    Ne rien négliger pour la réussite ; n’est accepté, aucun abandon.
    Imaginer un score à égalité entre deux candidats,
    Tout le monde, recommencer le vote, devrait.
    Et la journée bien commencée, serait vite dépréciée.


    6 commentaires
  •  thème : amitié

    Un exemple d'amitié réelle parmi d'autres : mon ami Christian a trouvé chez lui les clés de la porte de notre appartement. Un simple geste qui mesure notre amitié : il nous a téléphoné, mais nous étions encore en route. Les jeter, il n'en est pas question ni de les garder tranquillement jusqu'à notre prochaine rencontre. Sans faire de bruit pour ne pas entrainer les pleurs de sa petite fille qu'il garde, il sort de chez lui, prend sa voiture. Il nous rejoint sur le trottoir de la maison alors que nous fouillons poches et sacs à la recherche de la clé. Ce n'est pas ça que vous cherchez !


    5 commentaires
  • La ronde des mots

    Chez mon boucher, j'ai demandé un beau morceau d'échine. Sa femme, me connaissait bien et elle était enchantée de me servir. En province, on se connait mieux qu'en grande ville. C'est pour aider votre guérison ? Ca ne peut que vous faire du bien une bonne viande bien racée. Elle sait que je suis assez malade car j'allais souvent à l'hôpital ces derniers mois. Avec le temps magnifique que nous avons, vous allez repartir de bon pied. J'ai entendu dire que vous utilisez un barbecue dans votre jardin. Pour  cuire une telle viande, mettez dessus des épices et surtout une belle couronne de laurier. Allumez votre barbecue avec des morceaux de sapin, ça vous rappellera vos vacances dans les Landes. J'ai bien entendu ses conseils, et je les ai entièrement suivis. Quel régal !


     entendre.


    2 commentaires
  • Assis sur un ponton au dessus d'un lac, les reflets des grands arbres verts, en ce matin de printemps, plantés au bord de l'eau, m'émerveillent. Comme un chapeau déposé au dessus du lac, la brise du matin, écarte un peu les nuages pour jouer avec les rayons du soleil qui transpercent la couleur de l'eau, incitant les poissons à mettre leurs plus beaux habits pour emmener leur compagne en promenade dans cette eau qui va se réchauffer. Je reste coi devant cette nature qui s'éveille peu à peu pour emplir la vallée de mille couleurs

     


    13 commentaires
  • Quel espoir possible de refaire surface, quand la situation est désespérée. je suis seul dans la vase de ce trou où je suis coincé. Aucune position, aucun mouvement me permet de dépasser cette lassitude et de monter les marches qui mènent au ciel bleu sans aucun nuage. Et pourtant du fond de ma lassitude, il me faut reprendre l'air libérateur.

    Qui me donnera le code et la couleur des touches qu'il faut utiliser, car tout m'a été confisqué, même mon carnet d'adresses et mon téléphone portable. Les premiers jours j'étais résigné, mais aujourd'hui m'habite l'espoir de retrouver l'air libre. Aurai-je la force et le courage de me battre !


    4 commentaires
  • Le chien de ma sœur
    Est un bâtard SPA
    Il est tout mignon.

    Chien abandonné
    Sur une autoroute
    C’est une horreur.

    Chien de fenêtre
    Une lucarne petite
    Sur mon toit pointu.

    Le chien loup tchèque
    Ressemble à un gros loup
    Dur à élever.

    Chien de ma mère
    Endormi sur le fauteuil
    Pas le réveiller.

     


    4 commentaires
  • Atelier Marianne 7 /2019


    Je sortais de ma chambre à l’heure habituelle, pour me rendre à l’alimentation la plus proche où l’accueil est toujours sympathique. C’est ma priorité et la logique d’un dimanche matin quand on travaille toute la semaine. Je n’aime pas une organisation diffuse et chez moi tout est bien programmé. Je garde en tête de nombreux souvenirs de mes parents qui vivaient au jour le jour, sans rien prévoir d’avance. Ma passion pour l’organisation de mes journées était à l’opposé de ce j’avais vécu dans mon enfance. Ma sœur qui logeant avec moi durant ces études, en était malade.
    En passant devant le kiosque à journaux je fus attiré par une image folle de la principale avenue de mon quartier et je décidais d’y faire un détour avant de passer à l’alimentation ; quelle horreur, dans la rue, le chaos était indescriptible. Je n’ai aucune passion pour les gens qui nous gouvernent, encore moins pour ceux qui cassent tout dans la ville. Ce ne sont pas eux qui paieront les dégâts, mais nos impôts. Je suis rentré dégoutée de ce carnage, oubliant de faire mes courses. J’avais même les larmes aux yeux. Quel gâchis.


    8 commentaires
  • Fenêtre close
    Maison protégée du froid
    La chaleur reste.

    Fenêtre du cœur
    Ouverte à tout le monde
    Vous pouvez entrer.

    Châssis bien ouvert
    Tout le soleil va entrer
    Pour la réchauffer.

    Fenêtre brisée
    Appelé le vitrier
    Pour la remplacer.

     


    4 commentaires
  • Habitant Bonsecours près de Rouen, ma maison est bien placée pour voir les méandres de la seine que je surplombe. Dans le fonds de mon jardin j’ai pu faire un poulailler pour y placer quelques poules en pensant aux œufs frais que mes enfants mangeraient à la coque avec les ficelles de pains découpées dans une tartine. Les œufs de ma bassecour n’ont rien d’égal avec ceux du commerce même annoncés bien frais.

    Sur le bord de la seine, le long des quais de Rouen, est organisée ce dimanche une course de voiture ancienne. J’ai pu trouver une place sur le bord de la colline de Bonsecours pour voir le circuit et en faire le récit en rentrant à mes jeunes enfants restés à la maison avec maman. C’est la sanction des remarques écrites sur le carnet de correspondance de la maitresse pour mauvaise conduite en récréation dans la cour de l’école. Je ne veux faire aucun recours pour ces remarques car j’ai totalement confiance en cette maitresse qui a quelques années d’expérience.


    5 commentaires
  • Je profitais de quelques instants de repos et de tranquillité, assis sur l'herbe d'un pré, les deux pieds dans l'eau glacée d'un petit ruisseau. Situation impensable en pleine hiver. C'est pour tout le monde une réalité que l'on ne discute pas. Mon destin m'avait conduit dans ce havre de paix après plusieurs fugues du collège et de la maison. Les oiseaux chantaient à l'approche du printemps. Le ciel avait fermé tous les robinets qui arrosaient la terre. Je n'avais pas envie de quitter cet environnement reposant et je ne songeais guère à la réaction de mes parents quand ils recevront le courrier du proviseur réclamant quelques explications sur mon absence aux cours.


    7 commentaires
  • Les miroirs

    Cacher les miroirs
    Aux gens qui ont des boutons
    Ils seront ravis.

    Mon gentil miroir
    Suis-je toujours très belle ?
    Vraiment très belle.

    Miroir bien cassé
    Cent ans de malheur pour vous
    Vous mourez avant !

    Miroir ovale
    La figure est en biais
    Mal pour se raser.

    Miroir de glace
    Magnifique pour jouer
    Patins et hockey.

     


    4 commentaires
  • Signe de printemps
    Premières fleurs apparues
    Le soleil revient.

    Signe du printemps
    Mots d’hiver sont revenus
    Il faut se méfier


    Signe de printemps
    Avant le calendrier
    Méfiez-vous de tout.

    Signe de printemps
    Les manteaux disparaissent
    Enfants méfies-toi.

     


    5 commentaires
  • Faits d’hiver ou faits divers ?

    Parler d’hiver quand la nature nous donne un beau soleil, est-ce un fait divers qui sera commenté aux informations ou dans une rubrique météo ? Ce n’est pas évident. Même la radio régionale ne m’a pas écouté. J’ai essayé de passer dans l’émission de Julien Courbet, mais mon cas n’était pas de son ressort. On m’a proposé le service juridique de la radio, mais là, la communication fut coupée.
    Qui me dira aujourd’hui que nous sommes encore en hiver suivant le calendrier et qu’il faudrait nier le réchauffement climatique car ce genre de phénomène revient plusieurs fois depuis que l’on fait des relevés météo ? Ce n’est pas un simple fait divers mais une situation dramatique dont l’homme est à l’origine.

     

    Faits d’hiver ou faits divers, ce n’est surtout pas une faute de frappe. Il me faut aller plus loin. Mais ce soir, je n’ai pas l’esprit à rechercher quel est le mot qui a une faute d’orthographe. C’est un dilemme auquel je ne saurais répondre ce soir, car mon âme est à court d’idées. Je suis mal dans ma peau et mon corps empli de frissons qui me font penser à la grippe. Je suis dans un triste état car le vent qui soufflait très fort lors de ma promenade en début d’après-midi a secoué tout mon être déjà affaibli par des crises d’asthme. Je vais devoir me rendre chez le médecin pour renouveler mon ordonnance habituelle et lui demander du sirop.

     

     

     

     


    8 commentaires
  • Tous les parapluies
    Les bleus, les rouges, les verts,
    Ne sont pas aimés.

    Les femmes les fuient,
    Beaucoup d’homme les oublient
    Au café souvent.

    Dans les voitures,
    Ils sont fermés et rangés,
    Car très dangereux.

    Ils viennent de Chine
    Et surtout pas de Cherbourg
    Et plus d’Aurillac.

     


    5 commentaires
  • Monsieur le maire est tout simplement impliqué dans l'éclairage de toute sa commune. Il envisage l'implantation d'un cabinet médical par solidarité avec ses administrés. Il mesure la profondeur de sa tâche face aux réactions de ses opposants qui sont trop amibitieux, qui ne font qu'impression devant les habitants. L'égocentrisme les carractérise.


    5 commentaires
  • Panne la voiture
    Les bateries sont vides
    Il faudra pousser.

    Panne d’oreiller
    Très bien pour les retraités
    Réveil à midi

    Panne de machine
    Aucun réparateur
    Il faut une autre.

    Ma muse en panne
    Elle est bien trop fatiguée
    Vive vacances.

    Le train en retard
    Panne de cathéter
    Il faut attendre.

     


    5 commentaires
  • Le terme foire peut être conjugué à tous les âges

    Les petits enfants aiment se promener à la foire avec leurs parents. Des autos de toutes couleurs qui montent et qui descendent. Pour les plus grands les autos-tamponneuses. Tous se régalent de barbes à papa ou de gaufres et de bombons. Pas de pauses

    Dans les collèges quelques élèves, souvent en queue de classe aiment faire la foire au milieu des cours pour embêter le professeur et jouer au crâneur devant les copains
    .
    Les adultes parcourent d’autres foires appelées commerciales.
    Avoir une grande piscine dans son jardin est souvent considéré comme signe de richesse correspondant à un certain niveau de vie. L’humanité, du moins celle qui en a les moyens, a la boulimie des progrès techniques surtout ceux qui lui permettra de dominer le monde.
    Autrefois, ce qui était sacré dans un certain milieu, était la qualité des boiseries qui ornaient salons, escaliers ou bibliothèque. Même si elles étaient vétustes. Aujourd’hui, de telles demeures se sont transformées en musées, confiés à des associations ou aux collectivités publiques car leurs propriétaires n’ont plus les moyens de les entretenir, voir d’en payer la taxe foncière.
    Aujourd’hui les revendications ne sont plus les mêmes car les richesses ont pris une autre tournure. Jouer à la fourmi qui engrange pour les années futures n’a plus aucun sens. Promenez-vous dans les foires commerciales, les articles proposés ne sont plus les mêmes. Il faut appâter les clients avec un éventail très large de produits qui souvent ne serviront qu’à montrer leur niveau de vie. Dans ces lieux où l’on respire souvent très mal.

    A chaque âge sa foire. Il faut s’y adapter.


    6 commentaires
  • La cuisinière


    De bonne heure ce matin
    Le long de ce petit chemin
    Le ciel était tout bleu.
    On m’appelait le cordon-bleu.
    Pour moi, que de soucis
    A mon âge, le grand oubli.
    Et pourtant je côtoie des cuisinières
    Dans des rencontres saisonnières,
    Où chaque femme cherche à exister
    En dehors de toute éternité.
    Je cesse de faire des repas très fins
    Car ma tête comme celle des dauphins
    Ne répond plus au quart de tour,
    Il faut que ça finisse un jour.
    La nuit je ne pense plus à faire de la cuisine
    Comme lorsque mon mari travaillait en usine.
    Seule aujourd’hui,
    Cette activité je la fuis
    Et bientôt en maison de retraite,
    Je ne serais plus le grand maitre.
    (30/01/2019)


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique