• Ta présence 

     

    Trouver dans ma vie ta présence,

    Tenir une lampe allumée,

    A ton approche s’accoutumer,

    Car tu m’as ouvert à ton alliance.

     

    Dès mon baptême, quelques jours après ma naissance,

    J’en n’avais pas encore conscience,

    Tu m’as pris par la main

    Et tu es resté tout au long de mon chemin.

     

    A quel moment j’ai senti ta présence,

    Et tes aides de bienfaisance ?

    Tout fut progressif

    Mais jamais agressif.

     

    Tu m’as laissé te découvrir peu à peu,

    Sans jamais me dire adieu.

    Au fond des ravins traversés,

    Jamais je ne fus dispersé.

     

    Je ne te voyais pas

    Mais tu suivais mes pas,

    Me tenant parfois par la main,

    Comme on le fait pour un gamin.

     

    La conscience de ta présence,

    Souvenir de ton alliance,

    Grandit chaque jour,

    Tu seras là toujours.

     

    Et pourtant avec Marie, je cherche ta présence

    Parfois enfouie au fond de ma conscience ;

    Je sais que chaque jour tu es proche de moi,

    Surtout quand je suis aux abois.

     

    Tu étais là au cœur de mes dépressions,

    Sans rechercher une négociation.

    Tu as mis sur ma route,

    Des gens à mon écoute.

     

    Avec toi, elles m’ont relevé,

    Parfois soulevé,

    Pour me mettre debout,

    Sans aucun tabou.

     

    Ta présence me conduit,

    Hier comme aujourd’hui,

    Jusqu’au point de rendez-vous,

    Pour me garder debout.

     

    Main dans la main, tu me conduiras à ton Père,

    Comme deux compères,

    Pour une vie éternelle,

    Qui ne sera plus charnelle.

    (09/07/2019)

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  • Une chute 

    Pour Ghislaine 53, qu'elle revienne vite

    Se fêler le sacrum
    Après avoir bu trop de rhum,
    N’est pas très sérieux
    Ni mystérieux.

    Accident de voiture,
    En pleine nature
    Téléphone portable à la main,
    Ce n’est pas humain.

    Se fêler le sacrum,
    En lavant sa cuisine,
    Avec une bassine,
    La radio repère vite le syndrome,

    Incident domestique
    Sans gestes acrobatiques,
    Pour un simple sol
    Ce n’est pas du bol.

    Ils sont vite arrivés
    En plein activité,
    Les urgences n’ont pas touché au sol.
    Laissant sécher les auréoles.

    Double fêlures,
    Qui fait souffrir comme une brulure,
    Et gêne les activités les plus courantes,
    Pour la ménagère, inhérentes.

    Ne restez pas seule à la maison,
    Quelque soit la raison.
    Qui vous aidera à vous relever d’une chute,
    Si vous n’avez pas votre parachute ?

    Même si les assurances vous couvrent
    Avec elles, il faudra en découdre
    Pour prouver votre bonne foi
    Mieux éviter la prochaine fois.

    Avec vos voisins et voisines,
    Qui ne sont pas forcément des cousines,
    Gardez de bonnes relations
    Sans pour autant aller jusque l’adoration.
    (13/07/2019)

     


    2 commentaires
  • Marcher dans le vent 

    Bannière du globo : marcher dans le vent

    Ecoute, écoute, surtout, ne fais pas de bruit,
    Tu marches sur la route, tu marches dans la nuit.
    Ecoute, écoute
    Le bruit de tes pas sur la route,
    Tu marches dans le vent,
    L’air frais est captivant.

    Marcher dans le vent
    Sentir les parfums de la nature
    Des roses qui se mêlent à la verdure,
    Le chemin est motivant,
    Au clair de lune, aucune brune,
    Tes pieds glissent sur le bitume.

    Là haut, dans le ciel,
    Moineaux, Étourneaux
    Perdrix, hirondelles
    Tout un patrimoine de moineaux,
    Volent tranquillement,
    Et te disent bonjour, amicalement.

    Ils chantent la joie,
    Pour tous les villageois,
    Qui savent reconnaitre les sons,
    D’un univers à l’unisson.
    Ils éveillent la nature,
    Et toutes les créatures.

    Tout mon être est en émoi
    Mon âme chante avec les sous-bois
    Devant cette aube qui se lève,
    Eclairant tous mes rêves,
    Je ne suis pas seul
    Marche avec mon épagneul.

    S’ouvrent à moi, d’autres cieux
    Qui n’ont rien de disgracieux
    Où brillent mille étoiles
    Colorant fleurs et pétales.
    Le soleil se lève à l’horizon
    Pour la belle saison.

    Couleurs infinies de cet univers,
    Qui éclairent mes yeux de son revers,
    Ouvrant des chemins de bonheur,
    Chaque matin, aux flâneurs.
    Poursuis ta route dans la fraîcheur
    Dans la nature avec vigueur.

    Marche dans le vent
    Ecoutant dame nature
    Qui éblouit toute créature,
    Qui marche en l’écoutant.
    Éloigne d’elle toute souillure,
    Et les dépôts d’ordure.

    Marche dans le vent
    Oubliant le temps qui passe,
    Tes deux oreilles s’ouvrant,
    A cette musique qui jamais ne lasse.
    Elle joue pour ton bonheur,
    Même à cette heure

    Apprends les refrains qui réveillent le ciel,
    Le bourdonnement des abeilles,
    Tous ces animaux qui t’appellent,
    Et qui sont parfois rebelles.
    Essaie d’en connaître les cris
    Qui accompagneront ton récit.
    (13/07/2019)

     


    3 commentaires
  • ATTETION ! ! ! 

    LE COMPTE DE FEE CAPUCINE A ETE PIRATE ET J'AI RECU DEUX MESSAGES FRAUDULEUX SOIT DISANT DE SA PART. NE REPONDEZ JAMAIS A CE GENRE DE MESSAGE. JE L'AI PREVENUE POUR QU'ELLE CHANGE SES CODES D'ACCES


    3 commentaires
  • La tranquillité

     

    Tranquillité
    Mot sans aucune ambiguïté :
    « Foutez-moi la paix » !
    Respectez mon intimité,
    Je ne m’occupe pas de vos affaires,
    Je veux être seul, même dans mon enfer.

    Qui ne cherche pas un peu de tranquillité,
    Dans un univers de proximité,
    Où les immeubles sont de plus en plus serrés
    Dans un quartier où personne ne se sent fédéré,
    Ne peut exister en tant que tel
    Car pour beaucoup, c’est une bagatelle.

    Dans notre monde d’individualisme
    Qui ne connait pas l’altruisme,
    En quête de tranquillité personnelle
    Sans pour autant être passionnelle ;
    Un peu de calme repose,
    Tout le monde a besoin de pause.

    La tranquillité se conjugue souvent avec isolement
    La contrepartie d’amicalement.
    Etre seul, sans bruit, sans bousculade,
    Sur un chemin de balade,
    Profiter de la nature,
    Et ses cadres de verdure.

    Etre seul au sommet d’une montagne
    Ou dans un champ en pleine campagne,
    C’est le summum de la tranquillité,
    Sans risque de promiscuité,
    Avec des individus inconnus
    Ou trop souvent reconnus.

    Rechercher la tranquillité au bord d’un lac,
    Les canes à pèche dans le sac,
    Exemple parfait de recherche de tranquillité
    Qui refuse toute bruité,
    Voyant d’un mauvais œil
    Les promeneurs qui cherchent l’accueil.

    Agé, on a tendance à rechercher l’isolement,
    Les habitudes de vie nous séparent socialement.
    A deux, on s’enferme dans notre cocon douillé,
    Par peur de cafouiller,
    Devant les plus jeunes dynamiques
    Nous, trop souvent anémique.
    (12/07/2019)

     


    5 commentaires
  • Un monde imaginaire

     

    Peut-on construire un monde imaginaire,
    Sans risque de sanctions disciplinaires
    Où chacun serait heureux,
    Et les échanges chaleureux ?

    Je pense et j’imagine, donc je suis,
    A dit avec d’autres mots fortuits,
    Une grosse tête qui ne m’a pas ébloui
    Mais que je n’ai jamais trahi !

    Un monde imaginaire est un rêve
    Qui se déroule sans aucune trêve,
    Sans aucune limite terrestre,
    Mais à la tête d’un bel orchestre.

    Regardons cette photo,
    Le monde est tiré au cordeau,
    Un ciel bien réel,
    Un flanc de montagne non virtuel.

    Au centre une magnifique chaussure
    Posée sur un tapis de verdure
    Une description classique,
    Qui pourrait être accompagnée d’une musique.

    Où est l’imaginaire me diriez-vous ?
    Dans la chaussure, non pas un pied bien mou,
    Mais une maison rafistolée,
    Qui devrait vous affoler.

    Cet ensemble sort peut-être d’une bande dessinée,
    Mais surtout de l’imaginaire d’un auteur
    D’un monde sorti du rêve d’un créateur
    Qui vous a embobiné !

    Tout poète crée de l’imaginaire,
    Qu’il fait sortir de l’ordinaire,
    Et son œuvre est unique,
    Jamais mélancolique.

    Tout rêve est mystère,
    Sans l’aide d’un partenaire,
    Tiré de la vie courante de l’individu,
    Avec une réalité assidue.

    L’opposé de l’imaginaire, le cauchemar
    Qui dès le départ
    Reprend une réalité existentielle,
    Abandonnant toute existence réelle.

    Restez dans le rêve et ses mystères,
    Abandonnez tout destinataire,
    Votre vie sera plus légère
    Emportée dans une autre atmosphère.
    (08/07/2019)

     


    6 commentaires

  • Le plaisir des mots,
    Qui résonnent comme des grelots
    Rassemblés en un seul lot
    Pour former un halo,
    Donne de l'auteur une vision créative
    Issue de son imagination parfois revendicative,
    Mais toujours avec sérénité,
    Sans aucune ambigüité.

    Aligner des mots
    Pour compléter un simple mémo,
    Et soulager ses maux
    Pour se croire primo,
    N’est pas une œuvre d’écrivain
    En encore moins d’un devin,
    Mais d’un petit rigolo,
    Légèrement alcolo.

    Quelques mots rassemblés,
    Par un esprit endiablé,
    Dans un simple cahier d'écolier,
    Avec ou sans tablier,
    Peuvent devenir objet littéraire,
    Ne cherchant pas des honoraires,
    Ecrits pour le simple plaisir,
    D’un lecteur à saisir.

    La créativité permet d'inventer des récits,
    Avec la pureté des règles de français sans acrobaties.
    Elle émane souvent de rêve fantaisiste,
    Comme l'œuvre d'un mosaïste.

    Mots transcrits sur un parchemin
    Démontrant la sérénité de son auteur,
    Qui recherche à travers ces écrits
    Un trésor imaginaire qu'il gardera pour lui.

    Écrire des mots fait parfois rêver,
    A un ensemble de mirages
    Rencontrés dans des virages
    Et que le temps a aggravé
    Dans une vie mouvementée, un peu délavée.
    Ces mirages cachent souvent une réalité,
    Remontant à plusieurs annuités.
    Sans aucune continuité.
    (08/07/2019)


    9 commentaires
  • La fée a choisi sa demeure

     


    Fée enserrée dans un verre
    Au loin, aucune trace de vert
    Le soleil couchant à l’horizon
    Nous donne une idée de la saison.

    Tout semble grillé ;
    Dans ce verre à vin, elle n’est pas déshabillée,
    Sa longue traine blanche
    Défie l’apparence du ciel
    Qui n’a pas les couleurs de l’arc-en-ciel
    Couvrant même ses hanches.

    Le verre transparent s’est emparé de l’horizon
    Enfermé dans cette prison.
    La roche un peu ébréchée
    N’a pu empêcher
    La mer de l’endommager
    Refusant de l’aménager
    Pour faire fuir les touristes
    Trop souvent altruistes.

    Au fond de ce site inconnu
    Vous avez peut-être reconnu,
    L’hôtel où vous êtes descendu
    Et pour le repas attendu.

    Ne pensez pas que la fée va se retirer
    Comme vous le désirez,
    Pour récupérer votre verre
    Et le remplir d’un apéro amer.
    La fée est bien installée,
    Pourquoi va-t-elle s’en allée ?
    Près de moi, elle passera la nuit,
    Sans craindre l’ennui.
    (07/07/2019)

     

     

     

     

     

     

     


    6 commentaires
  • Un rêve de cailloux

     

    Petit cailloux s'ennuyait sur le bord de la route,
    Aucun véhicule ne s'intéressait à lui, aucun doute.
    Quelques fois des voitures s'arrêtaient
    Mais lui, le petit caillou, sur place restait,
    Abandonné par ces voyageurs,
    Toujours à la recherche de l'heure.

    Petit cailloux rêva un beau jour,
    Au monde entier de dire bonjour,
    En découvrant le plus de pays possible;
    Regardant tout ce qui était visible,
    Ne se contentant pas des articles des journaux
    Il voulait sa propre collection de photos.

    Abandonnant tous ces copains
    Qu'il laissait sur le terrain,
    Prenant la direction de l'est d'où venait le vent,
    Se cachant dans une boîte, serré comme un hareng,
    Il se laissa emporter par la tempête,
    Qui faisait autant de bruit qu'une trompette.

    Première escale, le vent l'abandonna au bord d'une plage,
    Juste à coté d'une vieille cage.
    Il sortit de sa boîte sous un soleil de plomb
    Et se mit à tourner en rond.
    Derrière lui se profilait une grande ville,
    Où il ne rencontra que de belles filles.

    Ca n'est pas ce qu'il recherchait.
    De nouveau dans la boîte, il se cachait,
    Espérant qu'une grande tempête
    L'emmène dans un endroit champêtre
    Où il verrait des êtres de son espèce
    Comme lui, plein de hardiesse.

    Emmener par tous les vents
    Toujours caché dans son auvent,
    Il traversa toute le planète
    Au gré des tempêtes,
    Sans trouver ce que son rêve avait décrit
    Et qu'il aurait aimé que ce soit écrit.

    Ils retrouva ceux qu'il avait abandonné,
    Aucune nouvelle, il n'avait donné.
    On n'est jamais si bien que chez soi,
    Même en suivant un roi.
    Bien accueilli par son carré de cailloux
    Tout lui parut si doux.

    Les grands voyages ne sont pas faits pour eux,
    Même en partant à deux.
    Chaque espèce au monde a son programme
    Tout changer peut devenir un drame,
    Pour toute famille dans l'univers
    Restez vous-même, même si vous n'êtes qu'un ver.
    (06/07/2019)


    3 commentaires
  • Le chevalet

     

    Instrument de torture ou de supplice,
    Utilisé par des tortionnaires complices
    Dans les cachots sourds
    Chez les romains, loin des carrefours.

    Des hommes y étaient massacrés,
    Et leurs membres broyés
    Par des bourreaux de métier
    Qui œuvraient sur leur chantier.

    Plus civilisé, le tréteau des scieurs
    Utilisé au milieu des bois ou ailleurs,
    Pour scieur des arbres abattus,
    Pour en faire des planches, vois-tu.

    Faut-il parler de ces supports en bois,
    Utilisés en certains endroits,
    Pour y déposer les armes,
    Pour être prêt à la moindre alarme.

    Plus sympathique le chevalet des artistes,
    Dont certains ont été appelés cubistes ;
    C’est le support de tous ces peintres,
    Dans rue ou dans une nature champêtre.

    De grands noms de peintres anciens
    De véritables stoïciens
    Ont peint des salles entières
    Sans participer à la crémaillère.

    De véritables artistes ont peint sur leur chevalet,
    Dans les jardins de nombreux palais
    Châteaux, fleurs et massifs,
    Sans être agressif.

    La place du Tertre à Montmartre,
    Est un lieu privilégié de ces peintres,
    Amateurs ou chevronnés
    Qui, devant vous, vont crayonner.

    Chevalet d’hier ou d’aujourd’hui,
    Recouvert d’une feuille blanche sans enduit,
    Vous éveillez notre imaginaire,
    Pour beaucoup très ordinaire.

    Je préfère les petits peintres amateurs
    De paysages, créateurs,
    Leur chevalet en pleine nature
    Dans un beau cadre de verdure.

    Sans être de grands artistes
    Ils ne sont jamais passifs,
    Pinceau à la main
    Décor de demain.
    (02/07/2019)

     


    3 commentaires
  • Les petits pompiers

    Apprennent bien leur métier

    Sont volontaires.

     

    Ils offrent leur vie

    Ces pompiers très méritants

    Respectons-les tous.

     

    Amis les pompiers

    Du midi, du Nord, d’ailleurs,

    Un seul mot : MERCI

     

    Pompier du midi,

    Feux de broussailles lancés,

    Par pyromanes.


    8 commentaires
  • Voyage au Japon

     

    Vacances au Japon
    Enfermé dans un grand wagon,
    Similaire à l’orient express,
    Ne rêvez pas, pas d’annonces dans la presse,
    Le japon est un ensemble d’îles,
    On n’y va pas en automobile,
    Même si vous roulez en Toyota
    Avec un bel habitat.

    Aucun tunnel pour se rendre au Japon,
    Du rivage, aucun pont ;
    Si vous partez de Paris,
    N’empruntez pas l’hydravion.
    Soyez en règle avec vos papiers
    Vous serez peut-être épié,
    Et embarqué par la police.
    Alors vous boirez, jusqu’à la lie, le fond du calice.

    Les prisons ne sont pas comme en France,
    Vous y serez vite en transe ;
    Repas très simple : du riz,
    Sans carbonari,
    Comme pour Carlos Ghosn qui est interné
    Et sur lequel on s’est acharné.
    Même si vous avez redressé une entreprise japonaise
    Chez eux, vous ne serez jamais à l’aise.

    A voir les photos le Japon est un beau pays,
    Les religieux sont très recueillis ;
    Les traditions sont respectées
    Et les chemins sont bien tracés
    Vers un travail, à chacun affecté.
    Les vacances, ne sont pas effacées,
    Mais rarement prises,
    Et offertes à l’entreprise.

    Ce qu’il faut voir au Japon
    Dans les jardins fleuris, les petits ponts ;
    Les temples au toit d’or
    Soulignent le goût et la couleur
    Des habitants qui vivent dehors
    Et savent respecter les valeurs.
    Vous y boirez du thé,
    Boisson très exploité.
    03/07/2019)

     

     

     


    8 commentaires
  • N’oubliez pas le jeu de Lenaïg, les acrostiches
    Et celui du lendemain : les haïkus.
    Comme nous serons bientôt en vacances,
    Tout le monde peut jouer
    Avec des mots qu’il faut relier,
    Reprendre éventuellement,
    Imaginez que vous devenez poète
    N’est-ce pas un moyen d’occuper vos loisirs
    Et de garder la tête et l’esprit en éveil

    Ne vous faîtes pas de soucis pour remplir un acrostiche
    En alignant des mots que vous ne connaissez pas
    Car sur Internet, vous avez des dictionnaires
    Tous très bien faits
    Avec de larges explications.
    Restez calme et serein
    Inspirez-vous des acrostiches des autres bloggeurs ;
    N’hésitez pas à prendre votre temps,
    Et vous serez récompensés par les commentaires reçus.


    4 commentaires
  • Une présence

     

    Cherchez dans la vie ta présence,
    Je suis dans l’ombre de ton absence.
    Tu es là, jour et nuit
    Souvent je te fuis.

    Dans la pénombre de ma vie,
    Tu es toujours là, inassouvi,
    Tu me cherches et m’attends,
    Je n’ai pas le temps.

    Sous la chaleur de la canicule
    Je marche comme un funambule,
    Sans prendre le temps,
    Etre impénitent.

    Tu me suis partout
    Comme un grand manitou,
    De toi, je n’ai pas peur,
    Je cherche seul le bonheur.

    Bonheur imprévisible
    Je suis indisponible,
    Je cherche le grand bonheur,
    Comme un simple butineur.

    Qui me donnera ce bonheur que j’espère,
    Avec ou sans compère ?
    Toute ma vie je l’ai cherché,
    J’en suis toujours ébréché.

    Le bonheur avec un grand B,
    Sans pour autant faire le bébé,
    Puis-je le trouver seul,
    Sans l’aide d’un filleul ?

    Je cherche dans ma nuit ta présence,
    Tu me tends la main avec aisance.
    Toi seul peux m’apporter le vrai bonheur,
    Tu es mon unique dépanneur.

    Ta main, comme un bâton, me soutient
    Moi qui me dis chrétien ;
    Sur ce chemin fastidieux,
    Tu es avec moi, mon Dieu.
    (26/12/2019)

     


    5 commentaires
  • Faire la sieste
    N’est pas interdit du tout,
    Bien au contraire.

    Sieste plein soleil
    Pour tous, c’est très dangereux
    Sans chapeau de paille.

    Médecin a dit :
    Dormez tant que vous voudrez
    Si vous êtes bien.

    Sieste des enfants
    Pour tous obligatoires,
    C‘est très important.

    Sieste au travail,
    Ce n’est pas comme au Japon,
    Patron n’aime pas.

    Sieste à l’abri,
    Avec la canicule,
    C’est très important.


    7 commentaires
  • N’oubliez pas de bien vous présenter

    Yves Monconseil

    Comme beaucoup de prétendant au poste.

    Tenue correcte, vêtement et chaussures

    Avec ces conseils vous êtes prêt à affronter

    Le responsable des ressources humaines.

    Omettez les mots d’argot,

    Pour ne pas choquer votre interlocuteur.

    Imaginez que vous êtes à sa place

    Et le rendez-vous se déroulera normalement.

     

    Ne vous laissez pas surprendre par vos

    Yeux fatigués qui vous empêchent de lire

    C’est que votre vue doit être contrôlée.

    Toute votre vie pourrait en souffrir.

    Allez vite chez l’ophtalmo

    Lui seul peut vous aider

    0pticien, pas suffisant,

    Pour soigner votre malaise.

    Impossible de le croire compétant

    Et dites-lui merci de ces conseils. Pas suffisant.


    5 commentaires
  • Un bel été

     Un bel été !

    C’est d’actualité
    Depuis la fête de la musique
    Dans la rue et dans certaines basiliques.

    Un bel été !
    Devant la mer dans sa propriété,
    Pour aller se baigner,
    Ou à l’ombre sous les châtaigniers.

    Un bel été !
    Sur un terrain de camping avec de l’ombre à satiété ;
    La piscine plait aux enfants
    Des familles y vont tous les ans.

    Je ne suis pas amoureux de la mer,
    Ni des piscines pour les vacances d’été,
    Trop de rencontres de commères
    Qui ne savent pas s’arrêter.

    Un bel été !
    De la montagne, je suis imprégné ;
    Grandiose nature
    Entourée de verdure.

    L’air est toujours respirable,
    Assis autour de la table
    Admirant les sommets
    De toutes couleurs en été.

    Au loin le puy de Sancy
    Bien éloigné de Montmorency,
    En funiculaire bien accessible
    A pied, descente pénible.

    Un bel été !
    L’appartement de l’année dernière, aucune variété,
    Au pied de nombreux chemins,
    Pour faire des randonnées dès le matin.

    Le téléphérique à notre portée,
    Nous ne l’avons pas déserté,
    Pour éviter un sentier trop raide,
    Au milieu des pinèdes.

    Un bel été !
    En Auvergne, que de variété,
    De paysages, de fleurs, de lacs, de cascades,
    Sur les sentiers, autant de barricades.

    Un bel été !
    Il ne faut jamais s’embêter.
    Tous les styles peuvent y contribuer,
    Avec ou sans coéquipier.

    L’ennui est le premier ennemi
    a l'origine de véritable tsunami.
    La lecture, le dessin, l’écriture
    Des loisirs qui se font dans la verdure
    (25/06/2019)

     


    3 commentaires
  • Simplicité de l'amour

     

    L’amour doit être simple.
    Le grand amour que beaucoup recherche, n’existe pas.
    Pas de compromission,
    pas d’arguments réciproques
    Pas de serments,
    Ne de commandements.

    L’amour doit être simple
    A-t-il besoin de conseil,
    De suggestion
    De recommandation.
    Il est personnel
    Et ne s’explique pas.

    L’amour doit être simple
    Il a toujours existé
    Même avant l’être humain,
    Il est d’éternité
    Il nait dans un cœur qui a choisi
    De s’ouvrir à un autre.

    L’amour doit être simple
    Il crée une joie réciproque,
    Une joie nue
    Une joie simple
    Sans aucune exclusion
    Sans aucune exception.

    L’amour doit être simple
    L’amour est limpide
    Sans risque de jugement
    Sans peur du renvoi,
    Sans condamnation,
    Sans déception.

    L’amour doit être simple
    Il apporte le soleil, le jour,
    Il éclaire comme la lune, le soir
    Il brille comme les étoiles, la nuit.
    Il n’a pas peur du vent et des tempêtes.
    Personne n’est prisonnier de l’amour.

    L’amour doit être simple
    Il vogue sur des eaux calmes.
    Il se construit chaque jour,
    Car il n’est jamais parfait.
    L’amour réunit deux caractères,
    Deux être humains qui veulent faire, route ensemble.

    L’amour doit être simple
    Comme une bise légère,
    Qui souffle sur les voiles de la vie
    De la faire avancer et devenir.
    Rien ne peut l’emprisonner,
    Personne n’en est le maître.

    L’amour doit être simple
    Un jour il se manifestera
    A travers deux cœurs grands ouverts.
    Qui ont choisi de faire route ensemble,
    Dans les méandres de leur vie.
    C’est un amour d’éternité.

     


    4 commentaires
  • Les fleurs 

    Prince des rosiers
    Plantés par le jardinier,
    Qui a su déployer tout son savoir faire
    Dans une humide atmosphère,
    Pour agrémenter le château
    En profitant du court d’eau,
    Qui traverse le domaine,
    Arrosant les cyclamens.

    Les roses embaument ce jardin,
    Multiples couleurs qui ornent les massifs,
    Roses ordinaires le long des chemins,
    Au promeneur aucun pied n’est agressif ;
    Roses veloutées plus doux que la soie,
    Bien choisies par le père François
    Jardinier du château,
    Qui les travaille à fleur de peau.

    Le vent doux comme une simple bise
    Emporte les odeurs, une véritable gourmandise,
    Qui traversent le milieu de la cour du château,
    Construit devant un grand plan d’eau.
    Aucune mauvaise herbe ne squatte les allées,
    Bien entretenues et jamais en jachères.
    Les papillons profitent de ce havre de paix,
    Qui pour les roses ont du respect.

    Promeneuse attendrie par la beauté des roses
    Et par toutes les autres fleurs écloses,
    Admirent celles qui forment une couronne,
    Fierté de la baronne,
    Qui accueille personnellement les visiteurs,
    Surveillant les profiteurs,
    Qui veulent se faire un beau bouquet de roses
    Avec quelques branches de laurier-rose.


    Des petites fleurs variées ornent certains chemins,
    Relevant la tête chaque matin,
    Le vent les fait plier
    Le père François n’est pas effrayé.
    Variétés de couleurs font sa fierté
    Il le dit en aparté ;
    Du matin au soir il surveille ses fleurs,
    Qu’il reconnait par leur odeur.
    (24/06/2019)

     

     


    5 commentaires
  • Flux et le reflux de la vague

    Le flux et le reflux des vagues
    Donne le rythme de la mer
    Au gré des vents qui l’animent.
    Il peut être dur ou magnanime.
    Les enfants, sur la plage, s’amusent à sauter dessus
    Par eux le danger n’est pas perçu.

    Sur les plages de sable,
    Jouer dans l’eau est agréable
    Si le drapeau n’est pas rouge ;
    Les petits s’amusent et bougent
    Pour remplir d’eau leur trou,
    Toute la mer y entrera, et ils fermeront le verrou.

    Les ados sur leur planche toute neuve
    Profiteront des vagues, pour réussir l’épreuve
    En surfant sur la mer,
    Au grand-dame de leur mère,
    Qui craignent la noyade
    Comme Ulysse dans l’Iliade.

    Surfer sur les vagues
    Ce jeu n’est pas une blague
    Il y a des championnats mondiaux
    Qui ne sont pas cordiaux,
    Pour les non initiés, ce sport est dangereux,
    Il peut les rendre malheureux.

    Les marins chevronnés
    Ne vont jamais papillonner,
    Sur le flux et le reflux des vagues,
    Là-dessus, jamais de blagues
    Leur vie est en jeu
    Il faut être courageux.

    Le flux et le reflux de la vague
    Qui sur la mer divague,
    Qui se donne à chacun, mais ne veut pas mourir
    C’est la loi de la mer qui doit atterrir,
    Sur une plage de sable,
    Ou sur un amas de rochers plus eu moins fiable.
    (21/06/2019)

     

     


    2 commentaires